Avec Ilja Popov, les Lions de Genève ont le très grand espoir de rebondir à pas de géant

BasketballLe Russe, 210 cm, compte bien se montrer à la hauteur, ce samedi au Pommier, pour éviter que Fribourg ne remporte le titre.

Avec Ilja Popov, les Lions de Genève ont un immense espoir de se mettre dans la lumière ce samedi au Pommier.

Avec Ilja Popov, les Lions de Genève ont un immense espoir de se mettre dans la lumière ce samedi au Pommier. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Pour aller dans sa chambre, il est obligé de se baisser!» À la réception de l’hôtel, une employée à l’accueil esquisse un rictus, impressionnée par la taille de ce client un peu particulier. Quand Ilja Popov, 210 cm sous la toise, se déplie, il y a en effet de quoi être pris de vertige…

Devant le Stade de Genève, qui se trouve en face de sa chambre, certains ont cru qu’il s’agissait du nouveau centre-avant du Servette FC, sous prétexte qu’il avait été repéré quelques jours plus tôt dans les gradins lors du dernier match des Grenat contre Kriens. Mais si ce Russe de 24 ans aurait pu inscrire de nombreux buts de la tête, il préfère avoir une sphère orange dans ses grandes mains et briller sur un parquet, dans un sport plus adapté à sa taille.

«Tu seras basketteur, mon fils!» Quand il avait 6 ans, sa mère en était déjà convaincue. «Tu vas devenir aussi grand que ton frère et tu vas le suivre», avait-elle projeté. Une maman a toujours raison. L’aîné mesurait déjà 202 cm et le cadet l’a vite dépassé. «Et à la fin, quand on jouait l’un contre l’autre, c’est moi qui gagnais», se marre ce garçon tombé dans le panneau «tout petit», à Saint-Pétersbourg. C’est là que tout a commencé…

La Sibérie, –40 en hiver

Ce pivot, professionnel depuis 2013, a surtout ensuite défendu les couleurs de BC Nizhny Novgorod, au confluent de la Volga et de l’Oka, avant un court intermède au Spartak Primorie Vladivostok. Il a même connu, cette saison, le sud de la Sibérie occidentale avec le club de Enisey Krasnoyarsk. «Si les températures peuvent descendre jusqu’à –40 degrés en hiver, l’été il n’y a pas de différence avec la Suisse», assure Ilja Popov, qui a débarqué début mai à Genève pour terminer la saison avec les Lions avant de retourner dans son club.

«Le coach Vedran Bosnic connaissait John Roberson, qui avait joué en Suède, et il a demandé des renseignements sur moi. Du coup mon agent m’a proposé de rejoindre Genève et j’ai accepté.» Le géant ne le regrette pas, même si le jeu est différent de ce qu’il a connu jusqu’à maintenant. «En Russie, il y a plus de combinaisons, on joue énormément avec la tête. Ici c’est plus physique, ça court vite et on shoote davantage!» Et puis, il y avait une nouvelle langue, qui l’a fait réfléchir. «Mais avec le peu d’anglais que je connais, les gars dans l’équipe m’ont bien intégré.» Il a aussi dégoté une pizzeria, où il mange avant chaque match en compagnie d’un employé capable de s’exprimer en russe.

À notre table, Igor Fedulov, qui a eu l’amabilité de venir traduire les propos du basketteur, sourit. «Moi, quand j’avais débarqué en 1983 à Ambri, en provenance de Traktor Chelyabinsk, j’avais eu de la chance, se rappelle l’ex-tsar des Vernets. Dans l’effectif, il y avait deux Russes, Malkov et Leonov, qui m’avaient bien aidé.» L’entraîneur de la deuxième équipe de Ge/Servette et assistant des juniors élites n’est d’ailleurs jamais reparti…

Après avoir pu apprécier le Jet d’eau malgré deux heures de bouchons au volant de sa voiture sur les quais du Mont-Blanc, Ilja Popov espère, lui, que son séjour ne va pas déjà s’arrêter ce samedi soir au Pommier, où Fribourg Olympic a la possibilité de mettre un terme à cette finale, en s’imposant une troisième fois d’affilée.

Mercredi, il a mal dormi

«Si je suis venu à Genève, c’est pour gagner le titre, pas pour terminer deuxième», s’exclame Ilja Popov. Qui avoue avoir plutôt mal dormi mercredi soir après la deuxième défaite de son équipe à Saint-Léonard. Les Genevois menaient pourtant de 16 points à la 25e (31-47), avant de s’effondrer dans le dernier quart. «Normalement, après le coup de sifflet final, j’oublie tout, mais là…, soupire l’intérieur des Lions. Outre une douleur à la cheville, j’ai pris un gros coup sur la tête.»

Il a fallu l’arrivée de sa femme, Marina, qui va lui offrir son premier enfant en août, pour qu’il retrouve le sourire et mette définitivement ce revers derrière lui. «On voulait tellement gagner…»

Le souvenir de Vladivostok

Comment rebondir après ça? À pas de géant! «Je me souviens avoir déjà vécu cette situation, se remémore le Russe. Je jouais avec Spartak Primorie Vladivostok en demi-finale et on perdait aussi 2-0; on a égalisé puis remporté la partie décisive à l’extérieur. Si on répète le même match que mercredi jusqu’à la fin, avec plus de réussite, on peut le faire. En sport, avec un peu de chance, tout est possible.» Au fait, comment dit-on «remontada» en russe?

Outre le titre avec les Lions, Ilja Popov nourrit un autre grand espoir: jouer un jour aux Jeux olympiques sous le maillot national russe, ce qui pourrait qui lui ouvrir les portes de la NBA, là où les géants tutoient les étoiles.

Créé: 07.06.2019, 19h56

L'avant-match

Le Pommier, Grand-Saconnex, samedi à 17 h 30.

Le contexte Fribourg Olympic, qui mène 2 à 0 dans une série au meilleur des cinq matches, a l’occasion de repartir du Grand-Saconnex avec un 18e trophée de champion dans les bras.

La rumeur Selon un journaliste belge, Vedran Bosnic, le coach des Genevois, serait sur le point de signer avec le club de Mons-Hainaut. Info ou intox?

La statistique L’équipe de Saint-Léonard reste sur une série de 13 victoires d’affilée, finale de Coupe de Suisse comprise, sa dernière défaite remontant au 16 mars au… Pommier. Les Genevois ont prouvé mercredi à Fribourg qu’ils étaient capables de pousser les joueurs de Petar Aleksic dans leurs derniers retranchements.

L’appel au peuple Celui du président Imad Fattal sur la page Facebook du club: «Nos Lions ont montré du cœur à Fribourg et méritent le soutien de leur public pour que la série se poursuive avec un match No 4 mercredi, toujours à domicile, qui changerait tout.». Le mot d’ordre? Tous en blanc avec les Lions.

C.MA.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois se ruent sur les masques
Plus...