Passer au contenu principal

Li Ning, une statue en bronze qui pourrait rapporter de l’or

Le multiple médaillé aux Mondiaux et aux JO a inauguré sa statue à Montreux. Le tourisme vaudois se frotte les mains.

Li Ning a inauguré sa statue, jeudi, à Montreux.
Li Ning a inauguré sa statue, jeudi, à Montreux.
KEYSTONE

Il y a 32 ans, le gymnaste Li Ning remportait le Mémorial Arthur Gander à Montreux, devant une foule médusée. «Cette soirée est restée gravée dans ma mémoire, se remémore le Chinois de 53 ans, les yeux pétillants à l’évocation de ce souvenir. La salle était comble. Assis parterre, les enfants nous observaient dans les moindres mouvements. Je suis heureux de me retrouver trois décennies plus tard dans la «Mecque» de la gymnastique artistique.»

Jeudi soir, l’ex-sportif, devenu businessman, est donc réapparu sur la Riviera, entouré de la presse chinoise, pour inaugurer une sculpture à son effigie.

La statue de bronze de 500 kg, créée à l’échelle 1/1 par l’artiste français Sébastien Gouezigoux, a été commandée par la FSG Montreux pour son 150e anniversaire. Elle trône désormais sur le quai Edouard Jaccoud et fige le multiple champion olympique de Los Angeles (6 médailles dont 3 d’or) et du monde (2 titres, 11 médailles) dans une position qu’il affectionne: les deux mains au sol derrière le dos avec une jambe tendue et l’autre perpendiculaire. «Li Ning représente toutes les valeurs que nous défendons dans notre sport, explique Yves Depallens, président du comité «150 ans Montreux gymnastique». Il était important que sa carrière passe à la postérité.»

Venu tout droit d’Adligenswil, dans le canton de Lucerne, Donghua Li est arrivé en groupie avec chaussures et son maillot de la marque Li Ning. «Pour moi, c’est une personnalité unique qui a été une immense source de motivation constante dans ma carrière», indique le champion olympique de 1996 au cheval-d’arçons.

Rappelons que Li Ning demeure une icône du sport chinois. C’est même lui qui a été désigné comme dernier relayeur de la flamme olympique, lors des JO 2008 à Pékin. Projeté dans les airs à 40 m de haut, il avait fait le tour du fameux stade «Nid d’oiseaux» des Suisses Herzog et de Meuron, suspendu par trois filins. Il avait ensuite embrasé la vasque. «Un insigne honneur d’autant plus fort qu’il s’agissait des premiers Jeux organisés dans notre pays», souligne celui que l’on surnomme le «prince de la gymnastique».

Son statut de vedette incontournable est un atout que l’ancien athlète - très investi pour sa discipline et la promotion de celle-ci auprès des jeunes - a su faire fructifier. Depuis 1990, il a fondé l’entreprise éponyme, spécialisée dans l’équipement sportif. Aujourd’hui, la firme totalise un chiffre d’affaires de 1,1 milliard de francs et ne cesse de s’accroître. «Sans la gym, je n’aurais jamais eu un tel succès, admet Li Ning. Car ce que j’ai appris durant ma carrière, personne n’aurait pu me l’inculquer. Se forger un esprit de compétition et surtout savoir comment surmonter les difficultés fait partie de ma vie. J’essaie de diriger mon entreprise, comme ma carrière sportive. Avec persévérance.»

Ambassadeur de Montreux

Un battement de paupières de Li Ning à Montreux pourrait créer une vague de sympathie dans l’Empire du Milieu. C’est du moins ce qu’espère l’économie vaudoise, incarnée jeudi par le conseiller d’Etat Philippe Leuba. «Au-delà de l’aspect sportif, Li Ning est une personnalité extrêmement connue en Chine, argumente le chef du Département de l’économie et du sport. Il fait office d’ambassadeur, véhiculant une image très positive de la ville de Montreux et du sport d’hiver en Suisse, auprès des médias chinois. La proximité de sites internationaux tels que le CIO, le Chaplin’s World et cette statue, au même titre que les vignes de Lavaux et du château de Chillon, ne vont pas laisser les Chinois indifférents. Je suis convaincu que cette sculpture aura un impact positif sur notre économie.»

Ainsi, le Canton continue à faire les yeux doux aux Chinois, après avoir reçu le président Xi Jinping, récemment. «J’ai aussi passé une semaine en Chine en novembre avec une trentaine de chefs d’entreprises. Nous avons signé un accord de collaboration avec une province chinoise», rappelle Philippe Leuba.

Comme l’a indiqué Laurent Wehrli, son syndic, Montreux est la ville la plus «chinoise» de Suisse par rapport au nombre d’habitants. La présence de la statue de Li Ning est aussi là pour rappeler que le tourisme chinois fait un bien énorme à l’économie vaudoise.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.