Lausanne séduit le jury des JO 2020 après son grand oral

Olympisme de la jeunesseLa candidature vaudoise passait mercredi après-midi sur le gril des questions du CIO. Verdict le 31 juillet à Kuala Lumpur.

Lausanne candidate a l'organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver 2020. Daniel Brelaz devant une grande affiche annocant la candidature le 26 juin 2013 .
Vidéo: ARC Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Philippe Leuba peine à réprimer un très large sourire. Mais le ministre vaudois des Sports se force à brider ses lèvres en entendant: «Pas d’excès de confiance!» L’injonction émane du secrétaire général de la candidature de Lausanne aux Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) en 2020, Denis Pittet.

Philippe Leuba précise donc aussitôt: «Nous ne voulons pas faire de triomphalisme et ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, mais nous avons passé une étape importante avec le sentiment d’avoir réussi l’exercice.» L’exercice en question? Les responsables passaient mercredi leur grand oral devant le jury du CIO, en vue de la tenue des Jeux olympiques de la jeunesse dans le canton en 2020.

Un premier round avait été remporté fin 2014, alors que la Commission d’évaluation du CIO jugeait le dossier vaudois «globalement solide et novateur». Si bien que Lausanne 2020 prenait alors légèrement l’ascendant sur le projet roumain de Brasov, également en lice. Mais c’est un second rapport découlant de l’examen de mercredi qui servira de base au choix final des délégués, le 31 juillet à Kuala Lumpur.

Félicitations du jury

Aucune des questions que le CIO nous a posées n’est restée sans réponse», s’est réjoui Patrick Baumann, président de la candidature, à l’issue de l’épreuve. «Si bien que le jury nous a félicités à la fin de l’heure», s’est enthousiasmé Philippe Leuba. «Nous espérons que ce n’était pas par pure politesse», soulignait Daniel Brélaz, syndic de Lausanne.

«On est contents», résumait Jörg Schild, président de Swiss Olympic.Ces quatre personnes ont défendu le projet vaudois mercredi après-midi devant un jury du CIO «très jeune, de 35-40 ans», précise le conseiller d’Etat Pascal Broulis, également de la partie.

Parmi la dizaine de personnes interrogées figuraient aussi la double championne du monde en half-pipe, Virginie Faivre, et des représentants français du site des Tuffes. La candidature vaudoise a en effet la particularité d’être transnationale (lire ci-contre).

Vidéoconférence

Pourquoi Lausanne a-t-elle été auditionnée en vidéoconférence par le CIO, alors que ce dernier a son siège sur place? «Pour être à la même enseigne que Brasov», répond Pascal Broulis. «Le rapport tissé n’est pas le même lorsque l’on est dans la même salle», précise Daniel Brélaz.

Les dirigeants vaudois côtoient-ils par ailleurs les membres du CIO? «Tout le monde se connaît dans ce monde», estime Jörg Schild. Pascal Broulis intervient: «De même, il peut arriver aussi que l’on connaisse un juge au tribunal. Mais chacun reste dans son rôle. La neutralité est consacrée.»

La vidéoconférence se passait au SwissTech Convention Center. Dans la salle adjacente, une dizaine d’experts étaient là pour éventuellement épauler les «examinés». «Nous n’avons fait appel à eux qu’à deux ou trois reprises sur 17 questions», calcule Philippe Leuba.

«Nous pouvions intervenir par des mots-clés qui leur apparaissaient sur un prompteur», explique Nicolas Gyger, adjoint de la cheffe des Affaires culturelles du canton. La candidature vaudoise possède en effet un volet pédagogique, tel que le souhaite le CIO.

Quid des questions posées par le jury? Les examinés ne piperont pas mot. Pas plus que Denis Pittet ne veut parler des atouts et faiblesses de Lausanne 2020: «Ce serait se comparer à Brasov. Je ne le veux pas. Je le dis sans hargne: ils font leur route et nous faisons la nôtre.» (TDG)

Créé: 12.03.2015, 13h39

Une candidature multisites

Lausanne 2020 se répartit en quatre principaux sites: dans le chef-lieu seront logés et nourris les 1200 athlètes et leurs familles, à l’Université.

Toujours à l’UNIL, le centre de presse pour près de 900 journalistes de 70 pays sera installé dans l’Amphimax.

Le futur Centre intercommunal de glace, à Malley, devrait être de la partie (pour le patinage,le hockey, etc.), s’il est prêt à temps.

Les épreuves de ski de fond se tiendront à la vallée de Joux.

Les descentes et les compétitions de snowboard prendront leurs quartiers dans les Alpes vaudoises (Les Diablerets, Villars et Leysin). Enfin, le saut à skis se fera en France, au centre nordique des Tuffes, possédant son tremplin. Des experts techniques du CIO ont fait une visite surprise ce lundi à Lausanne, à la Vallée et aux Tuffes.

Pourquoi pas dans les Alpes vaudoises? «Peut-être parce que tout le monde est
au courant que l’on sait organiser des compétitions de ski et que ces destinations sont mondialement connues, conjecture Denis Pittet, secrétaire général de la candidature Lausanne 2020.

Les experts voulaient sans doute se rendre compte des distances entre les sites en les expérimentant eux-mêmes.»

Articles en relation

Le CIO veut assouplir ses règles sur le sponsoring

Publicité Les athlètes pourraient avoir le droit d'afficher leurs sponsors personnels pendant les JO. Plus...

JO-2016: le CIO «très satisfait» des préparatifs à Rio

Olympisme Le président du CIO Thomas Bach a fait part de sa satisfaction au sujet de l'état de préparation des Jeux olympiques d'été en 2016 à Rio. Seuls bémols: la pollution sur les site de la voile et l'organisation des transports. Plus...

Le CIO dévoile son projet de campus olympique

Lausanne-Vidy Les images du futur siège du Comité international olympique ont été dévoilées mardi. Un projet de taille signé par un bureau danois. Plus...

La ville hôte des JO 2024 sera désignée à Lima en 2017

Olympisme Le CIO a élu Lima ville hôte de sa 130e session en 2017, mardi à Monaco. L'élection de la ville hôte des Jeux olympiques 2024 y sera tenue. Plus...

Le CIO va lancer une chaîne olympique numérique

Jeux olympiques Le lancement d'une chaîne olympique numérique a été décidé par le comité international olympique (CIO). Cette chaîne n'aura pas la vocation à concurrencer les chaînes détentrices des droits pour la couverture des Jeux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...