Passer au contenu principal

Les larmes du «Greek Freak», MVP de NBA

Giannis Antetokounmpo a échappé à la pauvreté dans les rues d'Athènes et est devenu le nouveau MVP de la NBA, à 24 ans.

Giannis Antetokounmpo est né à Athènes, en décembre 1994, de parents nigérians émigrés en Grèce dans l’espoir d’une vie meilleure.
Giannis Antetokounmpo est né à Athènes, en décembre 1994, de parents nigérians émigrés en Grèce dans l’espoir d’une vie meilleure.
Keystone

C’est l’histoire invraisemblable d’un petit garçon qui, pour aider sa famille à survivre, vendait des lunettes de soleil et des DVD dans les rues d’Athènes. Giannis Antetokounmpo est né à Athènes en décembre 1994, de parents nigérians émigrés en Grèce dans l’espoir d’une vie meilleure. Dans une société durement touchée par la crise économique, la famille nigériane a été confrontée à la pauvreté, à la faim et n’a pas échappé au racisme. Le jeune Giannis aurait bien voulu devenir footballeur, jusqu’au jour où un certain Spiros Velliniatis, un coach de basketball, l’a aperçu sur le playground de Sepolia, un des quartiers défavorisés du nord d’Athènes. Pour convaincre ce gamin de 13 ans de se lancer dans le basketball, Velliniatis a promis de trouver un emploi à ses parents. Ce n’est qu’en 2013, soit quelques mois avant la draft de la NBA, que la situation de la famille a enfin été régularisée d’un coup de baguette magique et que Giannis s’est vu remettre un passeport grec après avoir vécu comme un sans-papiers durant dix-huit ans: Adetokunbo, son nom nigérian qu’il avait toujours porté jusque-là, est ainsi devenu Antetokounmpo.

Celui que l’on surnomme aujourd’hui le «Greek Freak» (le monstre grec) est le nouveau MVP de la NBA, le deuxième de l’histoire des Milwaukee Bucks après le légendaire Kareem Abdul-Jabbar au début des années 70. «Passer des rues les plus pauvres d’Athènes à la NBA revient à envoyer un homme sur la planète Mars», avait imagé Spiros Velliniatis dans les colonnes du magazine «Vice». La comparaison n’est finalement pas si farfelue: Antetokounmpo est à vrai dire un extraterrestre de 2,11 m pour plus de 110 kilos. Ses mains font 31 centimètres de long, et il atteint une envergure de 2,25 m lorsqu’il déploie ses bras. «Lancé à toute vitesse, il a une foulée balle en main de 2,74 m, comme Usain Bolt, et peut traverser le terrain en trois dribbles», a précisé «L’Équipe» dans un portrait consacré à l’ailier fort des Bucks.

Lundi soir, lorsque le «Greek Freak» a reçu son trophée, ses larmes n’ont plus arrêté de couler. Dans une allocution poignante, ses remerciements ont été destinés à son père, son inspiration, décédé en 2017 d’une crise cardiaque, à sa mère, sa véritable héroïne, ainsi qu’à ses quatre frères, qu’il admire. «Nous sommes partis de rien en tant que famille et nous allons gravir les échelons ensemble», a-t-il soufflé.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.