Jonathan Suckow, l'esthète à la volonté de fer

PlongeonDouble médaillé aux Européens juniors, le Genevois a les yeux tournés vers Tokyo 2020…

Jonathan Suckow. En réussite en Croatie, il a l’œil sur Tokyo.

Jonathan Suckow. En réussite en Croatie, il a l’œil sur Tokyo. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Rio, les Genevois sont nombreux à vivre le rêve olympique les yeux ouverts. Et ici, ils sont nombreux à vouloir leur emboîter le pas. A commencer par Jonathan Suckow, la pépite des tremplins de Genève Natation, vice-champion d'Europe juniors A à 1 m et médaillé de bronze en synchro (avec le Lausannois Simon Rieckhoff) le mois dernier à Rijeka. Cela dans des conditions proprement stupéfiantes, qui en disent long sur le talent et la volonté de cet élève de Christiane Favia…

En soi, les deux podiums du collégien de 17 ans (il étudie l’économie et le droit dans la filière sport-études du canton de Genève), champion d'Europe juniors B à 1 m en 2013, ne constituent en rien une surprise. «On partait pour trois médailles, avec l’individuel à 3 m», précise son entraîneur. Mais réussir ces résultats avec un tympan en lambeaux (!) est tout simplement inouï. Sachant que l’oreille interne est le siège de l’équilibre, on imagine le handicap qu’une telle blessure peut représenter.

«Huit jours avant de partir en Croatie, il s’est perdu dans une vrille et s’est mal réceptionné, raconte Christian Favia. Un tympan a littéralement explosé!» Urgences, nausées et vomissements. D’autant plus rageant que Jonathan était dans un forme étincelante: «Il avait eu trois mois de congé et s’entraînait sept heures par jour, précise la responsable du plongeon du GN. Il prenait même deux fois par semaine un cours avec une danseuse étoile à Lausanne.»

Le médecin ayant donné son feu vert, Jonathan l’esthète du plongeon a tout de même pu se rendre à Rijeka. «Il ne ressentait heureusement pas de douleurs, mais il avait perdu ses repères, son orientation, détaille la coach. Il a dû réapprendre à plonger.» La tête presque «momifiée» par Favia, l’élève lui a même demandé, dans son désarroi, de crier durant ses plongeons d’entraînement, afin de savoir à quel moment il devait dégrouper!

A force de volonté et de courage, le Genevois a vu ses sensations revenir la veille du concours à 1 m, qu’il a terminé (nanti d’un bonnet) à la deuxième place, grâce à une fantastique prestation en finale.

Une erreur le privera du podium à 3 m, mais avec son pote Simon Rieckhoff (le duo a terminé cette année 6e des Européens élite), il enlèvera le bronze en synchro, malgré des ajustements réduits à presque rien. Epoustouflant…

«Un soulagement, une délivrance, sourit Christiane Favia… Cette expérience a encore enrichi notre complicité. Je n’ai jamais eu autant de retours avec un élève.» Parti deux semaines à la fin de juillet en camp d'entraînement à Indianapolis, Jonathan Suckow vise les Mondiaux juniors de Kazan, en novembre. «Ensuite, on s’attaquera à la Coupe du monde élite», ajoute l'entraîneur. Avec Tokyo 2020 dans le viseur et toujours en plaçant au premier plan la recherche de la perfection…

Créé: 10.08.2016, 16h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.