C’est à en perdre l’athlète!

Au cœur des Jeux olympiquesLe Brésil découvre un nouveau sport, typiquement helvétique.

Simon Niepmann, Mario Gyr, Lucas Tramèr et Simon Schürch, soit l'équipe suisse d'aviron, photographiés mardi à Rio.

Simon Niepmann, Mario Gyr, Lucas Tramèr et Simon Schürch, soit l'équipe suisse d'aviron, photographiés mardi à Rio. Image: PETER KLAUNZER (EPA)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C'est rouge, c’est blanc, ça monte et ça descend? C’est? Un Suisse qui joue à saute-mouton entre la barrière des rösti! A Rio, on ne connaissait pas ce nouveau sport typiquement helvétique. Le Brésil est du coup, depuis hier, en état d’alerte. On craint en effet le pire du côté de Copacabana où se dérouleront dès samedi les épreuves d’aviron. Car mardi, où se tenait une conférence de presse entre rameurs helvétiques, il y a eu déjà quelques vagues qui n’annoncent rien de bon. Voilà que nos amis alémaniques se sont mis en tête que Lucas Tramèr, champion du monde du quatre sans barreur avec Simon Schürch, Simon Niepmann et Mario Gyr, n’est pas Genevois, mais rhénan. Parce qu’il fait son master de médecine à Bâle? Comme Roger Federer est absent il fallait bien le remplacer!

Maintenant, les Bernois s’indignent aussi, car celui que tout le monde s’arrache est né à Interlaken. Sans compter les Fribourgeois qui en ont fait un des leurs dans la mesure où il a obtenu son bachelor de médecine dans cette ville. Ben voyons! Accordons-lui la nationalité anglaise pendant qu’on y est, puisque Lucas, qui s’écrit avec un c et non un k, y a passé trois ans de sa vie à Oxford entre 1994 et 1997 lorsque son père y travaillait. Vous allez rire, ce vrai Suisse, qui s’exprime parfaitement en schwyzerdütsch, s’entraîne à Sarnen et vit à Zurich avec sa copine: c’est vraiment à en perdre l’athlète. «Mais ma ville, c’est Genève, c’est celle que je connais le mieux», a souri hier le membre du club d’aviron de Veysenaz. Ouf, les Welches l’ont échappé belle. Déjà qu’outre-Sarine on fait du Jurassien Steve Guerdat un Zurichois sous prétexte que ses chevaux et son écurie sont établis à Herrliberg, ça suffit. Il ne manquerait plus qu’on se crêpe le chignon entre Genève et les Vaudois pour la nageuse Noémi Girardet. Elle défend les couleurs de Lancy Natation et ses parents logent à Genolier. A Bâle, pour la paix des ménages, on dit que c’est une Romande! (TDG)

Créé: 02.08.2016, 22h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...