Passer au contenu principal

C’est à en perdre l’athlète!

Le Brésil découvre un nouveau sport, typiquement helvétique.

Simon Niepmann, Mario Gyr, Lucas Tramèr et Simon Schürch, soit l'équipe suisse d'aviron, photographiés mardi à Rio.
Simon Niepmann, Mario Gyr, Lucas Tramèr et Simon Schürch, soit l'équipe suisse d'aviron, photographiés mardi à Rio.
PETER KLAUNZER (EPA)

C'est rouge, c’est blanc, ça monte et ça descend? C’est? Un Suisse qui joue à saute-mouton entre la barrière des rösti! A Rio, on ne connaissait pas ce nouveau sport typiquement helvétique. Le Brésil est du coup, depuis hier, en état d’alerte. On craint en effet le pire du côté de Copacabana où se dérouleront dès samedi les épreuves d’aviron. Car mardi, où se tenait une conférence de presse entre rameurs helvétiques, il y a eu déjà quelques vagues qui n’annoncent rien de bon. Voilà que nos amis alémaniques se sont mis en tête que Lucas Tramèr, champion du monde du quatre sans barreur avec Simon Schürch, Simon Niepmann et Mario Gyr, n’est pas Genevois, mais rhénan. Parce qu’il fait son master de médecine à Bâle? Comme Roger Federer est absent il fallait bien le remplacer!

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.