Passer au contenu principal

Bronca et larmes pour Lavillenie à la remise des médailles

Le public brésilien a réservé un accueil glacial au Français lors de sa montée sur le podium. Déjà sifflé en finale, le perchiste avait eu des mots limites pour qualifier les spectateurs.

Renaud Lavillenie hué à l'heure de recevoir sa médaille d'argent.
Renaud Lavillenie hué à l'heure de recevoir sa médaille d'argent.

Le Français Renaud Lavillenie a été accueilli mardi par une bronca du public, peu nombreux, du stade olympique de Rio, lors de la remise des médailles du concours de la perche des JO de Rio et a fini en larmes. Le Français, médaillé d'argent du concours lundi, s'est attiré le courroux de la foule par ses propos très critiques à l'égard des spectateurs présents lors de la finale de la perche.

Alors que les sifflets descendaient des tribunes, le Français a laissé échapper des larmes sur le podium, la médaille d'argent au cou. Dans l'attente de recevoir sa médaille d'or, Thiago Braz a fait signe à la foule d'applaudir le Français, exprimant son incompréhension devant cette bronca.

Une fois sa médaille reçue, Renaud lavillenie a trouvé refuge dans une petite salle sous la tribune principale, selon un photographe de l'AFP. Là, il s'est effondré en larmes et a été réconforté par Sebastian Coe, le président de la fédération internationale d'athlétisme (IAAF), puis Thomas Bach, le président du CIO et l'ancien perchiste Serguei Bubka sont également venus l'entourer.

Paroles malheureuses

Le Français a reproché lundi au chaud public brésilien de l'avoir sifflé au moment de ses tentatives, alors qu'il était à la lutte pour la victoire avec Thiago Braz. Le speaker du stade avait même dû intervenir durant le concours pour demander à la foule de respecter la concentration des participants.

Renaud Lavillenie avait ensuite déclaré au micro de la chaîne Canal +: «C'est la première fois qu'on voit ça en athlé. Je pense que la dernière fois qu'on a vu ça, c'est quand Jesse Owens a couru en 1936 (...) Ca fait chier d'avoir un public de merde comme ça sur des JO».

Lors de la conférence de presse qui a suivi, Lavillenie s'est immédiatement excusé pour ses propos, qu'il n'a pas d'ailleurs pas réitérés après son passage devant les télévisions détentrices de droits.

«J'ai fait une grosse erreur. J'étais sans doute trop énervé. Bien sûr qu'on ne peut pas comparer ces deux publics», a-t-il déclaré.

Lavillenie s'est également excusé sur Twitter: «Désolé pour cette mauvaise comparaison. C'était une réaction à chaud et je réalise qu'elle était inappropriée. Désolé tout le monde».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.