Le Brésilien Da Silva fait chuter Lavillenie

JO 2016Le Français, champion olympique en 2012, s'est fait surprendre par un jeune perchiste entrainé par Vitaly Petrov. Sur le 800 m, le Kényan David Rudisha conserve son titre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les soirées de folie se succèdent au stade olympique de Rio. Au terme d'une journée mémorable et cruelle à la fois, le Brésilien Thiago Braz da Silva a enflammé le public en ravissant in extremis le titre du saut à la perche au Français Renaud Lavillenie grâce à un bond prodigieux à 6m03.

Renaud Lavillenie avait pourtant fait tout juste, ou presque, et ne pouvait rester qu'incrédule, aux côtés de son coach Philippe d'Encausse, devant ce à quoi il venait d'assister. C'est-à-dire voir un Brésilien de 22 ans, outsider tout au plus, une grosse cote, ajouter 10 cm à son record personnel pour s'envoler bien au-delà des six mètres, après avoir eu l'audace de faire une impasse à 5m98!

Aisance

Cette impasse était la seule possibilité pour lui de devancer - en cas d'égalité - Lavillenie, qui avait franchi toutes ses hauteurs au 1er essai. L'Auvergnat avait même mis une telle aisance à passer ses barres à 5m75, 5m85, 5m93 et 5m98 que L'Equipe pouvait déjà estimer, comme (presque) tous les observateurs, et écrire sur son site internet qu'il fonçait sur l'or.

D'autant qu'à 6m03, par deux fois, il a manqué de peu, s'élevant au-dessus de la barre mais la faisant tomber avec son bras ou sa poitrine. Pas grave, pensait-on alors.

Un saut venu de «nulle part»

Le public français pouvait clamer ses encouragements et scander son nom, Lavillenie ne devait pas devoir céder son titre pour autant. Mais c'était compter sans la rage, le coup de folie de da Silva. A son deuxième essai à 6m03, une hauteur semblant inabordable pour lui, il sortait un saut venu de «nulle part» pour laisser le Français k.-o, penaud médaillé d'argent avec 5m98, après une ultime tentative (ratée) à 6m08.

Le Brésilien est un prodige, sacré champion du monde juniors en 2012. Il est aussi l'élève de Vitaly Petrov, le coach russe qui a «fait» Yelena Isinbayeva. Et le festival brésilien n'est peut-être pas fini à la perche, puisque Fabiana Murer aura de bonnes chances d'imiter son compatriote dans le concours féminin.

Titres consécutifs

Pour Renaud Lavillenie, il s'agit du deuxième coup dur de l'année - on ne saurait parler d'échec vu la qualité de son concours - après son zéro pointé des Championnats d'Europe d'Amsterdam. Le Français est le champion olympique 2012 et reste bien sûr recordman du monde (6m16 en salle en février 2014), c'est aussi une «bête» de meeting.

Mais il n'est pas devenu lundi le deuxième homme de l'histoire à conquérir deux titres olympiques à la perche. Il reste en outre toujours en quête d'un titre mondial.

Sam Kendricks a pris le bronze avec 5m85. La qualité et l'intensité émotionnelle de ce concours ont été d'autant plus incroyables que la soirée avait longtemps été perturbée. Une forte averse s'était abattue sur Rio avant 21h, entraînant une interruption des compétitions d'une bonne demi-heure, alors que les perchistes avaient déjà sorti leurs gaules.

Rudisha impérial

David Rudisha a plus d'un tour dans son sac. Avec une tactique toute différente, le Kényan a conservé son titre olympique du 800 m acquis quatre ans plus tôt à Londres. Il a pris les commandes après 500 m de course pour s'imposer dans l'excellent temps de 1'42''15, devant l'Algérien Taoufik Makhloufi (1'42''61).

A Londres, le champion masaï avait mené un train d'enfer dès le début pour signer un record du monde, en 1'40''91. Cette fois, c'est son compatriote Alfred Kipketer, 19 ans, qui a tiré les marrons du feu en parcourant les 200 premiers mètres en 23''. Un tempo d'enfer, qui a usé les moins résistants. Rudisha, lui, n'allait pas exploser.

De retour au sommet après une saison jusque-là en demi-teinte, celui qui avait été dominé lors des sélections internes (trials) kényanes a su encore répondre présent le jour J. Comme à Londres en 2012 et comme aux Mondiaux 2015 à Pékin, où il avait adopté une tactique encore différente de celles de Londres et de Rio, en surgissant dans la dernière ligne droite.

Bref, Rudisha maîtrise tous les scénarios. Et le voir courir reste un régal. Le prince à la voix douce allie puissance et légèreté sur la piste comme bien peu de ses pairs.

Derrière Makhloufi, l'Américain Clayton Murphy a conquis le bronze en 1'42''93.

Pari manqué pour Allyson Felix

Les athlètes féminines en quête de séries historiques semblent maudites. La Bahaméenne Shaunae Miller a décroché l'or du 400 m, privant l'Américaine Allyson Felix d'une cinquième couronne olympique (dans plusieurs disciplines) qui eût été historique pour une femme en athlétisme.

Après les échecs de Tirunesh Dibaba et de Valerie Adams à devenir les premières femmes à signer un triplé olympique dans une même discipline (sur 10'000 m et au poids en l'occurrence), Allyson Felix a donc manqué son pari. Mais elle peut repartir la tête haute.

Car Shaunae Miller s'est révélée redoutable. Il y a toujours une perle des Caraïbes qui se cache quelque part, a fortiori sur le tour de piste. Ce duel entre deux des athlètes des plus graciles du circuit a tourné de justesse, pour 7 centièmes, à l'avantage de Miller (49''44 contre 49''51), qui recouvre d'or, à 22 ans, son chapitre glorieux ouvert l'an dernier avec sa médaille d'argent aux Mondiaux de Moscou.

Petit à petit, dans la dernière ligne droite, Felix a grignoté les centimètres, donnant l'impression de pouvoir rattraper sa rivale. Mais Miller a tenu. Elle s'est jetée sur la ligne et a fini à plat ventre sur la piste détrempée. Mais elle n'aurait pas eu besoin de ce plongeon pour conserver une courte avance. L'effort des deux femmes, qui ont eu de la peine à s'en remettre, fut à son paroxysme. La Jamaïcaine Shericka Jackson a accroché le bronze à son cou, en 49''85. (ats/nxp)

Créé: 16.08.2016, 06h44

Articles en relation

Lavillenie et les meilleurs Suisses de la partie

Athletissima On sait désormais que le sauteur à la perche français sera présent au meeting d'athlétisme, en août. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Regula Rytz vise le siège d'Ignacio Cassis
Plus...