Imad Fattal en a assez que Genève soit le Poulidor du basket suisse

BasketballLe président des Lions ne se satisfait pas de la troisième victoire en SuperCup, obtenue face à des Fribourgeois qui avaient la tête ailleurs.

Vainqueurs de la SuperCup, les Genevois s’annoncent d’ores et déjà comme les principaux rivaux de Fribourg cette saison.

Vainqueurs de la SuperCup, les Genevois s’annoncent d’ores et déjà comme les principaux rivaux de Fribourg cette saison. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Doubles tenants du titre, les Lions de Genève n’ont pas manqué l’occasion de garnir un peu plus leur vitrine en s’adjugeant le premier des quatre trophées mis en jeu par Swiss Basketball. Ils n’ont même pas eu besoin de rugir, à Yverdon, pour dominer des Fribourgeois qui se sont volontairement passés des services de Babacar Touré, Natan Jurkovitz et Timothy Derksen, annoncés blessés. Engagé en Coupe d’Europe dès demain en Slovaquie face au BK Inter Bratislava, dans le cadre du premier tour des qualifications pour la Ligue des champions, Olympic n’a pas voulu prendre le moindre risque.

Président de Swiss Basketball, Giancarlo Sergi ne pouvait envisager de se priver du dernier champion de Suisse et vainqueur de la Coupe (rebaptisée Patrick Baumann Cup) lors de cette 5e édition de la SuperCup. «Nous avons même avancé cet événement d’une semaine pour être certains de pouvoir compter sur Fribourg Olympic», précise le membre du conseil d’administration de FIBA Europe.

Le président remonté

Président des Lions de Genève, Imad Fattal avait la dent dure à l’égard de son rival du jour: «Ce match était un premier test pour nous, mais il a été faussé par les défections fribourgeoises, regrettait-il. À ce sujet, j’aimerais dire que je suis extrêmement déçu. Je trouve que Fribourg Olympic aurait dû aligner tous ses joueurs. J’espère que les blessés étaient vraiment blessés, parce que si je les vois jouer mardi soir, ce serait quand même un manque de respect par rapport à notre championnat et par rapport aux efforts que fournit notre fédération pour mettre sur pied de tels événements.»

Pour le reste, Imad Fattal se veut optimiste pour la saison à venir. «Il est nécessaire d’avoir un peu de recul, ajoute-t-il. On a un effectif intéressant, mais il faudra voir si la mayonnaise prend. Les noms sur un papier, ça ne veut rien dire.»

D’autant plus que la moitié de l’effectif a été remodelée. «On a vu la saison passée que l’on n’était finalement pas loin du compte, poursuit l’avocat genevois. On a voulu simplement se renforcer défensivement. Les choix de Marquis Addison et de Jonathan Dubas, qui remplacent Terry Smith et Marko Mladjan, c’est une volonté d’être plus forts dans ce secteur de jeu. Après, on a pris un pari sur Samir Sehic, un rookie de 23 ans tout juste. Je me réjouis qu’il ait fait un très bon match ce soir. Il a d’ailleurs été désigné MVP. J’espère qu’on a fait les bons choix. Le but est toujours le même, c’est celui de soulever le trophée de champion. Cela fait trois saisons que nous sommes les Poulidor du basket suisse. C’est frustrant.»

Pas logés à la même enseigne

Imad Fattal sait pertinemment qu’Olympic pourra capitaliser sur l’intensité que ses joueurs auront l’occasion de mettre dans les matches européens. Les Fribourgeois auront de ce fait une longueur d’avance. «On n’est pas logés à la même enseigne dans le championnat suisse, explique le président genevois. On a eu l’occasion de goûter à cette intensité lors de rencontres amicales disputées face à des équipes françaises et allemandes.»

Tout comme Samir Sehic, éblouissant face à Fribourg Olympic (19 points et 8 rebonds), Jonathan Dubas (11 points) a déjà pris ses marques au sein de sa nouvelle formation. Dur au mal, le guerrier veveysan de 28 ans (203 cm) sera un atout précieux à l’intérieur. Adnan Chuck, qui l’a entraîné ces deux dernières saisons en Suède, le connaît par cœur. Le nouveau coach des Lions n’a paraît-il pas son pareil pour unifier un groupe.

Révélation suisse de la dernière saison de la Swiss Basketball League, Robert Zinn ne manquera pas d’attirer lui aussi tous les regards. Ancien meneur du BC Boncourt (14,3 points, 5,5 rebonds et 4,2 assists en moyenne), le Germano-Suisse de 24 ans (195 cm) aura sa carte à jouer au sein d’un effectif où Mikaël Maruotto, Marin Bavcevic, tous deux issus du BBC Monthey, Alexandre Hart (Pully-Lausanne) et Christian Tukama (Meyrin Basket) n’arrivent pas les mains vides.

Créé: 16.09.2019, 19h51

Olympic - Genève 60-73 (26-39)

Les quarts: 8-22 18-17 14-19 20-15.

Centre sportif des Îles, Yverdon-les-Bains,
750 spectateurs.

Arbitres: MM. Herbert, Stojcev et Pilet.

Fribourg: Mbala (5), Louissaint (2), Jaunin (13), Gravet (8), Garrett (18); Pollard (10), Kuba, Solioz (4), Martina, Schommer.

Genève: Humphrey (10), Colter (12), Cotture (9), Dubas (11), Addison (8); Sehic (19), Zinn (4), Maruotto, Bavcevic.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...