Un accent qui sent fort le sirop d’érable

Hockey sur glaceMySports a engagé un Québécois pour mettre de la couleur sur les matches de National League.

Jonathan Filion vit un rêve dans notre pays.

Jonathan Filion vit un rêve dans notre pays. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Surprise mardi soir sur «MySports». Les fans de Ge/Servette, ceux qui n’étaient pas à Davos, ont été étonnés d’entendre une nouvelle voix pour narrer les péripéties de leur club. L’accent sentait fort le sirop d’érable. D’aucuns l’ont trouvé écoeurant, d’autres plutôt agréable au palet. S’il avait déjà commenté un match de FR Gottéron le mois dernier, c’était une première pour Jonathan Filion avec les Aigles.

Engagé par la chaîne privée en décembre 2018 pour des piges avant d’être embauché définitivement depuis novembre 2019, ce journaliste québécois de 27 ans vit un rêve en Suisse. «Pour avoir joué durant douze ans à Trois-Rivières, le hockey est dans mon sang. Moi qui n’avais jamais pu relater une partie à la télé chez moi, c’est une chance de vivre ici de ma passion.»

Frappé par l'ambiance

C’est aux Vernets en 2017 qu’il a vécu son baptême du jeu en Suisse. «J’avais été frappé par l’ambiance avec tous ces chants, explique ce mercenaire. J’ai vu ensuite le derby du Léman à Lausanne, cette rivalité m’a rappelé ce que j’avais vécu à Montréal. J’ai d’emblée croché à votre championnat.» Des matches, il en «mange» énormément, de quoi en faire une indigestion. «Je connaissais les joueurs qui évoluaient en Amérique du Nord, pour les autres je me suis renseigné. Je suis comme un étranger qui débarque dans le championnat, prêt à travailler fort pour progresser.» Comme bien articuler le nom de Robert Mayer, par exemple...

«L’accent aide pour le hockey»

Jonathan Filion ne cache pas qu’il y a eu forcément des réactions de téléspectateurs habitués à d’autres prononciations. «Disons que l’accent aide pour le hockey, remarque le Canadien. A ce jour, les gens aiment beaucoup, les commentaires qu’on recoit sont souvent positifs.» S’il lui arrive parfois de modifier le sens de mots qui ont une autre signification au Québec, il n’a pas eu à cacher ses origines. «Je craignais qu’on ne me comprenne pas, mais mes chefs à MySports m’ont dit au contraire que c’était ma couleur et que c’était une des raisons pour lesquelles on m’avait fait signer un contrat.» Et d’avouer qu’il a été «agréablement surpris» par le niveau. «Je trouve qu’il y a une très bonne ligue serrée et passionnante comparable à la KHL et la AHL.»

«Qu'un romand triomphe enfin!»

Après Fribourg et Genève, le commentateur installé à Villeneuve se rendra bientôt à la vaudoise Aréna pour suivre LHC contre Langnau. Il se réjouit surtout des play-off. Le journaliste estime qu’avec Eric Fehr, qui a remporté la Coupe Stanley, et Daniel Winnik qui a également une belle expérience dans les séries, Ge/Servette pourrait aller jusqu’en finale. «Ce serait intéressant pour le hockey suisse qu’un romand triomphe enfin», s’exclame ce Canadien, qui aime bien les surprises.

Christian Maillard

Créé: 13.02.2020, 17h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...