A 17 ans, Théo Rochette vit déjà comme un pro

Hockey sur glaceAux Remparts de Québec, l’ancien junior du Lausanne HC découvre un cadre de travail extraordinaire. Il raconte.

Les Remparts de Québec mise sur Théo Rochette pour renouer avec le succès ces prochaines saisons

Les Remparts de Québec mise sur Théo Rochette pour renouer avec le succès ces prochaines saisons

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Théo Rochette (17 ans) n’est pas un hockeyeur professionnel. Du moins, pas encore. Mais, depuis le 11 décembre 2019, date de l’échange qui l’avait fait passer des Saguenéens de Chicoutimi aux Remparts de Québec en Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec (LHJMQ), l’ex-junior du Lausanne HC évolue dans un environnement qui ferait pâlir plusieurs pros du championnat helvétique. «Ici, c’est la classe, tout simplement», résume le joueur de centre du premier trio de l’équipe dirigée par Patrick Roy.

Il y a le cadre de travail, bien sûr. Ce fabuleux Centre Videotron, rutilante enceinte de 18’000 sièges érigée à un jet de puck du Colisée, l’ancien domicile des Nordiques en NHL. «Théo joue régulièrement devant 7-8000 spectateurs, relate Christine, la maman du No 9 des Remparts, qui chaperonne son fils dans la Belle Province depuis près de deux ans. On a même vécu un match avec 13 000 fans.» La popularité du club entraîne aussi des responsabilités en dehors de la glace. «C’est une grande ville, donc on est encore assez anonymes lorsqu’on se promène, détaille Théo. Mais on mesure bien l’intérêt de la communauté lors des événements promotionnels auxquels nous prenons part.» Vendredi, alors que Québec était balayé par une violente tempête et que les autorités demandaient aux citoyens de ne s’engager sur les routes qu’en cas d’extrême nécessité, près de 6000 personnes avaient bravé les conditions extrêmes pour assister à la victoire contre Cap Breton (3-0).

L’attention de Patrick Roy

Il y a aussi l’identité de l’entraîneur. Ancien gardien du Canadien de Montréal et de l’Avalanche du Colorado, Patrick Roy a soulevé quatre fois la Coupe Stanley. «Il est une légende et c’est un privilège de pouvoir bénéficier de sa science du hockey», glisse Théo Rochette. Présent dans les tribunes, son papa Stéphane est tout aussi admiratif du travail effectué dans les coulisses. «Patrick Roy voulait absolument Théo, explique l’ancien arbitre devenu analyste chez MySports. Tous les jours, il passe de nombreuses minutes à analyser le jeu de Théo à la vidéo. Il l’aide vraiment dans son développement.» En reconstruction, les Remparts ne sont pas des aspirants aux grands honneurs cette saison, Roy bâtit les fondations d’une équipe gagnante pour 2021 ou 2022 et Rochette fait assurément partie de ses plans. Le Vaudois patine régulièrement plus de 20 minutes par rencontre et est aligné sur la première vague d’avantage numérique.

Toute la journée à la patinoire

Il y a encore l’encadrement dont bénéficient les joueurs. Tous les matins, un chauffeur vient chercher Théo Rochette à son domicile pour l’amener au Centre Videotron. «Le matin, on y prend le petit-déjeuner avant d’entreprendre la partie scolaire de leur programme.» Certains joueurs suivent des cours après ces professeurs; d’autres, comme Cole Cormier (le fils de Derek, l’ancien attaquant du HC Sierre) s’instruisent par correspondance. «Après le repas de midi, on prend une pause et on saute sur la glace pour la séance d’entraînement», reprend Rochette. La journée de travail se termine souvent par un décrassage au fitness situé à proximité du vestiaire avant que le chauffeur raccompagne les hockeyeurs en herbe dans leur pension ou, comme pour Rochette, dans leur appartement.

De quoi rassurer les parents et placer les joueurs une situation idéale pour rayonner sur la patinoire et à l’école. «Je suis effectivement heureux», résume un Rochette qui passera la saison morte en Suisse.

Créé: 11.02.2020, 16h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...