Le réveil récent de Wick? Une forme de sérendipité

Hockey sur glaceDepuis cinq parties, le buteur des Vernets marque systématiquement. Et si la raison de ce renouveau n’était en fait qu’un accident?

Jeremy Wick a trouvé le chemin du but lors de ses cinq dernières sorties.

Jeremy Wick a trouvé le chemin du but lors de ses cinq dernières sorties. Image: Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après trois mois à être trimbalé d’une ligne à l’autre, Jeremy Wick a peut-être (enfin) trouvé en Floran Douay et Noah Rod les compagnons parfaits. Depuis, le Canado-Suisse a marqué cinq fois en cinq matches. Auparavant, il avait joué avec Almond et Rod, puis Richard et Almond, Richard et Rubin ou encore Romy et Rubin. Un remue-méninges qui a finalement débouché sur cette association fructueuse. «Flo est un gars qui en impose par son gabarit, nous a confié le serial buteur. Il rend les choses plus simples pour ses coéquipiers de ligne. Et grâce aux espaces qu’il est capable de créer, il y a des lignes de shoot qui s’ouvrent pour Noah et moi.»

«Je ne suis pas un génie»

Si les trois hommes sont Grenat depuis plusieurs saisons, ils n’avaient que rarement joué ensemble. Douay, Rod et Wick, une idée de génie? «Disons que c’est plus circonstanciel que génial, pouffe Chris McSorley. Je ne suis pas un coach qui se borne avec le même alignement si je vois que cela ne fonctionne pas. Alors une fois j’ai mis ces trois noms sur la même ligne et voilà…» On lui souffle le mot «sérendipité», la réalisation d’une découverte scientifique de manière fortuite, à l’instar notamment de la pénicilline, de l’aspartame ou encore du Viagra. L’entraîneur des Grenat se marre. «C’est exactement ça. Une découverte liée au hasard.»

Depuis le début de sa carrière, Jeremy Wick a toujours été un buteur en série(s). Et ce n’est pas un hasard de le voir prendre feu de temps à autre. Avant, souvent, de disparaître. «C’est quelque chose qui me tracasse, remarque-t-il. Je travaille pourtant toujours de la même manière.» Un avis que son entraîneur partage: «Avec lui, tu sais toujours que tu auras l’effort maximum. Il ne trichera jamais. C’est peut-être la caractéristique que je préfère chez lui.»

Lui aussi balancé d’une ligne à l’autre, Noah Rod est content de voir une certaine forme de stabilité pointer le bout de son nez. «Nous savons que cela fait partie du jeu, mais devoir changer à chaque match d’ailiers, ce n’est pas facile. Avec Jeremy, le jeu devient simple par sa seule présence sur la glace.» Pour parler de son coéquipier, le capitaine chipe une expression aux footeux: «C’est un renard des surfaces. Il n’a pas besoin de deux occasions pour marquer. Un peu comme le Ronaldo du Brésil. Tu ne le vois pas du match et il termine avec deux buts.»

Confirmer à Langnau

Avec treize goals, Jeremy «Ronaldo» Wick était le meilleur buteur genevois lors du dernier championnat. Le puissant ailier enquillait les réussites comme personne. Le refrain est connu. Celui d’un buteur en pleine confiance. L’impression que le puck trouvera toujours son chemin pour terminer sa course au bon endroit. «Un sentiment fantastique, nous explique-t-il. Lorsque tu es dans cet état, tout est simple.»

Mais ça, c’était avant. Avant ce début de saison compliqué. Une vingtaine de matches et cinq buts. Certes, le total n’était pas désolant, mais il était loin de refléter une autre réalité: celle d’un joueur qui se cherche. «Dans ces moments, tu serres trop fort la canne, image-t-il. Tu ne veux surtout pas rater la cible. Et le gardien a le temps de s’ajuster.» Jeremy Wick espère que ces sensations ne feront pas leur retour de sitôt, pour que le succès soit au rendez-vous dès ce soir à Langnau.

Jeremy Wick a fait trembler les filets lors des cinq derniers matches de championnat de Ge/Servette. L’ailier droit a (enfin) lancé sa saison après des débuts compliqués.

(nxp)

Créé: 04.12.2018, 09h00

L'avant-match

Langnau - Ge/Servette


Patinoire de l'Ilfis, mardi (19h45)

L’infirmerie
Les Aigles patineront sans Fransson, Tömmernes, Skille, Wingels ni Völlmin, tous blessés. Almond s’est entraîné lundi, mais sa participation au match de ce soir sera décidée dans la journée. Romy, lui, est suspendu.

La statistique
Avec 22’ 27’’ de présence lors de ses deux premiers matches, le nouveau venu Eric Martinsson a déjà un temps de glace «tömmernesien». Et comme son compatriote ne sera pas de retour ce soir ni peut-être même ce week-end, l’arrière suédois va encore bouffer de la glace. Heureusement, il semble avoir les épaules suffisamment larges.

La confirmation

En plus du défenseur Roger Karrer, Chris McSorley a mis sous contrat un autre jeune Zurichois. Comme nous l’annoncions il y a deux semaines, l’ailier Marco Miranda (20 ans) a paraphé une entente de trois ans avec le club des Vernets.

L’adversaire
Avec DiDomenico et Pesonen, Langnau possède deux des six meilleurs compteurs de la ligue. La revanche sur la défaite en Coupe, mardi dernier, passera par une attention toute particulière aux deux compères.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...