Passer au contenu principal

«Rien ne peut entacher notre collaboration au GSHC»

Ces mots de Chris McSorley, prononcés en juin 2015, sonnent faux, bientôt deux ans après.

Chris McSorley
Chris McSorley
Eric Lafargue

«Hugh Quennec a toute ma sympathie et ma confiance. Rien de ce qui se passe au Servette FC ne peut entacher notre collaboration au GSHC»Chris McSorley

Ce n’est plus le cas. Le 2 juin 2015, Chris McSorley déclarait dans nos colonnes, après la relégation administrative du Servette FC: «Les Genevois doivent aussi se souvenir de ce qu’a fait Hugh pour Ge/Servette. Rappelez-vous en 2005, l’équipe était pratiquement morte. Quennec est arrivé quelques mois plus tard et regardez aujourd’hui la situation du GSHC: saine et performante au plus haut niveau.»

Près de deux ans plus tard, les mots du nouveau manager général de Ge/Servette sonnent faux. Le patron du club s’appelle désormais Mike Gillis – amené par Hugh Quennec – et entre les deux ex-amis, on se tolère, sans plus. Pour le bien du GSHC…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.