Peine capitale pour Ge/Servette qui a perdu la tête à Berne

Hockey sur glaceSamedi, les Aigles se sont inclinés face au champion. Les Grenat ne sont plus leaders.

Simon Le Coultre a souvent été devant André Heim, mais au final, dans la capitale c’est Berne qui s’est imposé.KEYSTONE

Simon Le Coultre a souvent été devant André Heim, mais au final, dans la capitale c’est Berne qui s’est imposé.KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Oui, nous pouvons regretter que la belle série de victoires soit terminée. Mais au final, cela n’est qu’une péripétie dans une saison magnifique. Les Aigles, qui se sont présentés en leaders à Berne, ont fait honneur à ce statut. «La confiance emmagasinée durant ces sept succès consécutifs nous aide, a analysé Henrik Tömmernes. Cela nous a permis d’avoir encore davantage conscience de nos moyens. Certes nous perdons ici à Berne, mais n’avons pas à rougir.»

Et comment! Rarement le CP Berne n’a été autant dominé dans sa PostFinance Arena. Samedi, les champions de Suisse en titre ont vécu une soirée compliquée face aux hommes de Pat Emond. Après avoir rapidement mené 3-1, le SCB a ensuite subi, subi et encore subi. Lors des deux derniers tiers-temps, ils n’ont plus mis le nez à la fenêtre (14 tirs à 26). Héroïques, ils se sont comportés comme un petit contraint de s’arc-bouter autour de son but pour ne pas subir l’égalisation. Comme si de rien n’était

Car samedi, le grand n’était pas le richissime club de la capitale. De loin pas, même. Après un départ en fanfare, la troupe de Kari Jalonen a ensuite enchaîné les fausses notes. Il faut dire qu’elle a été bien aidée par le jeu de Genevois qui ne craignent rien ni personne. «Berne a livré deux bons matches, a félicité Louis Matte. Ils ont été très appliqués pour nous battre et il faut leur donner du crédit. Dans l’intensité, je trouve que nous nous rapprochons doucement de celle d’une rencontre de play-off.»

Ainsi la série de victoires est terminée. Mais au fait, cela change-t-il vraiment quelque chose? «On parlera peut-être un peu moins de nous, rigole Louis Matte. Mais nous n’avons pas trop fait attention. Avec la pause, nous avons gagné trois matches fin 2019 et quatre matches début 2020. Mais dans le fond, nous avons continué de travailler de la même manière en gardant les pieds sur terre. Les gens mettront peut-être les projecteurs ailleurs. Ce n’est pas forcément mauvais.»

Un peu de calme!

Mais il y a tout de même un «petit» problème au terme de cette soirée. Outre cette défaite guère dommageable, le GSHC a vu Daniel Winnik se prendre une pénalité de match. Le Canadien, si souvent à la limite, a récemment tendance à la dépasser ces derniers temps. On se souvient de son double coup de gueule qui lui a justement valu une pénalité mineure vendredi. Il y a cette fois eu la pénalité de match récoltée après la sirène finale à Berne.

Coupable d’être allé dire son fait avec un peu trop d’entrain au quatuor arbitral, le solide attaquant, qui avait inscrit son 18e but de la saison à la 10e minute, s’est vu signifier le chemin des vestiaires. Élu homme du match, il n’a pas pu aller chercher son prix. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la ligue n’avait pas encore communiqué sur d’éventuelles suites à cette affaire. Il se peut qu’il soit suspendu mardi, puisqu’il avait déjà écopé d’une sanction suprême en Coupe de Suisse face à Zurich. Toujours est-il que cette mésaventure devra servir d’avertissement à Daniel Winnik. Ge/Servette a besoin de ses hommes forts tous les soirs.

Ainsi les Grenat ne sont plus leaders du championnat. Mais là n’est pas l’important. Surtout pas, même. En regardant droit dans les yeux le champion de Suisse en titre deux fois en moins de 24 heures, les hommes de Pat Emond ont offert une éclatante confirmation de leur sérénité. Au moment où ils auraient pu se disperser, forts de cette première place pour le moins inattendue, ils ont livré deux batailles contre une équipe en pleine lutte pour les play-off. «Nous savons que nous n’allons jamais avoir de succès si nous ne livrons pas un match complet durant 60 minutes, détaille Henrik Tömmernes. D’ailleurs nous perdons à Berne car nous avons eu un trou en fin de première période. C’est un rappel utile pour la suite.»


Berne - Ge/Servette 3-2(3-1 0-1 0-0)

Arbitres: MM. Stricker, Tscherrig; Kovacs et Gnemmi.

Buts: 4e Sciaroni 1-0. 10e Winnik (Jacquemet, Fehr) 1-1. 18e Mursak (Praplan) 2-1. 20e Ruefenacht (Untersander/5 c 4) 3-1. 26e Bozon 3-2.

Berne: Karhunen; Andersson, B. Gerber; Krueger, Blum; Untersander, C. Gerber; Burren; Sciaroni, Mursak, Praplan; Pestoni, Arcobello, Moser; Ruefenacht, Ebbett, Scherwey; Berger, Heim, Kämpf; Spiller.

Ge/Servette: Descloux; Le Coultre, Tömmernes; Karrer, Maurer; Jacquemet, Kast; Molinari; Miranda, Fehr, Winnik; Wingels, Richard, Rod; Maillard, Smirnovs, Bozon; Riat, Berthon, Douay; Patry.

Pénalités: 4 x 2’ contre Berne; 4 x 2’, 1 x 10’ (Tömmernes) + pénalité de match (Winnk) contre Ge/Servette.

Notes: Ge/Servette sans Wick, Mercier, Völlmin ni Fritsche (blessés). Ge/Servette sans gardien de 58’25’’ à la fin du match.

Créé: 12.01.2020, 20h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...