Muet, Ge/Servette n’avait pas les crocs

Hockey sur glaceLes Aigles ont concédé une deuxième défaite de suite contre Lugano. Une réaction collective est attendue.

Le Luganais Walker (au centre) marque le 0-2 et brise les espoirs des Servettiens.

Le Luganais Walker (au centre) marque le 0-2 et brise les espoirs des Servettiens. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est peut-être la meilleure des choses qui pouvait arriver à ce stade de la saison. En enchaînant les matches contre des équipes qui se battent bec et ongles pour arracher une place en play-off, les Aigles sont directement plongés dans le même bain que celui dans lequel ils vont s’immerger au mois de mars. Face à Lugano, les Genevois ont connu un peu le même match que samedi soir à Berne. Contre un adversaire qui avait lui aussi sorti son costume de hérisson, ils sont tombés dans le panneau. Attention, ça pique! Surtout quand on ne fournit plus tous les efforts pour perforer le bouclier. Pour terrasser un Ours ou une Panthère noire, il faut avoir les crocs.

Cette deuxième défaite de rang met sans doute en lumière une certaine vérité qui avait été mise sous le tapis d’une superbe série victorieuse de sept matches. Tout avait été sans doute un peu trop beau. De quoi oublier que certaines individualités semblent évoluer un ton en dessous de ce que l’on est en droit d’attendre d’eux. Pas question de mettre à l’index certains jeunes joueurs qui n’ont plus le même rendement. On pense bien sûr à Guillaume Maillard, qui travaille comme un damné mais manque cruellement de réussite. On pense aussi à son compère de ligne, le génial Deniss Smirnovs qui connaît sa seconde baisse de régime de la saison.

Non, on pense plutôt à certains leaders qui ne répondent plus, provisoirement, aux attentes. «Rien ne sert de nommer les joueurs, tempère immédiatement Pat Emond. Mon discours n’a pas changé dans la défaite. Nous ne pouvons pas prétendre à la victoire si nous n’avons pas 20 joueurs qui se présentent pendant 60 minutes. C’était ainsi lorsque nous avons enchaîné les succès. Nos victoires étaient le fruit de ce travail collectif.»

Pat Emond est un entraîneur moderne qui sait parfaitement protéger ses leaders. Il ne dira donc pas que Tanner Richard n’a plus la même emprise sur le jeu. Tommy Wingels et Noah Rod sont, eux aussi, un ton en-dessous. «Les bons joueurs sont aussi les plus intelligents et ils sont souvent aussi les plus lucides, avance-t-il avec une certaine forme de malice. Ils seront donc aussi les premiers à savoir s’ils doivent en faire plus.»

D’une manière globale, c’est tout le groupe qui doit tirer les conséquences de ce match raté. «On doit en faire plus, admet Eliot Berthon. Mettre du trafic devant le gardien adverse, patiner davantage. Ce soir, nous n’avons pas été capables de nous installer durablement dans la zone de défense de notre adversaire et de générer du danger.»

Il est vrai que Lugano s’est royaumé dans un système de jeu ultradéfensif mis en place par Serge Pelletier. Avec le Canadien à la bande, les Bianconeri ne sont pas là pour amuser la galerie. Leur plan de match, «marquer tôt et voir venir» a été suivi à la lettre. Après 24 secondes, Thomas Wellinger avait déjà mis les Tessinois sur orbite. La suite? Prévisible. Tellement prévisible. «C’est le genre de match ou nous aurions pu jouer pendant deux jours sans marquer, admet Pat Emond. C’était donc correct de l’arrêter après 60 minutes!»

Le technicien marie l’humour car il sait que son équipe va sans doute trouver les solutions pour repartir du bon pied. À un mois et demi des play-off, le Québécois estime que c’est sans doute le bon moment pour se souvenir de certaines choses. «C’est le genre de défaite qui fait partie de notre apprentissage. On doit faire un examen de conscience collectif pour retrouver le chemin du succès.»

Créé: 14.01.2020, 23h47

Genève-Servette - Lugano 0-2 (0-1 0-1 0-0)

Les Vernets: 5788 spectateurs.

Arbitres: MM. Tscherrig, Kaukokari (Fin); Progin et Gnemmi.

Buts: 1re Wellinger 0-1. 40e Walker (Suri, Wellinger) 0-2.

Genève-Servette: Mayer; Karrer, Maurer; Le Coultre, Tömmernes; Jacquemet, Kast; Smons; Wingels, Fehr, Miranda; Bozon, Richard, Rod; Maillard, Smirnovs, Patry; Riat, Berthon, Douay; Cajka. Entraîneur: Emond.

Lugano: Zurkirchen; Chorney, Wellinger; Chiesa, Riva; Loeffel, Vauclair; Jecker; Klasen, McIntyre, Bertaggia; Bürgler, Lajunen, Suri; Fazzini, Sannitz, Lammer; Zangger, Romanenghi, Walker; Jörg. Entraîneur: Pelletier.

Notes: Genève-Servette sans Wick, Mercier, Völlmin, Fritsche (blessés) ni Winnik (suspendu). Lugano sans Morini (blessé), Ronchetti, Haussener (surnuméraire) ni Postma (étranger surnuméraire). Geève-Servette sans gardien de 58'40'' à la fin du match. Temps mort: Genève-Servette (59e).

Pénalités: 1 x 2' contre Genève-Servette; 3 x 2' conte Lugano.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...