Lapierre, y en a pas deux! Ge/Servette ferait bien d’oublier ce roi de la provoc

Hockey sur glace: play-off, demi-finale acte IILe Luganais a pourri l’acte I avec un savoir-faire consommé. Alors, vrai dur ou doux dingue, ce Lapierre?

Jouer dur, allez là où ça fait mal, Maxim Lapierre sait faire. Avec le sourire en plus, ce qui a le don de faire craquer ses adversaires.

Jouer dur, allez là où ça fait mal, Maxim Lapierre sait faire. Avec le sourire en plus, ce qui a le don de faire craquer ses adversaires. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis un travailleur qui donne toujours le maximum. C’est comme ça que j’ai été éduqué. Ce sont les valeurs familiales qui font le joueur que je suis.» Croisé peu avant minuit dans les couloirs des Vernets, Maxim Lapierre se pose un instant avant de grimper dans le car des Panthères. Forcément, il sourit. Il sourit toujours, d’ailleurs. C’est ainsi. C’est sa marque de fabrique. «Je crois que j’essaie d’apprécier mon travail, dit-il. On est chanceux de faire ça dans la vie, on a la santé, on joue le sport qu’on aime et on a la chance de jouer devant des partisans qui nous apprécient, qui nous soutiennent. Ça vaut la peine de sourire…»

Fort de son passage en NHL – 9 saisons, à Montréal (5), Anaheim, Vancouver, Saint Louis et Pittsburgh – Maxim Lapierre a appris à manier la langue de bois aussi bien qu’un ébéniste manie le trusquin. «Oui, j’ai fait mon travail ce soir. Mais non, rien n’est joué dans cette série. Je le répète tout le temps, chaque match est différent. Ce jeudi, nous avons été opportunistes et solides. Mais Genève a une équipe exceptionnelle, on a pu s’en rendre compte lors de la deuxième période.»

«C’est un guignol»

Face aux micros, le roi de la provoc devient un pro de la «com». Si sur la glace il sait mieux que quiconque nourrir la tension, il se gardera de donner à manger à ses adversaires dans les journaux. «Je m’attends à une grosse réaction lors du prochain match, c’est certain. Mais nous avons montré que nous avions les arguments pour répondre. Notamment avec notre gardien, qui a fait un job incroyable dans des circonstances compliquées avec sa sortie sur blessure puis son retour quelques minutes plus tard. C’est un guerrier.»

Mais qui est donc ce Maxim Lapierre qui n’a pas laissé les Aigles de marbre dans cet acte I? Une chose est certaine, il n’y en a pas deux comme lui dans la ligue. Mais est-il vraiment ce dur à cuire imperturbable pour lequel ses coéquipiers essaient de le faire passer? Il faut aller guigner de l’autre côté de l’Atlantique pour avoir des éléments de réponse. «Il fait le beau en Suisse, mais sérieusement, en NHL, c’est un guignol. Il joue les durs mais ne se bat que contre des petits… Allez gratter sur Internet et vous verrez.» Un bon connaisseur du hockey nord-américain croisé dans les travées des Vernets a lancé cela. Avec le sourire.

Grillé en NHL

Alors on est allé voir. Et on a souri à notre tour. Bagarres qui n’en sont pas vraiment. Et vas-y que je t’agrippe le maillot pendant deux minutes sans donner de coups. Simulation de blessure. Coup par-derrière. Matches de suspension. La totale. Maxim Lapierre ne trouve pas beaucoup de grâce auprès des amateurs de hockey nord-américain. Les fans ne sont pas tendres dans leurs commentaires. Dans ce monde de gros bras, les joueurs sont très vite catalogués. Jim Vandermeer, ex-Kloten, était un vrai joueur dur. Il avait le respect de ses pairs. Lapierre, lui, a surtout la réputation d’être un clown provocateur et simulateur. En 2013, dans un classement publié par le magazine Sport Illustrated, il pointait en 2e position des joueurs les plus détestés de NHL, juste derrière P. K. Subban (Montréal)…

«On le savait mais nous sommes entrés dans son jeu, dira Eliot Antonietti à chaud, après le match. C’est très dommage. Il a réussi à nous faire craquer. Ça ne doit plus arriver. Laissons-le faire son cirque et tout ira pour le mieux.» A force de répondre à Lapierre, les Aigles ont gaspillé de l’énergie précieuse. Ce n’est peut-être pas un hasard si une pointe de lucidité leur a manqué au moment de conclure.

Sa réputation étant faite en Amérique du Nord, Maxim Lapierre s’essaie donc à une deuxième carrière en Europe. Père de famille depuis deux ans, l’ancien coureur qui faisait chavirer le cœur des jeunes filles à Montréal s’essaie à la vie de famille. A 30 ans, il ne fera rien en revanche pour changer sur la glace. «Il n’y a qu’une seule réponse avec ce genre de joueur, c’est l’ignorance», conclut Marco Pedretti, qui lui aussi s’est pris le bec avec Lapierre. De quoi creuser encore un peu plus le sourire du Québécois. Pas mécontent du mauvais tour joué aux Aigles…


Slater et Rod hors jeu!

Ge/Servette n’a pas perdu qu’un match jeudi aux Vernets. Les Genevois, qui avaient déjà terminé la partie sans Jim Slater (sanctionné après un coup de coude), entameront l’acte No 2 sans son génial «play-maker» américain, suspendu de manière provisionnelle suite à son «éventuelle charge à la tête de Julien Vauclair» à la 17e minute. C’est ce qui est écrit dans le communiqué officiel de la Ligue.

Au Tessin, Ge/Servette devra également se passer de Noah Rod, lui aussi «suspendu de manière provisionnelle» pour cette deuxième rencontre. Il serait coupable d’une éventuelle charge à la tête de Stefan Ulmer à la 35e. «On est déçu, parce qu’il n’y a pas de ligne de conduite, peste Louis Matte. La charge de Noah n’est pas pire que celle de Julian Walker sur Iglesias. Ou celle de Sprunger…»

A-t-il touché la tête du Luganais? En revoyant les images, il est clair que Rod ne vise pas la tête. Comme il a appris la nouvelle dans le bus, le jeune attaquant a tout de même entrepris le déplacement avec ses coéquipiers. Il a le droit de s’entraîner! «Je ne me doutais pas que je pourrais être suspendu pour ça», estimait le jeune attaquant la veille. Il avait déjà été sanctionné, en quart, au match No 3 contre Fribourg.

Une procédure ordinaire a été ouverte contre les deux joueurs genevois. Aucun recours n’est possible.

Christian Maillard

Créé: 18.03.2016, 21h59

La cote* de la «Tribune de Genève»

Ge/Servette: 45%

Lugano: 55%

* Sur l’issue de la série

Power-play

L’affiche Ge/Servette affronte ce samedi soir (19h45) Lugano à la Resega dans le cadre de l’acte II de la demi-finale des play-off. Les Genevois, qui ont déjà effectué le déplacement hier matin, sont menés 1 à 0 dans la série au meilleur des sept matches.

L’effectif grenat Au Tessin, les Grenat seront encore une fois privés de Bays, Almond, Wick et Riat (blessés), et depuis jeudi de Slater et Rod (suspendus). Retour de Tom Pyatt dans l’alignement. Ivan Zanatta (licence B, en provenance de Red Ice Martigny) pourrait être lancé dans ce bain bouillant des play-off. Heinimann pourrait remplacer Rubin (malade).

Et à Lugano Côté tessinois, Julien Vauclair (commotion), touché par Slater, ne sera pas à disposition de Doug Shedden. Retour possible de Kienzle. Absent jeudi, Fredrik Pettersson sera-t-il de retour? Durant les play-off, «silenzio stampa». Et les entraînements se déroulent à huis clos.

La phrase «Genève, c’est toujours Genève qui joue dur sur le corps. Mais on était prêt pour ça. On n’a peut-être pas joué un gros match, cela dit on a marqué des buts au bon moment…» De l’ancien Servettien Julian Walker.

L’info Comme nous vous l’annoncions dans notre édition du 5 décembre, Chris McSorley avait déjà engagé une nouvelle perle canado-suisse pour la saison prochaine. Après Vukovic, Almond, Wick et Walsky, le coach des Aigles avait fait son marché à Saginaw Spirit, en OHL (ligue junior de l’Ontario). Il ne manquait que le nom de l’heureux élu, révélé vendredi par Patrick Andrey, notre excellent confrère de Yes FM. Il s’agit de Will Petschenig, 21 ans, 188 cm, 88 kg. Un joueur binational capable de jouer autant en défense qu’en attaque. C.MA.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...