Passer au contenu principal

Hockey sur glaceLes Genevois s’offrent en avance une belle Escalade

Les Biennois ont dominé le 1er tiers, les Aigles ont rectifié le tir lors des deux dernières périodes pour s’imposer (3-2) enfin contre les Seelandais.

Ah la belle Escalade! A une semaine de commémorer de la victoire de la République de Genève face aux Savoyards, c’était la fête ce vendredi aux Vernets. Après avoir été plongés deux fois dans l’amer royaume face aux Biennois cette saison, les Grenat ont profité de deux tiers de feu pour enfin verser la marmite sur la tête de leur adversaire au terme d’un choc au sommet entre le deuxième et le quatrième qui a tenu toutes ses promesses...

Tout avait pourtant mal commencé pour les Servettiens qui ont dû défier Bienne sans Henrik Tömmernes grippé, comme, semble-t-il, une autre bonne partie de l’équipe toutefois moins affaiblie par ce vilain virus. Sans son ministre de la défense, la formation des Vernets a mis du temps à entrer dans ce choc au sommet. Comme si cette absence avait paralysé les Genevois. Le visiteur, lui, pétait le feu, à l’image d’un Yannick Rathgeb qui s’est offert un époustouflant solo dans l’arrière-garde des Grenat pour ouvrir la marque (7e) d’un Bienne impressionnant, plus fort, digne de son deuxième rang au classement. Alors que Anssi Salmela (9e) aurait pu (dû) logiquement doubler la mise, les Aigles ont su toutefois faire le dos rond durant un premier tiers totalement à l'avantage des Seelandais qui ont cru peut-être un peu vite l'affaire réglée. Grave erreur.

Métamorphose genevoise

Changement de décor au tiers médian. Les joueurs de Patrick Emond sont revenus sur la glace avec un autre visage. Servi parfaitement par un Deniss Smirnovs dans un grand soir, Jonathan Mercier a égalisé à la 27e avant que Stéphane Patry en fasse de même deux minutes plus tard pour son ancien capitaine letton des juniors élites. Un jeu d'enfant pour ce GE/Servette qui a pris à son tour les commandes du match. Mais Jonas Hiller a fait du Hiller en opposant quatre fois son veto devant Noah Rod (35e), Wingels (36e), Maurer (36e) et Fehr (39e) qui auraient pu tuer la partie. De quoi nourrir de gros regrets comme la semaine dernière face à Berne pour les Servettiens.

Les Grenat avaient-ils raté le coche? On l’a cru lorsque Guillaume Maillard (41e) s’est cassé à son tour les dents sur l’ex-portier de NHL. Mais il était dit que ce serait enfin la bonne pour ce GSHC. Tommy Wingels, en bon top scorer qu’il est, a réussi à battre (44e) enfin une troisième fois le gardien biennois au premier poteau. A 3 à 1, les Aigles n’ont plus lâché leur proie, même si le jeune Janis Jérôme Moser (55e) a donné des frayeurs à Robert Mayer et ses camarades à la 55e qui ont souffert jusqu’au coup de sifflet final. Contrairement à leur dernière confrontation du mois de septembre dans cette patinoire, où ils avaient flanché dans le dernier tiers (2-4), ils avaient bien retenu la leçon. C’est surtout une victoire, la 15e, bien précieuse pour cette bande qui se rendra ce samedi à Rapperswil en toute sérénité.

Christian Maillard, Genève

Genève-Servette - Bienne 3-2 (0-1 2-0 1-1)

Les Vernets. 5906 spectateurs.

Arbitres: MM. Tscherrig, Hungerbühler; Kovacs et Gnemmi.

Buts: 7e Rathgeb (Forster) 0-1, 27e Mercier (Smirnovs) 1-1, 29e Smirnovs (Patry) 2-1, 44e Wingels 3-1, 55e Moser (Rajala) 3-2.

Ge/Servette: Mayer; Karrer, Maurer; Jacquemet, Mercier; Völlmin, Le Coultre; Smons; Maillard, Fehr, Winnik; Wingels, Richard, Rod; Patry, Smirnovs, Miranda; A. Riat, Kast, Douay; Patry, Maillard, Miranda; Vouillamoz. Coach: Patrick Emond.

Bienne: Hiller; Kreis, Moser; Ulmer, Salmela; Rathgeb, Forster; Sataric; Kohler, Pouliot, Rajala; Brunner, Cunti, Künzle; Schneider, Fuchs, Kessler; Schläpfer, Gustafsson, Neuenschwander.

Pénalités: 4 x 2’ + pénalité de match (Maurer) contre Ge/Servette; 1 x 2’ contre Bienne.

Notes: Ge/Servette sans Tömmernes (malade), Wick, Descloux, Berthon, Fritsche (blessés), Bozon (suspendu), Guebey ni Heinimann (avec Sierre). Bienne sans Fey, Lüthi, D. Riat, Tschantré, Hügli (blessés), Ullström ni Wuest (surnuméraires). Jonas Hiller quitte sa cage à la (58’20’’) jusqu’au terme de la rencontre pour évoluer avec un joueur de champ supplémentaire sur la glace puis à 6 contre 4 durant les neuf dernières secondes après une pénalité de Maurer. Temp-mort: Bienne (59’07’’).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.