Passer au contenu principal

Hockey sur glaceEliot Berthon veut faire suffoquer le Dragon

L'attaquant des Grenat va encore mettre beaucoup d'intensité ce samedi à Fribourg.

Eliot Berthon, qui a buté sur Tobias Stephan jeudi, espère bien avoir plus de réussite devant Reto Berra.
Eliot Berthon, qui a buté sur Tobias Stephan jeudi, espère bien avoir plus de réussite devant Reto Berra.
KEYSTONE

Arrivé de Lyon en 2005 à l’âge de 13 ans, Eliot Berthon fait partie des meubles aux Vernets. A l’exception de passages à Lausanne (2012-2013), Martigny (2013-2014), Bienne (2014-2016) et Ambri (2016-2018), l’international français de Genève Servette a toujours eu le coeur grenadine. Un coeur XXXL oui et des milliers de poumons, c'est une vrai pile Wonder. «Il est vrai que je me sens bien sur la glace, même si j’aimerais plus contribuer à l’équipe, sur le plan offensif. Mais ce n’est pas forcément mon rôle.» Mais que de coups de patins dans les deux sens de la patinoire, quel labeur, que de pucks récupérés, l’attaquant est prêt à tout pour ses couleurs.

Avec la même détermination

Quel travailleur! «Avec notre quatrième ligne, on essaie de faire douter l’adversaire en mettant beaucoup l’intensité», explique le marathonien genevois, qui a encore la défaite de jeudi face à Lausanne à travers la gorge, même s’il essaie de garder le positif avant ce nouveau derby qui attend les Aigles ce samedi à Fribourg.

«Il va juste falloir recharger nos batteries et aller à Saint-Léonard avec la même détermination et la même envie que ce jeudi, poursuit Eliot. On va devoir se battre sur tous les pucks, en étant agressifs. Faire suffoquer l’adversaire, c’est notre marque de fabrique.»

Au tour de Berra

Après avoir buté sur Tobias Stephan jeudi, les Aigles comptent bien trouver cette fois-ci la solution devant Reto Berra, un autre gros gardien. «Contre Lausanne on a manqué de réussite mais aussi de grinta devant le but où on n’a pas été assez percutant, mais en même temps on s’est créé beaucoup d’occasions, c’est donc positif et puis sur les soixante minutes, il n’y avait pas photo. On a la chance de se reprendre tout de suite à Fribourg...»

C’est samedi soir à la BCF Arena.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.