Eliot Antonietti se prépare à devenir plus «méchant»

Hockey sur glaceLe grand défenseur barbu de Ge/Servette travaille dur pour gagner sa place.

Eliot Antonietti doit apprendre à se faire détester sur la glace.

Eliot Antonietti doit apprendre à se faire détester sur la glace. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis que Jessica, sa tendre moitié, lui a dit oui dans les Grisons, Eliot Antonietti, le barbu de Ge/Servette, est sur un nuage, rayonnant: un autre homme. Mais en attendant de glisser, l’an prochain, la bague au doigt à sa dulcinée, c’est son préparateur physique qui lui a passé la corde au cou.

Les vacances à Vals, à la montagne, sont déjà loin derrière. Il est temps pour lui et ses coéquipiers de se remettre au travail en prévision de la saison prochaine. Et souffrir. S’il transpire toujours, ce n’est plus la faute de la chaleur, même si elle est toujours aussi suffocante. Mais de Gaëtan Brouillard, le nouveau «tortionnaire» des Vernets, venu de Rouen avec la volonté de faire tirer la langue aux Genevois en salle de force. «Il ne nous ménage pas, son programme est vraiment intensif, mais j’apprécie», lâche le gentil géant, bien décidé à prendre de la masse musculaire et se métamorphoser. D’aucuns le voient déjà dans le rôle de Zdeno Chara, le monstrueux défenseur des Boston Bruins, si imposant avec ses 206 cm.

Apprendre à se faire détester

C’est ce qu’espère le staff sportif des Aigles mais aussi le président Laurent Strawson, qui aimerait que le «bon» Eliot, qui possède encore un an de contrat à Genève, devienne plus bestial sur la glace. «Il est apprécié dans le vestiaire et dans le public, c’est un bon type et on a besoin d’un gars comme lui, de son volume, explique l’avocat genevois. Mais il ne doit pas penser qu’il est Subban, le défenseur des New Jersey Devils. On va lui demander qu’il joue sur son registre physique. On aimerait qu’il apprenne à se faire détester.» À devenir plus «méchant». Eliot Antonietti se souvient forcément de ce fameux match à Fribourg, il y a deux ans, où il avait retourné toute la patinoire contre lui, c’est si rare. «Mais méchant cela ne veut pas dire vicieux non plus, sourit ce hockeyeur qui espère surtout jouer. Maintenant, dans mes gênes, je ne suis pas quelqu’un de violent. Je peux aider l’équipe différemment. À moi d’être plus présent physiquement sans être vicelard pour autant.» C’est ce qu’on lui demande.

«J'espère jouer davantage»

Actuellement à la Résidence Les Châtaigniers à Veyrier, où il travaille en cuisine dans le cadre de son service civil, Eliot Antonietti trouve encore le temps de se préparer «comme chaque année à fond» à la patinoire pour mettre toutes les chances de son côté. «Après deux ans de belles paroles, j’espère jouer davantage», renchérit le Servettien qui, à 26 ans, est l’un des plus anciens du vestiaire. «Dans la nouvelle génération qui arrive, il y a des bons bosseurs», se réjouit celui qui était capitaine avec Pat Emond, le nouveau coach, lorsqu’il était encore junior.

Le voilà prêt à être un autre homme pour sa 10e saison et son 293e match en LNA. Pour le plus grand plaisir de Jessica…

Créé: 03.07.2019, 11h53

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les 30 ans du mur de Berlin
Plus...