«Si cela doit être notre dernière saison, que ce soit la meilleure»

Hockey sur glaceGoran Bezina est heureux d’être toujours le capitaine du Ge/Servette de Chris McSorley, qu’il espère quitter la tête haute.

A Goran Bezina et Chris McSorley de regarder dans la même direction, pour le meilleur, sans le pire!

A Goran Bezina et Chris McSorley de regarder dans la même direction, pour le meilleur, sans le pire! Image: Georges Cabrera, archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Habitant à Saint-Prex, c’est au restaurant de la patinoire de… Malley, sur la terrasse, que Goran Bezina nous a donné rendez-vous. Tout courbaturé après une séance de torture dans une salle de force lausannoise, le capitaine de Ge/Servette est revenu, proche de la fosse aux Lions, sur ces rumeurs qui l’envoyaient à Lausanne, Fribourg ou… loin des Vernets.

«Voulez-vous que je vous dise pourquoi les supporters ont organisé une tournée d’adieu lors du dernier match des play-off contre Zurich? réplique d’entrée le défenseur des Aigles. C’est à cause de vous, les journalistes, qui avez écrit des bêtises, se marre-t-il. Cela faisait deux mois qu’on prétendait que j’avais signé deux ans avec Gottéron. C’est clair qu’il y a eu des contacts, mais vous ne vouliez pas me croire quand je vous répondais que rien n’était fait. C’est ce que j’ai expliqué aux fans ce 28 mars, que je n’étais pas encore parti. Maintenant, ils pourront refaire cette fête l’année prochaine!»

Goran Bezina se marre, heureux d’être toujours dans la peau d’un Aigle, lui le clubiste, en grenat depuis 2004. Reste qu’il n’y a jamais de fumée sans feu. «Quand tu vois à un moment donné que tu es un peu moins désiré à un endroit, il est normal que tu cherches à t’en aller, reconnaît celui qui a fêté le 21 mars ses 35 ans. Quand tu es en bout de carrière, que tu as envie de prolonger quelques années de plus, tu as besoin de bonnes saisons pour finir, sinon c’est difficile. J’avoue avoir regardé à gauche et à droite, mais à la fin de janvier, quand j’ai compris qu’on ne me voulait plus, il était un peu tard pour intégrer le contingent d’une autre équipe. Parce que je ne suis pas gratuit et les gros salaires se signent en début de saison. La plupart des équipes ont, à cette période, bouclé leur budget.»

Il était prêt à s’exiler

L’international suisse était pourtant prêt à négocier un contrat à la baisse. «Mais, sourit-il, pas trop bas non plus. Il est vrai que je vieillis et que j’ai vécu certainement la moins bonne saison à Genève. Si pour ma famille il est plus simple de rester dans la région, j’étais prêt aussi à m’exiler en Suisse alémanique ou au Tessin. Alors que certains clubs ne m’intéressaient pas trop, d’autres auraient dû vendre des joueurs pour m’accueillir. Et ils n’ont pas réussi…»

Il ne l’avouera jamais, mais avec le départ de Christian Marti aux Philadelphia Flyers, Chris McSorley doit être soulagé aujourd’hui de pouvoir compter à nouveau sur… son No 57, encore un an sous contrat.

«J’ai eu une petite discussion avec Chris l’autre jour, comme si rien ne s’était passé, explique le colosse. Je lui ai fait comprendre que dans la mesure où cela doit être notre dernière saison ensemble, il faut que ce soit la meilleure. A nous deux d’être honnêtes et de se dire les choses franchement, on se connaît depuis assez longtemps pour ne plus nous murer dans le silence comme la saison écoulée. Je ne crois pas que ce soit bénéfique pour lui, pour moi et l’équipe. Comme nous sommes deux têtus, ce n’est pas évident, surtout lorsque le rôle du manager piétine sur la fonction d’entraîneur. Maintenant, si tu possèdes un joueur que tu payes autant, autant le faire jouer, non?» Mais plus à n’importe quelle condition…

L’erreur d’avoir joué blessé

«L’an dernier, se remémore-t-il, ma grosse erreur est d’avoir continué à jouer alors que j’étais blessé aux adducteurs. J’aurais dû m’arrêter trois semaines et je ne l’ai pas fait. L’équipe ne tournait pas bien et je ne voulais pas laisser tomber les gars à ce moment-là. Cela a donné, du coup, des excuses à Chris. J’ai traîné ça pendant deux mois. Je jouais sans m’entraîner et je l’ai payé par la suite. En fait, McSorley m’a mis dans une position où je ne pouvais pas me permettre de rester en tribune. J’avais envie de prouver sur la glace que j’étais encore là…»

Autre vœu de Goran Bezina: celui de ne plus évoluer en attaque! «Personne n’est sorti grandi de cette histoire», soupire encore le défenseur.

Comme l’Ontarien l’a déclaré, Bezina devrait même rester son capitaine. «Cela fait huit ans ou plus que j’ai le C sur le maillot. S’il veut me l’enlever, cela ne changera pas mon état d’esprit dans le vestiaire. Je vais d’ailleurs faire en sorte d’arriver en forme et montrer qu’après cette saison pas terrible, je peux rebondir et encore durer  quelques années. Tant que tu te sens bien, que le corps tient… Chris ne m’a pas encore parlé de m’échanger, et qui sait avec lui, peut-être que je vais prolonger encore trois ans à Genève!»

Et l’équipe nationale?

Goran Bezina est même prêt à retrouver l’équipe nationale. «Je comprends que Glen Hanlon ne m’ait pas appelé cette fois-ci, car, malgré de bons play-off, je ne le méritais pas. Mais, assure-t-il, je vais essayer d’y retourner encore une fois.» Toujours prêt à poser son corps, son cœur et son honneur sur la glace, c’est surtout ce titre de champion de Suisse qu’il rêve de remporter. Pourquoi pas avec les Aigles, avant de partir…


«Goran est exemplaire»

Chris McSorley, avec le départ de Christian Marti, le temps de jeu de Goran Bezina va-t-il augmenter ou rester le même par rapport à la saison passée?

Premièrement, je tiens à dire que je suis très heureux que Goran ait tenu à honorer sa dernière année de contrat au club. C’est un coéquipier et un capitaine exemplaire sur la glace et dans les vestiaires. Maintenant, je ne pense pas que la situation va beaucoup changer en comparaison de l’exercice précédent. Tout dépend des arrivées, des blessures et de la performance de certains joueurs. Seul le temps nous le dira.

Sera-t-il toujours votre capitaine, comme vous l’aviez annoncé?

Oui, mon choix n’a pas changé.

Etes-vous à la recherche d’un défenseur suisse pour pallier le départ de Marti?

Il est évident que j’ai quelques noms en tête. Mais il est trop tôt pour vous les donner. Je tiens encore à rester discret sur le sujet. Il faudra patienter quelques semaines avant qu’il ne se passe quelque chose de concret.

Au niveau de l’ensemble de l’effectif, avez-vous déjà des joueurs dans votre viseur?

Pour l’instant, je suis satisfait de mon groupe. Notamment avec l’avènement d’Impose et Douay. De plus, je pourrai aussi compter sur un autre très bon espoir avec l’arrivée de Damien Riat.

Vous vous rendez à Prague la semaine prochaine, où se déroulent les Mondiaux. Pour quelles raisons?

(Il rigole) Pour serrer des mains! Il est important de rencontrer des agents que j’ai eu au téléphone cet hiver mais que je n’ai jamais encore eu la possibilité de voir en personne. Je ne voyage pas en République tchèque pour y signer ou y voir des joueurs en action. Ce n’est pas l’objectif.

Qu’en est-il de Dean Kukan (ndlr: défenseur helvétique évoluant actuellement à Luleå, en Suède). Sera-t-il un joueur de Ge/Servette?

Dean est comme un mannequin de magazine que tout le monde veut s’arracher. Il lui reste un an de contrat et je doute que nous ayons une chance de le signer.

Benjamin Berger

Créé: 07.05.2015, 21h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...