Deux supporters un peu fous au cœur du derby lémanique

Hockey sur glaceL’humoriste lausannois Thomas Wiesel et l’ex-tennisman genevois Marc Rosset échangent un regard sur «leur club» et le rival lémanique, avant le duel aux Vernets.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?


Thomas Wiesel, supporter du LHC

«Lorsque je suis sur scène en même temps qu’un match du LHC, la première chose que je fais après ma représentation, c’est de consulter les résultats. En ce moment, je suis assez content de mes prestations. Mais dès que j’allume mon téléphone, mon état émotionnel en prend un coup. Franchement, elle est bizarre, cette équipe. Quand ses soucis ne sont pas offensifs, ils sont défensifs. Et les mêmes problèmes reviennent. Je crois qu’on manque de leaders.

»Et puis, on se met des handicaps. En jouant à trois étrangers seulement. En étant la plus mauvaise équipe de la Ligue à domicile. En ne gagnant pas un match contre nos rivaux romands. Je trouve d’ailleurs courageux comme challenge que d’essayer de se qualifier pour les play-off en perdant systématiquement contre Genève et Fribourg, qu’on affronte le plus souvent. Non, mais sérieusement… C’est dur d’être fan de Lausanne cette saison. Personnellement, j’ai dû aller à Bienne pour voir le LHC gagner, dernièrement.

»À part ça, on n’a jamais eu une aussi bonne équipe. Lorsque j’entends mes potes râler et demander la tête de Peltonen, je me dis qu’ils ont oublié où on était il y a sept ans. Les gens sont hyperexigeants, ici. Ils sont durs. Certains étaient déjà fâchés en début de saison, alors qu’on était troisièmes. Vous imaginez? Après, c’est normal aussi que les attentes augmentent avec le budget.

»L’équipe change. Le contexte également. On n’est plus le club de quartier qu’on était. On se professionnalise toujours plus. Mais je crois que c’est le prix à payer pour jouer les premiers rôles. Le vestiaire est devenu très alémanique? Il manque d’ancrage local? Il y a des mecs qui sont là depuis un moment, qui s’identifient au LHC. Et puis, il faut dire que les bons joueurs romands sont déjà sous contrat ailleurs. Et qu’on va chercher de sacrés gars. Bertschy et Vermin, moi, j’adore. Bon, je dois quand même dire que voir des anciens juniors lausannois faire les beaux jours de Ge/Servette, ça fait ch…

»À cet égard, il faut admettre que Genève est en train de réussir son truc. Il faudra voir ce que ça donne en play-off, mais les Aigles peuvent être dangereux. Vous le voyez aussi venir, ce GSHC-LHC en quarts de finale? D’abord, il y a le derby de ce jeudi. Et la bonne nouvelle, c’est qu’on le joue chez eux. Qui sait: peut-être que les Vernets nous rappelleront notre vieille patinoire et que ça fera remonter des souvenirs réjouissants.

»En tout cas, j’espère un réveil de nos leaders, parce qu’on en a besoin. Mardi, j’ai regardé les meilleurs moments de Lausanne – Rapperswil après mon spectacle. Enfin, le peu de meilleurs moments que j’ai trouvé… Le joueur que j’ai le plus vu, c’est Antonietti. Soit un mec qui était en béquilles la dernière fois que je l’ai croisé. Ce que j’attends de la fin de la saison? Qu’on trouve un étranger, déjà. Et qu’on monte en puissance. Les points et le classement, c’est égal pour moi, tant qu’on est en play-off. À part ça, ne pas terminer dans le top 4 pourrait être une bonne chose. À quoi nous servirait l’avantage de la glace? À perdre le premier match à la maison? Autant aller le gagner à l’extérieur, non?»


Marc Rosset, supporter du GSHC

«Je vais moins souvent aux Vernets qu’à une certaine époque. Mais je regarde quasiment tous les matches à la télévision. Et je dois dire que ce que je vois cette saison me plaît énormément. Je suis un amateur de beau hockey et je vais régulièrement en Russie voir les matches du SKA Saint-Petersbourg. J’apprécie le jeu en mouvement fait de vitesse et de passes. J’aimais beaucoup notamment le Davos des grandes années Del Curto.

»À Genève, il y a une belle évolution depuis le début du championnat. On n’est dans un style clairement différent de celui que l’on avait connu avec Chris McSorley.

»Ce que je remarque, bien sûr, c’est la belle place qui est faite aux jeunes. On savait que cette génération avait eu du succès chez les juniors, mais encore fallait-il confirmer dans l’élite. J’apprécie le beau travail du coach, et de son staff, qui a réussi le bon mix entre jeunes et anciens. Mais c’est aussi toute la politique du club qu’il faut saluer. On a quand même connu deux saisons très compliquées et l’organisation a bien failli voler en éclat. Didier Fischer, la Fondation 1890 et les dirigeants actuels ont fait un très gros boulot de stabilisation. Ça fait quand même du bien de voir que le climat a changé et que l’ambiance est saine tant dans la patinoire que dans le vestiaire.

»J’insiste sur la jeunesse. Mais j’espère que d’autres clubs vont s’inspirer de la voie choisie par Ge/Servette. Je suis un amateur de sport en général. Et quand je vois des pilotes de Formule 1 de 20ans briller, quand je vois des joueurs de tennis du même âge qui bousculent la hiérarchie, je me dis qu’il n’y a pas de raison que des hockeyeurs n’y arrivent pas dans leur sport. Quand on est bon, on est bon. Et il n’est écrit nulle part que l’on n’a pas le droit de faire jouer un jeune. Il suffit de voir ce qu’un gars comme Dennis Smirnovs est capable de proposer. Je l’aime bien, celui-là. Mais une fois encore, ce que j’apprécie le plus cette saison aux Vernets, c’est ce collectif qui a été construit intelligemment.

»Maintenant, il faudra voir sur la durée et surtout ce qui va se passer en play-off. Est-ce que ces jeunes seront capables de se hisser un ou deux crans au-dessus de ce qu’ils font actuellement? Car il ne faut pas se tromper: ce qui me fait vraiment vibrer, ce sont les play-off. En saison régulière, je suis devenu un spectateur assez zen. Je viens pour le beau jeu essentiellement et peu importe le résultat. Si j’ai vu un beau match, je peux y trouver mon compte. Même contre Lausanne? Bien sûr. Je n’ai absolument rien contre ce club et je ne dirai rien de négatif sur cette équipe. Je suis dans le soutien de mon club, pas dans la détestation de l’autre. Et puis franchement, ces dernières années, il y avait tellement de joueurs qui étaient passés de Genève à Lausanne que je ne me voyais pas conspuer un gars sous prétexte qu’il avait changé de maillot.

»La politique des deux clubs diffère, c’est un fait. Je dirais juste que chacun gère ses affaires à sa manière, selon ses propres priorités. Je suis sûr qu’ils font très bien leur boulot à Lausanne. Et puis, ils ont une patinoire, eux. C’est déjà pas mal, non? Donc on ne va pas non plus trop faire les malins. Les derbys? C’est bien de les gagner, c’est sûr. Mais en saison régulière, il faut en relativiser l’importance. Si on doit se retrouver en play-off, ce sera une autre histoire. Disons que je serai encore plus à fond derrière mon équipe…»

Créé: 29.01.2020, 17h54

L'avant-match GE Servette - LHC

Jeudi soir à 19h45 aux Vernets

Ge/Servette J. Fristche, Mike Völlmin et Jo Mercier sont blessés. Retour de Noah Rod qui a purgé ses quatre matches de suspension après sa charge sur le Luganais Alessio Bertaggia.
Dans les buts Robert Mayer et Gauthier Descloux joueront chacun un match cette semaine. La tendance? Le premier sera aligné contre LHC et le second à Fribourg.
Equilibrage Il est fort possible que Pat Emond bouscule un tantinet ses lignes. Si la triplette Winnik-Fehr-Miranda est indiscutable, le technicien pour innover en plaçant son Top Scorer Tommy Wingels à l’aile du 3e bloc en compagnie de Dennis Smirnovs et Stéphane Patry. Le second trio offensif serait alors composé de Noah Rod, Tanner Richard et Tim Bozon. Le 4e, lui devrait être dévolu à Eliot Berthon entouré de Jeremy Wick et Floran Douay. Guillaume Maillard de retour de Sierre avec qui il a marqué (enfin!) sera 13e attaquant au coup d’envoi.
L’adversaire L'entraînement sur glace était facultatif, mercredi matin à la Vaudoise aréna. Difficile dans ces conditions d’imaginer dans quelle configuration les Lions s’aligneront aux Vernets. Seule certitude: le défenseur Fabian Heldner fera son retour au jeu après avoir purgé ses deux matches de suspension. Absent mardi face à Rapperswil en raison d’une blessure au bas du corps, Ronalds Kenins est de son côté annoncé incertain. Ou plutôt très incertain. L’attaquant pourrait-il être de la partie? «C’est peu probable, a répondu Ville Peltonen. On verra demain (ndlr: jeudi) matin.»
Le mot d’Emond “Dans l’approche, la préparation, un derby n’est rien d’autre qu’un match comme les autres. On le prépare ainsi. Mais dès que le premier puck est lâché, ce n’est plus la même musique. Un match contre LHC ce n’est pas un match contre Rappi».

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...