Davos a retrouvé la joie contre des Aigles frustrés

Hockey sur glaceMalgré 37 shoots à 14, les Servettiens sont repartis des Grisons avec bien des regrets. À eux de corriger le tir à Lugano

Beaucoup de frustration pour le portier Robert Mayer, ici devant Tino Kessler.

Beaucoup de frustration pour le portier Robert Mayer, ici devant Tino Kessler. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors qu’il lui reste six matches avant que «les choses sérieuses» ne commencent vraiment, Ge/Servette s’était déjà mis en mode play-off. Comme le répétait le coach la veille, pas question de spéculer, de choisir son adversaire, c’est le meilleur moyen d’avoir ensuite un accident de quart! Alors on joue, on donne tout sur la glace, quitte à nourrir, comme ce mardi, plein de regrets.

Devant la porte de son vestiaire, Robert Mayer branle la tête, il a de quoi être frustré. C’est la première fois, assure-t-il, qu’il perd un match ici à Davos dans une cage. C’est ce qu’il a avoué à Jimmy Omer, le chef mat’ des Grenat, tout aussi déçu que son portier et que «ses» joueurs, qui avaient tout dans leurs mains et dans leurs crosses (37 tirs à 14!) pour repartir vers Genève avec un succès dans leurs bagages. Mais dominer n’est pas gagner et à la fin c’est Davos qui s’est imposé, sans forcer.

Mieux à faire

Comme l’a écrit un jour, dans une autre vie, Oscar Wilde, «la sagesse c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit». Tout ceci on l’a puisé au long de la saison dans l’encre d’un jeu simple et efficace de Servettiens devenus forcément ambitieux. Il y avait tellement mieux à faire dans les Grisons...

Or donc dans ce sprint final où tous les points sont bons à prendre pour la confiance, les Genevois, qui restaient sur un probant succès à Fribourg avant la pause, s’étaient déplacés dans les Grisons la veille pour mettre tous les atouts de leur côté. Rien de tel que l’altitude pour faire le plein de globules rouges dans cette station qu’ils ont appris à aimer depuis qu’ils ont remporté à deux reprises la Coupe Spengler. Les Aigles, qui restaient d’ailleurs sur un succès dans cette «cathédrale», ont souvent eu le puck au bout de leurs cannes. Mais voilà, après être tombés si bas en finale de Coupe de Suisse, c’était à nouveau la joie pour un Davos qui a surtout profité du manque incroyable de réalisme du visiteur lors des deux premiers tiers. Comme à Berne ou contre Lausanne aux Vernets, les Aigles, souvent en mode «rouleau compresseur», ont raté des montagnes devant la cage de Joren van Pottelberghe.

«C’est vrai, on a eu passablement de lancers, soupire Patrick Emond, mais on a manqué d’efficacité et de lucidité dans le dernier geste car notre exécution n’était pas bonne. On s’est mis nous-mêmes dans la difficulté dans notre manière de jouer et on s’est battu avec le puck durant tout le match. On a bien essayé de revenir mais nous avions toujours une fraction de seconde de retard. Peut-être bien que nous étions supérieurs à Davos, mais tous les détails qu’on faisait bien habituellement n’ont pas été peaufinés, mais ce sera mieux samedi à Lugano.» Les Genevois partiront aussi un jour avant au Tessin où ils comptent bien, cette fois-ci, corriger le tir...

Créé: 12.02.2020, 00h21

DAVOS - GE SERVETTE 2-1 (1-0 1-0 0-1)

Vaillant arena. 3932 spectateurs. Arbitres: Tscherrig, Müller; Progin, Cattaneo.

Buts: 5e Palushaj (Kienzle) 1-0, 29e Jung (M. Wieser) 2-0, 56e Smirnovs (Tömmernes/5 c 4) 2-1.

Davos: van Pottelberghe; Nygren, Jung; Heinen, Guerra; Kienzle, Barandun; Stoop; Herzog, Aeschlimann, Ambühl; M. Wieser, Lingren, Hischier; Palushaj, Meyer, Tedenby; Kessler, Egli, Frehner. Coach: Christian Wohlwend.

Ge/Servette: Mayer; Jacquemet, Tömmernes; Karrer, Maurer; Völlmin, Le Coultre; Mercier; Miranda, Fehr, Winnik; Wingels, Smirnovs, Rod; Kast, Richard, Patry; Wick, Berthon, Douay; Maillard. Coach: Patrick Emond.

Pénalités: 4 x 2’ contre Davos; 2 x 2’ contre GE Servette.

Notes: Davos sans D. Wieser, Du Bois, Corvi, Paschoud, Bader ni Baumgartner (blessés). Ge/Servette sans Fritsche, Bozon, Riat (blessés), Guebey, Charlin, Smons, Kyparissis, Vouillamoz ni Heinimann (avec Sierre).

Tir sur le poteau: Matrc Wieser (40e).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...