Passer au contenu principal

Chris McSorley cherche des solutions pour aller de l’avant

Une saison s’achève une autre a déjà commencé. Le boss des Vernets s’active pour améliorer son groupe et viser les sommets.

Chris McSorley ne perd pas de temps. Depuis lundi matin, le boss des Vernets scrute le marché et note les joueurs.
Chris McSorley ne perd pas de temps. Depuis lundi matin, le boss des Vernets scrute le marché et note les joueurs.
Eric Lafargue

Lugano fait un beau finaliste. Ses lutins suédois aux mille poumons ont été stupéfiants d’efficacité. Ils ont eu ce froid réalisme scandinave face au but de l’excellent Robert Mayer. Pour la troisième fois consécutive, le parcours des Aigles s’est arrêté en demi-finale. Pour la troisième fois, Ge/Servette est sorti la tête haute, pas forcément aidé par les circonstances, mais toujours contre un adversaire qui n’a rien volé. Deux fois Zurich, une fois Lugano: il n’y a pas de quoi rougir. La différence de budget est comme le diable, elle se cache dans les petits détails. Là, c’est ce buteur étranger hors de prix. Ici, c’est cet international au nez célèbre qui coûte les deux bras. «Nous devons pourtant continuer d’y croire, martèle Chris McSorley. Pourquoi? parce que c’est notre mission, notre devoir. Un mauvais manager va se chercher des excuses. Un bon manager va essayer de trouver des solutions pour aller de l’avant.» Depuis lundi matin, le boss des Vernets analyse, scrute le marché, note les joueurs. Dans les jours qui viennent il devra «prendre des décisions impopulaires, c’est certain». Le point sur les dossiers chauds.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.