Passer au contenu principal

«Certains doivent se regarder dans la glace»

Patrick Emond, le coach des Aigles, n’a pas du tout aimé le comportement de ses leaders au 2e tiers. Les ZSC Lions en ont profité.

Simon Le Coultre (à dr.) et les Genevois ont manqué de constance dans l’effort pour empêcher Hollenstein et les Zurichois de sortir vainqueurs de cette partie.

Il n’est jamais évident de retrouver ses esprits après avoir été mis K.-O. dans une séance de tirs au but. Comme un boxeur groggy, Ge/Servette, qui avait été envoyé au tapis puis compté dimanche dans ce même Hallenstadion, n’avait pas totalement retrouvé toute sa tête. Deux jours après leur frustrante élimination en Coupe de Suisse, les Grenat, plus disciplinés, n’auront tenu qu’un tiers, le premier, avant que ces Zurichois, qui ne sont pas leaders pour rien, ne fassent la différence dans la zone du gardien.

«On le savait qu’ils viendraient plus forts, qu’ils nous respecteraient un peu plus et que ce serait un match différent, soupirait le défenseur Arnaud Jacquemet au terme de la partie. Eux sont allés devant le but, là où ça fait mal, pas nous. Et cette fois-ci notre power play ne nous a pas sortis du trou.»

Au final, les ZSC ont marqué deux fois au deuxième tiers, score final. Lukas Flüeler, qui fêtait ses 31 ans, s’est offert un blanchissage sans être vraiment inquiété. «On doit en faire plus si on veut gagner des matches!» admet Jacquemet, une nouvelle fois frustré contre cette formation de la Limmat qui s’est imposée sans laisser toutefois une grosse impression. De quoi nourrir à nouveau de gros regrets.

S’il n’avait pas encore poussé un gros coup de gueule cette saison, cette fois c’est fait. Patrick Emond n’était pas du tout content et l’a fait savoir, laissant parler son cœur.

«Cela manquait d’émotion»

«Je pense qu’au premier tiers, on était là, oui, même si on n’avait pas généré grand-chose, remarquait le coach, l’œil noir. Mais je n’ai pas du tout aimé comme nous sommes sortis du vestiaire en seconde période…» Le Québécois va le dire à certains de ses hommes, surtout les leaders. «Cela manquait d’émotion, de plein de petites choses, en fait. Avec l’équipe que nous avons, si on ne se présente pas soixante minutes avec vingt joueurs, on est juste une bonne petite formation de National League, sans plus. Il y a des joueurs qui sont en deçà de ce qu’ils doivent fournir. C’est à eux d’élever leur volume de jeu. Si ça joue un match sur deux, comme c’est le cas depuis un petit bout de temps, on va avoir les résultats qu’on a aujourd’hui. Je pense que certains doivent maintenant se regarder dans le miroir, s’autoévaluer. De la manière qu’ils performent, il y en a qui sont un peu décevants. Je n’ai pas d’autres choses à ajouter sur ce match-là.»

Enfin, il ajoute quand même: «On a un peu essayé au 3e tiers, mais je répète que si tu ne joues pas soixante minutes, c’est difficile de tourner la machine. On n’a pas un groupe expérimenté qui permet de tourner le bouton, c’est impossible. J’ai toujours dit, il y a des joueurs qui sont là pour conduite la locomotive du train et d’autres pour le pousser. Et tout le monde ne le fait pas.»

Les Genevois ont trois jours pour retrouver leurs esprits, avant la venue d’Ambri aux Vernets.

Zurich Lions - Genève-Servette 2-0 (0-0 2-0 0-0)

Hallenstadion. 8052 spectateurs. Arbitres: MM. Wiegand, Hungerbühler; Fuchs, Ambrosetti.

Buts:22e Prassl (Sigrist, P. Baltisberger) 1-0, 26e Sigrist 2-0.

Zurich Lions: Flüeler; Noreau, Marti; P. Baltisberger, Geering; Trutmann, Berni; Blindenbacher; Petersson, Roe, P. Suter; Hollenstein, Krüger, Bodenmann; C. Baltisberger, Prassl, Sigrist; Simic, Schäppi, Pedretti; Brüschweiler. Coach: Rikard Grönborg.

Genève-Servette: Mayer; Karrer, Maurer; Jacquemet, Tömmernes; Mercier, Le Coultre; Völlmin; Wingels, Winnik, Rod; J. Wick, Fehr, Bozon; Maillard, Berthon, Miranda; Riat, Kast, Douay; Oliveira-Aeby. Coach: Patrick Emond.

Pénalités: 5 x 2’ contre Zurich Lions; 4 x 2’ Genève-Servette.

Notes: Zurich Lions sans R. Wick, Diem (blessés), D. Sutter ni Ortio (surnuméraires). Genève-Servette sans Smirnovs, Richard, Tanner, Fritsche (blessés), Olsson (surnuméraire), Smons, Guebey, Charlin ni Heinimann (à Sierre). Temps-mort: GE/Servette (59’30’’) qui sort son gardien Robert Mayer, évoluant à 6 contre 5 puis à 6 contre 4 après une dernière pénalité du ZSC Lions.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.