Sans capitaine à bord, le rafiot grenat prend l’eau de toutes parts

Hockey sur glaceMuet et battu par Ambri, Ge/Servette provoque colère et incompréhension chez un public toujours plus maigre.

Au coup de sifflet final, le kop a déployé une banderole qui en dit long sur le désarroi du public.

Au coup de sifflet final, le kop a déployé une banderole qui en dit long sur le désarroi du public. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Encore un petit effort. Juste une défaite de plus ce soir à Kloten et Mike Gillis pourra faire comme un certain Marc Roger de triste mémoire. On se souvient que le Français avait usé de la boutade après un début de saison catastrophique de son équipe. Il suffit de renverser le journal pour voir les Grenat occuper la tête du classement. Ce qui faisait peut-être sourire du côté de la Praille pourrait bien se reproduire aux Vernets. Un couac de plus dans la banlieue zurichoise et les Aigles occuperont la lanterne rouge. Après 14 matches, qui aurait pu imaginer un tel scénario?

Il faut pourtant se rendre à l’évidence: jamais Ge/Servette n’a vécu une si mauvaise passe. On se souvient bien d’un célèbre trou de novembre, en 2012, qui n’avait jamais pu être compensé malgré un sursaut dans la deuxième moitié de saison. L’histoire s’était terminée en play-out. Les Genevois s’en étaient alors sortis au deuxième tour contre Ambri Piotta. Avec l’aide de Paul le blaireau, totem loufoque dégotté lors d’un stage commando à Chamonix. Cette saison, les Aigles semblent particulièrement bien partis pour faire pire.

Muets, encore et toujours

Hier soir, ce sont ces mêmes Tessinois qui ont pris un malin plaisir à plonger la tête des Genevois sous l’eau. Loin d’être flamboyant, le visiteur n’a rien, mais alors, rien volé. Pour la troisième fois en quatre matches Ge/Servette a réussi à ne pas marquer le moindre but.

C’est pour tout dire assez affligeant. «Honteux» oseront même les fans en lettres majuscules sur une banderole déployée au coup de sirène final. Scène un peu surréaliste où le kop refuse de saluer ses joueurs leur scandant: «Nous, on est là, mais vous êtes où?» Avant d’enchaîner avec le premier «Chris McSorley» de la saison.

Ou sont-ils ces joueurs qui ne cachaient pas leurs ambition avant le coup d’envoi de cette saison? Ils sont au 36e dessous. Tout simplement. Décimés. Lessivés. Désorientés. Le tout dans un climat étrangement calme au niveau des dirigeants. C’est un peu comme si le bateau coulait et que l’orchestre continuait à jouer faux sans se soucier du danger. En l’absence de tout capitaine, le rafiot grenat est à la dérive.

Un entraîneur muet. Des dirigeants aveugles. Et des joueurs qui ne savent plus jouer au hockey. Dans n’importe quel club normalement constitué, il devrait au moins se passer quelque chose. Mais rien. Visiblement la communication avec Vancouver a été rompue. Mais que fabrique donc Mike Gillis, le soi-disant nouvel homme fort des Vernets? Que fabrique la pseudo-cellule technique qui est censée agir, réagir. Depuis cinq matches, Ge/Servette patine avec seulement trois étrangers. Pire, hier soir, ils n’étaient que deux sur la glace. Adducteurs en feu, Nathan Gerbe est resté en tribune. Pourquoi donc ne pas avoir aligné Deniss Smnirnovs, l’un des meilleurs joueurs européen né en 1999 et qui flambe avec les juniors Elite? Il n’a certes que 18 ans mais selon de nombreux techniciens qui le connaissent très bien, il ne dépareillerait absolument pas dans ce Ge/Servette-là.

Avec deux étrangers!

Le club ne veut pas griller l’une des quatre licences de joueurs étrangers qui sont encore à sa disposition. Visiblement, le club n’a pas non plus souhaité faire appel à un mercenaire surnuméraire en LNA (personne ne jouait ce soir) ou un titulaire d’une équipe de LNB. Sur quelques matches, il y a quelques individualités qui peuvent faire plus que dépanner.

Partout ailleurs dans la ligue, l’entraîneur serait mis sous pression par ses dirigeants. Mais le discours reste le même. Ils ont choisi Craig Woodcroft. Ils continueront avec Woodcroft.

Les Vernets peuvent bien se vider, éructer, ils semblent n’en avoir cure. Peut-être que l’ancien meilleur manager de NHL (si, si) pense-t-il que sa nouvelle équipe évolue dans une ligue fermée et qu’elle ne risque rien à bazarder une saison complète.

On peut croire que l’idée un brin cynique consiste à se contenter de si peu. Il s’agirait donc de laisser s’en aller les joueurs qui seront en fin de contrat au printemps 2018 et de déjà bâtir un groupe qui répondrait aux exigences du jeu à la Woodcroft. Un entraîneur qui répète qu’il a pourtant le groupe pour faire de bonnes choses et appliquer son système. On en prend donc note. Mais si le groupe est bon, qu’est-ce qui cloche? Messieurs Gillis et Cie, 5356 spectateurs, chiffre totalement farfelu au passage, vous demandent des réponses. Car eux, ne se contenteront pas de retourner le journal et de sourire... (TDG)

Créé: 12.10.2017, 23h04

Ge/Servette - Ambri 0-3 (0-1 0-0 0-2)

Les Vernets, 5365 spectateurs.

Arbitres: MM Hebeisen et Koch; Küng/Borga.

Buts: 14e Zerger (Fora) 0-1; 51e Emmerton 0-2; 59e Zgraggen (but vide) 0-3.

Ge/Servette: Mayer; Jacquemet, Tommernes; Vukovic, Fransson; Loeffel, Petschenig; Mercier, Bezina; Traber, Heinimann, Holdener; Schweri, Richard, Simek; Rubin, Almond, Impose.

Ambri: Conz; Plastino, Zgraggen; Jelovac, NGoy; Fora, Pinana; Collenberg; Incir, Kostner, Bianchi; D’Agostini, Emmerton, Zwerger; Lauper, Goi, Berthon; Lhotak, Taffe, Müller; Mazzolini.

Pénalités: 2x2’ contre les deux équipes.

Notes: Ge/Servette sans Douay, Romy, Gerbe, Spaling, Rod, Maillard, Massimino (tous blessés), Antonietti (Ajoie). Ambri sans MonnetHrabec TRisconi, StuckiTrunz Guggisberg (blessés), Gautschi (LNB). 58e, temps mort de Ge/Servette. 57’48 à 58’45’GSHC sans gardien.

Sondage

Genève-Servette Hockey-Club devrait-il se séparer de son entraîneur Craig Woodcroft?





Articles en relation

Dans la tempête, les joueurs font bloc avec un coach impassible

Hockey sur glace Les Aigles assument au lendemain de la claque reçue à Lausanne. Il n’y aura pas de révolution aux Vernets. Plus...

Ge/Servette s’écroule mais «il va mieux», paraît-il!

Hockey sur glace Humiliés par un LHC pourtant moribond, les Aigles touchent le fond. Mais rien ne change dans le discours du coach. Plus...

Ge/Servette continue de patiner dans le vide

Hockey sur glace Humiliés par Lugano, les Aigles ne trouvent pas la solution. Pas sûr que le temps fasse l’affaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dénoncetonporc
Plus...