Passer au contenu principal

Hockey sur glaceArnaud Jacquemet: «On a raté le coche au premier tiers»

Le défenseur est convaincu que Ge/Servette avait l'occasion de mettre la tête de l'Ours sous l'eau. Mais il veut encore croire à un nouveau miracle...

Arnaud Jacquemet se rendra mardi dans la capitale avec la même conviction, de l'énergie et de l'envie.
Arnaud Jacquemet se rendra mardi dans la capitale avec la même conviction, de l'énergie et de l'envie.
KEYSTONE

«Il aurait fallu marquer le premier but!» Il y a des regrets dans la voix de Arnaud Jacquemet qui a quitté la glace des Vernets, samedi soir, avec la conviction que Ge/Servette avait «raté le coche au premier tiers», que les Grenat avaient une occasion en or de faire le break dans cette série passionnante, si serrée entre le premier et le huitième de la saison régulière.

Il est vrai que les Bernois, battus au bout de la nuit jeudi, ne la menaient pas large avant de rejoindre, en fin d’après-midi, le bout du lac. «On avait l’opportunité de leur mettre encore plus la tête sous l’eau après le dernier match, soupire le «couteau suisse» de Chris McSorley. On était pourtant sorti du vestiaire avec beaucoup d’énergie, celle que nous avions ramenée de ce dernier succès. Maintenant, cela n’a pas suffi, on espère qu’on retrouvera l’énergie pour gagner sur la route mardi.»

Vous avez déjà gagné deux matches à Berne, tout est encore possible...

Oui on le sait, mais après, ce n’est pas n’importe qui en face. C’est une équipe qui ne lâche rien. On l'a vu ce samedi, les Bernois se sont accrochés au premier tiers quand c'était compliqué pour eux, avant de faire la différence au deuxième tiers. Cette fois, nous n'avons pas été capables de revenir.

Ce mardi à Berne, à vous de marquer en premier pour leur mettre d'emblée la pression. C'est aussi votre avis?

Oui, bien sûr. C'est ce que nous voulions faire samedi lors du premier tiers. Il a juste manqué ce premier but, une étincelle pour que le match s'emballe. Mais bon, si on nous avait dit qu'il y aurait 2 à 2 dans la série après quatre matches, on aurait signé tout de suite. A nous de nous reconcentrer sur notre plan de match pour mardi.

Et, on sait de quoi Ge/servette est capable, vous n’allez rien lâcher...

Tout à fait. Cela fait trois semaines qu’on ne lâche rien, trois semaines qu’on donne tout ce qu’on a sur la glace. Trois semaines que supporters croient en nous. A nous de se nourrir de cette énergie.

C'est le mental qui crée l'énergie?

Il est vrai qu'en play-off, le mental fait beaucoup. On a vu qu’on pouvait embêter Berne, qu'on le contrarie avec notre jeu. Cela nous donne confiance. Mais on doit juste arrêter de prendre deux buts avant de réagir...

La blessure de Henrik Tommenes au début du deuxième tiers vous a-t-elle fait plus de mal que vous ne l'auriez imaginée?

Pour n'importe quelle équipe, ce serait difficile de perdre le meilleur défenseur du championnat, pas seulement pour Ge/Servette. On ignore encore quelle est la nature de sa blessure et la durée de son indisponibilité. Mais j'espère qu'il reviendra vite, sinon ce sera à son remplaçant de boucher le gros trou qu'il va laisser et aux autres défenseurs de se répartir les tâches.

Vous êtes revenus de tellement loin que ça ne peut pas s’être terminé ce samedi soir à 20 h 57 lorsque Tömmernes a dû sortir?

Non, de toute façon il y a encore 2-2 au meilleur des trois matches. On va essayer d'amener de l'énergie et de l'envie pour gagner encore une fois là-bas, à la PostFinance Arena.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.