Les investisseurs de la patinoire prêts à aider Ge/Servette?

Hockey sur glacePlusieurs pistes sont à l’étude. Dont celle d’une aide immédiate au club…

La direction et le conseil d’administration explorent plusieurs pistes.

La direction et le conseil d’administration explorent plusieurs pistes. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tumulte qui agite violemment Genève-Servette suscite des vocations. Sur la glace, elles concernent l’équipe, avec des Aigles qui doivent se reprendre ce vendredi soir, après deux cinglantes défaites contre Bienne. Mission: reprendre des couleurs sur la glace, contre Davos, aux Vernets. En coulisse, il s’agit pour les dirigeants de trouver des solutions à l’étranglement financier qui asphyxie le club en ce début d’année.

Certains se mobilisent dans l’ombre, pour le moment, dans l’idée d’élaborer un projet de reprise visant d’une part à boucher le trou dans les comptes et, d’autre part, à assurer ensuite un avenir et des ambitions pour le club. Mais les dirigeants actuels sont eux aussi impliqués dans cet effort. La direction et le conseil d’administration explorent plusieurs pistes. L’une d’elles aurait le mérite de la simplicité. Attendu que les investisseurs ont, comme ils le disent depuis plus d’un an, bloqué une somme de trois millions de francs sur un compte – cet argent devant être versé dans la caisse de Genève-Servette, qui a avancé ce montant pour les études du projet notamment – il serait logique de débloquer ladite somme pour permettre au club de respirer.

Bien sûr, rien n’est jamais simple, puisque le versement de ces trois millions est conditionné à la nomination officielle, par le Conseil d’État, des investisseurs comme porteurs du projet du Trèfle-Blanc. Apparemment, à la vue des dernières avancées entre les parties (l’optimisme de la conseillère d’État Anne Emery-Torracinta dans ces colonnes il y a un mois), l’idée de ne pas attendre la confirmation officielle de l’État pourrait germer dans les têtes des investisseurs. Les possibilités de prêts convertibles ou de relais existent aussi.

En attendant, la situation d’urgence demeure. Dégât collatéral ou pas, Damien Riat devrait quitter les Aigles à la fin de la saison, Gottéron semble le plus proche du prometteur joueur.

On peut imaginer que la situation financière actuelle ne favorise pas les choses, ou alors que le Genevois espérait plus de temps de jeu. Il n’a pas donné suite aux propositions de prolongation de contrat qu’il a reçues. Dans tous les cas, ce n’est guère réjouissant pour les Grenat.

(TDG)

Créé: 11.01.2018, 20h11

Articles en relation

Ge/Servette inquiète en coulisses et ne se rassure plus sur la glace

Hockey sur glace Mike Gillis, le supposé homme fort du club, est de retour en Suisse. Il a du pain sur la planche pour sortir le club de la crise. Plus...

Étranglé financièrement, Ge/Servette vit en sursis

Hockey sur glace Beaucoup de rumeurs inquiétantes circulent autour du club et de sa situation financière. Le point sur la question. Plus...

Power-play

Le match
Ge/Servette-Davos, les Vernets, 19 h 45.

Da Costa suspendu
Pour sa charge à la tête de Tschantré, Stéphane Da Costa est suspendu pour deux rencontres. Il ne jouera ni ce vendredi ni samedi. Il a de plus été condamné à 4100 francs d’amende. Almond purgera contre Davos son dernier match de suspension.

Les absents
Bezina, Spaling, Mercier, Descloux et Bays sont blessés. Vukovic est incertain.

Le défi
Après deux défaites contre Bienne, les Aigles doivent se ressaisir contre Davos. Sans Da Costa et sans Almond: pas simple… D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...