United 2026 et Infantino, les grands vainqueurs du Congrès de Moscou

Mondial 2026La candidature nord-américaine a décroché le gros lot alors que le président de la FIFA vise un nouveau mandat.

Carlos Cordeiro, Decio de Maria et Steve Reed, les présidents des fédérations des États-Unis, du Mexique et du Canada.

Carlos Cordeiro, Decio de Maria et Steve Reed, les présidents des fédérations des États-Unis, du Mexique et du Canada. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Journée faste pour Gianni Infantino, mercredi à Moscou. Lors du 68e Congrès de la FIFA, le président a vu tous ses désirs plus ou moins secrets se réaliser. Avec en point d’orgue une assemblée qui a désigné United 2026, candidature commune entre les États-Unis, le Mexique et le Canada, comme organisateur de la première Coupe du monde à 48 équipes (80 matches). Le trio, pour lequel la Suisse a voté, a largement battu le Maroc, obtenant 134 voix contre 65.

Le fait que le scrutin soit électronique et, surtout, publié dans le détail sur le site de la FIFA, a probablement changé la confrontation. Le résultat permet aussi aux États-Unis d’effacer avec brio leur échec surprise de 2010, quand les 22 membres du comité exécutif de la FIFA avaient pris des chemins de traverse peu reluisants pour finalement désigner le Qatar.

Avec ce vote, la FIFA s’offre une perspective financièrement très alléchante, puisque United 2026 ne promet pas moins de 11 milliards de dollars de revenus, pas loin du double du Mondial qui débute aujourd’hui. Quant au football, il s’ouvre un marché américain gigantesque et en pleine expansion.

La victoire d’United 2026 ne réjouit toutefois pas que les amateurs de soccer. Elle pose également Gianni Infantino, qui a fait du redressement financier de la FIFA une priorité dès son élection en 2016, sur le siège du patron. D’une part, car la netteté du scrutin laisse penser qu’il est suivi dans sa stratégie. D’autre part, car ce choix lui permet de compter sur une augmentation à long terme des fonds à distribuer aux associations nationales. Dans le «développement», selon le jargon de la grande famille du football. En matinée, l’assemblée avait déjà eu la joie d’adopter une hausse de 20% des fonds «Forward» à 6 millions de dollars par an et par association. C’est presque cinq fois plus que ce qui était versé à la fin de l’ère Blatter.

Le scénario de la journée étant parfait, Gianni Infantino a profité de l’occasion pour se déclarer officiellement candidat à sa propre succession, le 5 juin 2019 à Paris. Jusque-là, le Haut-Valaisan devra mener à bien d’autres mégaprojets comme sa fameuse Coupe du monde des clubs ou la révolution du marché des transferts, qu’il a promise mercredi. En attendant, l’Italo-Suisse a pris une longueur d’avance sur d’éventuels concurrents.

(TDG)

Créé: 13.06.2018, 23h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.