La SFL a «botté les fesses» de Constantin. Le bras de fer commence!

FootballNotamment suspendu de terrain pour 14 mois après son geste sur Rolf Fringer, le boss du FC Sion n’entend pas se laisser faire.

Christian Constantin soupire. Avant la riposte?

Christian Constantin soupire. Avant la riposte? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Amende de 100 000 francs et suspension de terrain de quatorze mois; une vingtaine de jours après que Christian Constantin eut frappé Rolf Fringer, ancien sélectionneur national désormais consultant pour la chaîne Teleclub, la Swiss Football League (SFL) a pris ses responsabilités en sanctionnant d’une main ferme le président du FC Sion.

Pour une fois, l’instance «botte» vraiment les fesses de «CC», qui n’en est pas à son premier coup d’éclat, loin s’en faut. Souvent tendre avec lui par le passé, la SFL considère notamment que le comportement du boss envers Fringer, au coin d’une pelouse tessinoise mal éclairée, constitue «une violation des règles de conduite». Et qu’il a «très gravement enfreint le règlement disciplinaire».

Difficile de prétendre le contraire, tant la «sauvagerie» de l’homme à tout faire du club valaisan est indéfendable, pour le coup. Son acte était-il d’ailleurs prémédité? On peut raisonnablement le craindre. Une chose est sûre: Christian Constantin ne peut désormais plus entrer dans l’enceinte d’un stade, ni sur un terrain, ni en zone mixte, ni dans les vestiaires, ni dans les tribunes. Logique, pour tout dire. Ses antécédents ne l’ont pas aidé.

Alors bien sûr, la sanction aurait pu être encore plus lourde, puisque le fautif «prend» au final moins qu’un hooligan qui aurait affiché le même comportement, mais elle démontre que la SFL n’est plus prête à tout tolérer, y compris venant de l’un des hommes les plus influents du football suisse. Un recours contre cette décision peut être déposé dans un délai de cinq jours – et ce sera certainement le cas – mais sans effet suspensif. Tant mieux, car en réalité, le bras de fer entre les deux parties ne fait que commencer. Après avoir livré son verdict, la Ligue peut en effet se préparer à devoir livrer un énième combat avec le «boss» valaisan, fermement décidé à ne pas se laisser faire.

Sur le site du Matin, «CC» a promis qu’il serait à Tourbillon dimanche pour le match contre Saint-Gall. Non sans monter au front: «La SFL veut un bout de guerre, elle aura un bout de guerre. On verra qui sera toujours debout à la fin…»

Voilà qui promet. Ce d’autant plus que la procédure ouverte à l’encontre de Barthélémy Constantin, le fils de, demeure en cours. Les velléités offensives de la famille seront-elles plus tranchantes que celles du FC Sion? (TDG)

Créé: 12.10.2017, 18h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Croisières: les superpaquebots débarquent
Plus...