Ce Servette-là a tout d’un leader qui assume son rang

FootballLes Grenat se jouent de Schaffhouse en s’offrant même un but fou. Ils sont prêts pour le choc au sommet vendredi à Winterthour.

Sébastien Wüthrich a été l’auteur de deux buts, dont le magnifique 2-0, face à Schaffhouse.

Sébastien Wüthrich a été l’auteur de deux buts, dont le magnifique 2-0, face à Schaffhouse. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est bien tôt dans la saison pour se goinfrer de certitudes encore fragiles, mais quand certaines assurances transpirent dans la facilité, dans la simplicité, tout devient évident. Pour un Servette qui a commencé le championnat en se cherchant, le temps est peut-être venu de se trouver. De se trouver leader, de se trouver beau, de se trouver fort, de se trouver meilleur que les autres. Ici, aucune arrogance, juste le principe de confiance qui se traduit dans les chiffres après le net succès 3-0 contre un Schaffhouse dépassé: meilleure défense, meilleure attaque, première place au classement, avec le seul Winterthour désormais pour s’accrocher.

Tiens: le Winterthour-Servette de vendredi prochain sera le choc au sommet de la 14e journée. Lausanne, battu par Vaduz à domicile, est à trois points; Wil, tenu en échec par Kriens, est à deux longueurs. L’occasion de trôner seul en tête de Challenge League, et pas seulement par la grâce de la différence de but, est belle.

Le Servette neurasthénique du printemps passé, ou celui timide et maladroit de ce début de saison, n’a pas laissé d’un coup la place à une machine de guerre qui ratisse tout sur son passage. Non, il y a encore des zones d’ombre, du déchet, des systématiques à trouver, mais enfin, il est des signes qui ne trompent pas. La métamorphose est saisissante et elle prend la forme d’un moment de grâce, le 2-0 contre Schaffhouse. Ce but-là, qui a soulevé le public de la Praille, porte tout en lui pour expliquer la belle santé retrouvée des Grenat.

Le schéma d’un but fou

C’est d’abord Cespedes qui récupère un ballon au milieu: Servette sait se battre. Cespedes se fend d’un petit pont sur un adversaire qui ne comprend pas ce qui lui arrive: Servette a des qualités techniques au-dessus de la moyenne à tous les postes ou presque. C’est ensuite Schalk qui hérite de la passe: le Néerlandais, à défaut d’être le buteur attendu (zéro réussite jusque-là), se bat pour le collectif, Servette est solidaire. Passe de Schalk vers Stevanovic: le jeu s’éclaire, Servette a des joueurs de Super League dans ses lignes, comme le Bosnien. D’ailleurs, le une-deux qu’il sollicite avec Wüthrich raconte la complicité de ces deux joueurs qui ont le niveau supérieur: Servette peut voir juste et plus vite avec de tels éléments. Passe de Stevanovic ensuite vers Cognat: le jeune milieu prêté par Lyon est de la même trempe, c’est lui qui, en première intention, transmet vers un Wüthrich qui avait plongé dans le dos de la défense schaffhousoise. Pour jouer à une touche, à ce rythme, il faut une qualité individuelle supérieure, un sens du jeu: quand Wüthrich a conclu cette action d’école, ce but PlayStation, il n’y avait plus qu’à applaudir. Le grand Barcelone l’aurait inscrit qu’il tournerait en boucle sur tous les réseaux sociaux. On peut rajouter pour les Grenat la solidité

défensive en prime, avec le patron Rouiller. Et on peut aussi espérer que Koro Kone aura bientôt un permis de travail, ce qui donnera une solution de plus à Geiger devant (à la place de Schalk). Il se murmure que l’Ocirt et Servette pourraient se revoir pour trouver une solution.

Un bonheur retrouvé

Tout est réuni, il y a comme un bonheur retrouvé, celui du jeu. Alain Geiger résume ça à sa façon: «Si on joue bien, on va gagner des matches», souriait-il. Le fait est qu’il transmet cette idée-là. Il a fallu un peu de temps, il en faudra encore sans doute, mais tout se précise.

Le fond de jeu: les Grenat savent donner le tournis à l’adversaire. Le schéma principal: Geiger aime jouer avec deux attaquants, c’est comme cela qu’il a commencé

contre Schaffhouse, en 4-1-3-2. Avant de se raviser à la pause, à 2-0, pour sécuriser le milieu, pour apprendre aussi à gérer une situation sans s’exposer. Les automatismes: avec un onze type qui se reconduit régulièrement, tout est plus simple pour se trouver, sur la pelouse.

Buteur facile du 1-0 (passe involontaire d’un Schaffhousois qui lui offrait le but vide) et brillant du magnifique 2-0, Sébastien Wüthrich rayonne lui aussi. «Il ne faut pas se relâcher, mais cela fait plaisir, une telle victoire, expliquait-il. On commence à avoir une équipe type, les automatismes sont là, tout va bien, oui.» Avec un succès à Winterthour avant la pause internationale, tout irait encore mieux.

(TDG)

Créé: 04.11.2018, 22h06

Servette - Schaffhouse3-0 (2-0)

Stade de Genève,3310 spectateurs.

Arbitre:M. Cibelli.

Buts: 14e Wüthrich 1-0; 42e Wüthrich 2-0; 72e Demhasaj autobut 3-0.

Servette:Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Séverin; Cespedes (71e Imeri); Stevanovic, Wüthrich (82e Antunes), Cognat; Schalk (76e Chagas), Alphonse (76e Follonier).

Schaffhouse:Grasseler; Demhasaj, Mendy, Mevlja, Jozinovic (66e Helbrling); Pugliese; Paulinho, Del Toro, Tranquilli; Castroman; Barry (66e Dindamba).

Avertissements:33e Cespedes (antijeu), 64e Pugliese (jeu dur), 68e Del Toro (jeu dur), 80e Tranquilli (jeu dur).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...