Servette et Sion se toisent à nouveau. Place au derby!

FootballCe «derby du Rhône», qui arrive après une longue attente mais un seul match, est essentiel pour son histoire et les deux clubs. Dans quel ordre?

Pour Wüthrich, le buteur contre YB, et les Servettiens, il s’agira de confirmer l’excellente impression laissée à Berne

Pour Wüthrich, le buteur contre YB, et les Servettiens, il s’agira de confirmer l’excellente impression laissée à Berne Image: LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il faut d’abord envoyer une pensée à ceux qui, sur les plages ou dans les bouchons, lutteront avec un «pack 4G» récalcitrant pour dire «j’ai vu». Après six ans d’attente, le «derby du Rhône» revient ce soir à la Praille. Et même dans la langueur d’un mois de juillet caniculaire, l’excitation est historique. Partout dans le monde, le football raconte la même histoire. Certains matches valent plus cher car ils convoquent l’enfance et font battre le cœur un peu plus vite. Tout à l’heure au Stade de Genève, un père de famille revivra l’accueil que les Charmilles réservaient à Stefan Lehmann et son voisin aura peur qu’Alain Balet surgisse au deuxième poteau. Ainsi va la force irrationnelle des derbies. Tout se mélange, tout s’emballe. Et au milieu, il reste un match à jouer.

C’est le paradoxe de ce Servette-Sion tant attendu. L’affiche convoque l’histoire et les grands titres alors que la réalité d’une saison à peine commencée invite à la mesure. Prenez ces Servettiens si séduisants à Berne, ne devraient-ils pas continuer de construire rationnellement leur retour dans l’élite plutôt que de s’abandonner à la fièvre du derby? Et le FC Sion «cru 2019» – avec son nouveau staff et ses 37 joueurs sous contrat –, son quotidien fait-il du match de ce samedi soir une absolue priorité?

«C’est que du bonheur»

«C’est d’abord un derby, le retour du vrai derby de Suisse romande, insiste Anthony Sauthier. On a travaillé toute la saison passée pour vivre des moments comme ça.» Le cri du cœur du capitaine grenat n’a rien de surprenant. Mais qu’en est-il de ses coéquipiers et adversaires qui, eux, ne sont pas tombés dans la marmite quand ils étaient petits? «C’est vrai que personne dans les effectifs actuels n’en a joué autant que nous à l’époque, concède Johann Lonfat, champion sous les deux maillots. Mais en même temps, quand tu signes dans un club, tu t’identifies à son vécu. À voir comme ces retrouvailles font parler, j’ose espérer que chaque joueur ressent l’importance du moment. La pression va monter d’elle-même.»

Reste donc à savoir sur quelles épaules elle pourrait peser plus lourd. En d’autres termes, pour lequel des deux clubs ce premier derby est-il plus important? «Pour nous, c’est que du bonheur, sourit Alain Geiger. Et à Sion, ils possèdent une telle carapace, à force de vivre des hauts et des bas, que ce n’est pas une défaite qui va les mettre dans leurs petits souliers.» Cette vision optimiste se tient. Mais d’un autre côté, une seconde défaite plongerait Tourbillon dans un début d’angoisse. Et après un match «100% bonus» chez le champion, Servette découvre de nouvelles responsabilités. «Les Genevois jouent mieux, ils sont en confiance. Pour moi, ils sont presque favoris, appuie Johann Lonfat. Or vouloir prouver sa valeur à l’occasion d’un retour à domicile dans l’élite, cela implique une certaine pression. Et comme Sion doit laver l’affront de ses lourdes défaites, contre Bâle et Valence en amical, ce match est capital pour les deux clubs.»

Si certains matches valent plus cher, tous pèsent du même poids: trois points et quelques grammes de confiance. Telle est donc la double fonction de ce 105e «derby du Rhône». Pour lui-même, il doit marquer les esprits et lancer un chapitre à la densité égarée depuis au moins quinze ans. Mais pour Servette, il doit surtout servir à grandir vite. Sur le terrain et dans les cœurs.

Créé: 26.07.2019, 22h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.