Servette se fait plaisir: un succès facile, mais il fait vraiment du bien

FootballLes Grenat éclipsent un faible Wohlen (5-1) après un petit couac vite gommé. C’est bon pour la différence de but. Et la confiance.

Willie Barbosa avait beaucoup à se faire pardonner après avoir galvaudé de nombreuses occasions à Neuchâtel...

Willie Barbosa avait beaucoup à se faire pardonner après avoir galvaudé de nombreuses occasions à Neuchâtel... Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il fallait une victoire indiscutable après la frustration de la défaite face à un Neuchâtel/Xamax décidément verni sur ses fins de matches: Servette a fait le nécessaire face à un médiocre Wohlen en s’imposant 5-1. Les Grenat auraient même pu signer une victoire fleuve avec un peu plus de réussite, ou de précision. C’est dire la supériorité affichée, après un début de rencontre pourtant brouillon. Meho Kodro avait le sourire lucide. «Oui, il y a eu ce début de match pas réussi, analysait-il. Et si l’on enlevait les buts, on verrait que ce n’est pas notre meilleur match. C’était correct, sans plus. L’adversaire étant ce qu’il était…»

Le plus gros potentiel

Il n’empêche: malgré la défaite à Neuchâtel ou les réglages que Kodro doit encore opérer pour donner pleinement forme à ses idées, Servette dispose sans doute du plus gros potentiel de la ligue. Il peut être privé de ses meilleurs joueurs (Alphonse et Wüthrich), comme à Xamax, et dominer largement les débats durant près d’une heure, ne craquant que par pure fébrilité: justement ce qu’il faut gommer, ce recul sous pression coupable parfois en seconde période.

Contre Wohlen, rien de tout cela. Les Grenat ont pu se persuader qu’ils sont bien au-dessus de ces équipes-là, qui luttent dans la seconde moitié du classement. Que même quand Sarr se fend d’une double bourde (relance ratée et penalty concédé dans la foulée en tentant de se racheter), ce n’est pas Wohlen qui peut lui poser des problèmes, en dépit de la transformation de Kuzmanovic. Tout juste Sarr devra-t-il se dire que pareilles boulettes sont sans conséquences face à des Argoviens dépassés partout, mais que cela ne sera pas toujours le cas contre des adversaires plus sérieux. Avertissement sans frais pour le défenseur.

Une belle complicité

Il n’aura fallu que quelques secondes aux Grenat pour répondre. Avec au passage le rappel des assurances déjà installées. La passe longue de Nathan pour commencer. Confirmation des grandes qualités du défenseur brésilien, capable de relancer des deux pieds dans la profondeur, du gauche cette fois. Le sens du jeu de Miroslav Stevanovic ensuite. Un contrôle, une prise d’information simultanée: le Bosnien fait merveille sur le côté droit et sa passe, après avoir temporisé intelligemment, avait trouvé un Sauthier engouffré dans le dos de la défense. La complicité enfin. Celle qui réunit Miroslav et Sauthier, justement, ce dernier filant pour expédier une frappe sourde sous la latte, au premier poteau. Quelques secondes pour effacer le couac de Sarr et réaffirmer immédiatement sa supériorité. Simple.

La simplicité, c’est exactement le domaine dans lequel Miroslav Stevanovic fait merveille. L’homme sent le jeu, il le provoque et a été impliqué sur toutes les occasions, ou presque, de Servette. L’égalisation? C’est donc lui qui sert Sauthier. Le 2-1? Après une ouverture magistrale du jeune Imeri, c’est «Mischa» encore, pour un centre parfait au premier poteau pour Willie, qui coupe et marque de la tête. Le 3-1? Miroslav Stevanovic joue vite un coup franc pour Lang, qui finira par enrouler dans le petit filet. Le 5-1 après le 4-1 de Willie sur une passe-caviar de Sauthier? Toujours «Mischa», au corner, pour déposer la balle sur la tête de Willie, encore. Et dire que d’autres ballons en or du Bosnien ont été parfois galvaudés…

La richesse du banc

Quatre assists pour Miroslav Stevanovic: Alphonse a un concurrent sérieux pour la place de meilleur passeur. Cela rappelle la richesse du banc grenat, le Français étant absent depuis trois matches. «Peu importe au fond qui fait les assists ou qui marque, assure Miroslav. Personnellement, c’est vrai que je me sens mieux maintenant qu’à mon arrivée. J’ai appris à connaître mes coéquipiers.» Il a surtout appris à combiner avec Anthony Sauthier. «Les deux forment un couloir droit fabuleux, lance Kodro. Nous avons de la chance d’avoir ces deux joueurs-là.» C’est vrai, même si cela a parfois tendance à faire pencher les Grenat à droite en phase offensive.

De l’autre côté, Willie est souvent aspiré devant et abandonne les tâches défensives, dont Miroslav Stevanovic s’acquitte brillamment, à un Le Pogam qui cherche encore la grande forme. Le Brésilien a sans doute marqué trois buts, il en a manqué d’autres aussi, et quelques ajustements peuvent être envisagés sur le flanc gauche. Musique d’avenir pour un Servette qui vit bien.


Usain Bolt en exemple!

Dalibor Stevanovic pourrait être précieux - Photo: Eric Lafargue

Le premier des quatre tours s’est achevé. Servette le termine à la troisième place, à quatre points du leader. Deux nuls pour commencer: contre Chiasso à domicile, c’est un vilain écueil, à Vaduz ensuite. Et une défaite qui n’aurait jamais dû exister à Neuchâtel mercredi passé. Au-delà de l’aspect comptable, il y a une impression qui s’installe. Celle d’un Servette qui est monté en puissance, qui joue mieux, qui trouve plus de justesse dans ses mouvements et dans l’efficacité aussi. Le tout avec une profondeur de banc qui lui permet de lancer l’excellent Imeri, d’accueillir un Dalibor Stevanovic qui pourrait bien être précieux à l’avenir et en attendant encore un Malonga en forme. Potentiellement, cette équipe a un bel avenir et Meho Kodro le sait bien.

Mais l’entraîneur grenat n’est pas du genre à fanfaronner. Servette est-il intrinsèquement la meilleure équipe du championnat? «Regardez Usain Bolt, sourit-il. Il a tout gagné. Mais il n’a jamais été en tête de ses courses dès le début, non? Servette fait pareil: nous nous préparons pour être en tête… à la fin de la course. Et le championnat est encore très long.»

Mais sur le plan du potentiel pur? «Le potentiel? On peut dire ce que l’on veut. Moi, je regarde le classement. Et pour l’instant, nous sommes quatre points derrière le leader. C’est la seule vérité.» C’est juste. Mais avec les assurances grandissantes qui conduisent désormais le contingent, Servette peut avoir de la suite dans les idées. En gommant quelques scories et en gagnant encore en constance. D.V. (TDG)

Créé: 24.09.2017, 22h28

Servette 5 (3) - Wohlen 1 (1)

Stade de Genève, 2254 spectateurs.

Arbitre: M. Horisberger.

Buts: 11e Kuzmanovic (pénalty). 0-1; 12e Sauthier 1-1; 28e Willie 2-1; 30e Lang 3-1; 72e Willie 4-1; 77e Willie 5-1.

Servette: Frick; Sauthier, Sarr, Nathan, Le Pogam; Imeri (59e Hasanovic), D. Stevanovic; M. Stevanovic (85e Vitkieviez), Cespedes (73e Malonga), Willie; Lang.

Wohlen: Tahiraj; Hajrovic, Cvetkovic, Gudelj; Romano, Kuzmanovic (73e Seferi), Schultz, Fischini, Kleiner (66e Aliu); Tadic, Pagliuca (85e Elvedi).

Avertissements: 45e Foschini (jeu dur), 81e Hasanovic (antijeu).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dénoncetonporc
Plus...