Routis, le «Servettien», a fait tomber Chelsea

FootballL’ex-défenseur grenat, qui évolue désormais à Bradford, raconte l’exploit de son club en «Cup».

L’ancien Servettien Christopher Routis, 2e en partant de la gauche, savoure l’exploit réalisé par le club du Yorkshire.

L’ancien Servettien Christopher Routis, 2e en partant de la gauche, savoure l’exploit réalisé par le club du Yorkshire. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a des instants dans une vie de footballeur passé par les ligues mineures et le Servette FC qui ne s’oublient pas. Fouler la pelouse de Stamford Bridge pour y affronter le grand Chelsea ressemblait déjà à une fort belle expérience pour l’ancien Grenat Christopher Routis, aujourd’hui défenseur de Bradford City (D3 anglaise). Mais s’en aller carrément gagner sur le terrain des «Blues», là où seules les toutes grandes équipes se sont imposées ces dix dernières années, est encore plus beau, encore plus fort.

En partie formé au SFC, le Bordelais – qui soufflera ses 25 bougies au mois de mars – a vécu ce coup de folie, ce truc «monstrueux» samedi soir. Entré en jeu à trois minutes de la fin de ce 16e de finale de Coupe d’Angleterre, il a vu l’ogre, qui menait pourtant 2-0 après 38 minutes de jeu, tomber de son piédestal (2-4). «Franchement, il n’y a pas de mot pour décrire ce que nous avons fait, lâche-t-il. Remonter un handicap de deux buts sur le terrain de Chelsea et finir par s’imposer de cette manière, c’est juste énorme!»

Enorme oui, c’est sans doute le mot juste. Et le comportement des «Blues» a encore davantage épaté celui qui a porté le maillot servettien durant quatre ans. «José Mourinho est venu nous parler dans le vestiaire peu de temps après la rencontre, dit-il. Il a tenu à féliciter chacun d’entre nous, en nous adressant quelques mots et en nous serrant la main. Surtout, il nous a fait exploser de rire en nous disant: «Vous avez une sacrée paire de c…» Bref, cette soirée restera gravée dans ma mémoire. Il faut avoir une certaine classe pour faire ce que le manager portugais a fait…»

Vous l’aurez compris: arrivé à Bradford durant l’été 2014, Christopher Routis, qui a au passage échangé son tricot avec le Belge Eden Hazard, vit un joli conte de fées dans le Yorkshire, où il a signé un contrat d’une année. Même si les «Bantams» n’évoluent pas en Premier League, le défenseur goûte chaque week-end à du très bon football. Actuellement 7e de D3, son club vise la promotion dans l’antichambre de l’élite. Comme Servette, en fait, dont le Français suit encore l’actualité de très près. «J’espère bien qu’ils vont monter en fin de saison», glisse-t-il à propos de ses anciens coéquipiers, avec lesquels il échange encore beaucoup.

En attendant, à peine remis de la grosse performance collective de samedi, Routis se plaît déjà à rêver de s’offrir une autre tête en Coupe d’Angleterre. N’est-ce pas l’exploit qui fait la fameuse magie de la «Cup»?

Créé: 25.01.2015, 21h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...