Pas de miracle pour le FC Bâle. Porto était beaucoup trop fort...

FootballPas de quart de finale pour les Rhénans, l'impossible exploit n'a pas eu lieu. Les Portugais n'ont jamais tremblé.

Le Bâlois Streller s’est bien battu mais c’est Casemiro et Porto qui ont triomphé.

Le Bâlois Streller s’est bien battu mais c’est Casemiro et Porto qui ont triomphé. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était un rêve un peu fou, les rêves le sont forcément un peu… Mais pour ce Bâle valeureux, c’est la réalité de la Ligue des champions qui a imposé sa loi ce soir. Dans un stade du Dragao qui n’a jamais tremblé, Porto a fait honneur à son rang, rappelant au passage qu’il y a encore un monde entre les huit meilleures équipes d’Europe et les envies des Bâlois d’en faire partie. Ce sont bien sûr les Portugais, largement supérieurs, qui s’en iront batailler en quart de finale, après avoir éliminé la meilleure équipe de Suisse sur un sévère 4-0 qui marque bien le rapport de force.

Ce soir, il y avait pourtant un souffle d’espoir dans les rangs helvétiques, au début au moins, pas longtemps c’est vrai. A multiplier les exploits sur la scène internationale, faisant régulièrement le dépit des Anglais (Manchester United, Chelsea, Liverpool ou Tottenham pour ne citer qu’eux), Bâle suscitait des envies folles avec lesquelles il devait bien vivre. Or, sortir avec brio des poules de la Ligue des champions en laissant Liverpool sur le carreau est une chose, déjà extraordinaire en soi au regard des moyens à disposition à ce niveau. Mais briguer vraiment une place en quart de finale en est encore une autre, sans faire injure aux qualités du FC Bâle.

Impressionnant de maîtrise

A vrai dire, il n’y a pas grands points de comparaison entre ce géant du Portugal, rompu à l’exercice européen avec un palmarès qui en atteste, et le «petit» Bâle, qui se forge ses expériences avec brio, mais également avec ses limites. C’était criant lors du match aller, il y a trois semaines, avec une domination exclusive de Porto. Les Bâlois n’avaient vécu que par la grâce d’un petit chef-d’œuvre de Gonzalez. Mais ce but rapide et le nul concédé comme salaire minimum de la domination lusitanienne ne masquaient pas la supériorité portugaise.

Concrètement: Porto est largement meilleur que Bâle dans tous les domaines de jeu, physiquement, techniquement, tactiquement. Le constat n’est pas même amer, il est seulement lucide et les Portugais se sont fait fort de le démontrer ce soir, lors du match retour. Il faut s’empresser de dire que les Bâlois, malgré le score, n’ont pas été ridicules. Mais ils n’avaient tout simplement pas les moyens de déstabiliser un Porto impressionnant de maîtrise. En tout cas pas avec l’expérimenté mais vieillissant Walter Samuel (37 ans) derrière.

Vaine volonté

A l’aller, c’est lui qui était allé à la faute dans les seize mètres, permettant aux Portugais d’égaliser sur penalty. Hier, c’est encore lui qui, une nouvelle fois en retard, provoquait un coup franc sur Tello. Le premier quart d’heure n’était pas joué que déjà Brahimi plaçait le ballon par-dessus le mur bâlois pour ouvrir le score. Tenir, faire douter, espérer: tous les plans rhénans volaient en éclats trop vite. Mais le pauvre Samuel n’est de loin pas le responsable de cette lourde défaite qui se dessinait déjà. Non, il n’est que l’image figée d’un seuil que Bâle ne peut pas encore franchir, malgré toute sa bonne volonté. Quand Brahimi donne le tournis à Xhaka, Samuel n’y est pour rien. Pas plus quand Elneny s’égare au milieu, dépassé par les événements. Et c’était un peu comme cela partout sur le terrain, Herrera, Casimero et Aboubakar l’ont prouvé en salant sérieusement l’addition.

Bâle n’a finalement rien à regretter. Il peut quitter la Ligue des champions la tête haute et le sentiment du devoir accompli: si la Suisse aura une place directe en poules dès la saison 2016-2017, c’est bien grâce aux résultats bâlois. Au lendemain de ce 4-0 cinglant mais sans appel, il ne pas faut l’oublier.

Créé: 10.03.2015, 23h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.