La nouvelle vague est invitée à glisser un pied dans la porte

FootballPar la force des absences, le sélectionneur suisse Vladimir Petkovic a dû apporter du sang neuf dans son groupe.

Christian Fassnacht à son arrivée, lundi, à l’hôtel de l’équipe de Suisse, à Zurich. L’attaquant d’YB, trois sélections jusqu’ici, compte bien saisir sa chance cette fin de semaine.

Christian Fassnacht à son arrivée, lundi, à l’hôtel de l’équipe de Suisse, à Zurich. L’attaquant d’YB, trois sélections jusqu’ici, compte bien saisir sa chance cette fin de semaine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il paraît que les absents ont toujours tort. Cela doit donc forcément vouloir dire, par analogie, que les présents ont raison… La kyrielle de forfaits qui a obligé Vladimir Petkovic, le sélectionneur de l’équipe de Suisse, à revoir ses plans initiaux fait le bonheur de nombreux néophytes, qui se voient ainsi offrir une chance rare de briller. Pas forcément sur le pré, car l’heure ne sera pas aux essais, contre la Géorgie vendredi à Saint-Gall et le lundi suivant à Gibraltar, où une qualification pour le prochain championnat d’Europe est attendue. Mais lors des entraînements, dans la vie de tous les jours, se faire sa petite place dans le groupe peut potentiellement être synonyme de bonne surprise l’été suivant.

Acquérir de l’expérience

Xherdan Shaqiri, Breel Embolo, Admir Mehmedi, Steven Zuber, Josip Drmic, Remo Freuler, Fabian Schär et Timm Klose ne sont pas là et les bizuts ont une occasion d’entrer dans la danse. Parmi les 23 joueurs présents lors de ce rassemblement, Jonas Omlin, Eray Cömert, Cédric Itten et Michel Aebischer n’ont jamais porté le maillot national, alors que Ruben Vargas, Christian Fassnacht, Loris Benito et Djibril Sow ne comptent respectivement qu’une, trois et, pour les deux derniers, quatre sélections au compteur. À eux huit, ils ont 8,75 fois moins de capes que le seul Stephan Licht­steiner!

Pourtant, les appelés de dernière minute, comme ceux qui connaissent déjà l’ambiance des vestiaires des «grands», la jouent profil bas depuis leur arrivée à Zurich, où les Suisses préparent les échéances décisives des prochains jours. Michel Aebischer, par exemple, ne se fait guère d’illusion sur ses chances d’être appelé à de hautes destinées lors de l’Euro 2020. «Ah non, pas du tout! lance-t-il. Et on n’est pas encore qualifiés, d’ailleurs. Là, on doit gagner les deux prochains matches. On verra bien ensuite ce qu’il va se passer. Je suis là pour acquérir pas mal d’expérience, déjà, grâce aux grands joueurs que je côtoie. Je vais essayer de les regarder et de garder quelques trucs pour les emmener en club avec moi afin de continuer de progresser.»

Cédric Itten non plus ne (se) voit pas trop grand. «Déjà, pouvoir faire partie de cette équipe un jour, c’était un de mes rêves d’enfant, a imagé l’attaquant saint-gallois. Je suis surtout heureux d’avoir réussi à retrouver mon niveau après ma grosse blessure (ndlr: rupture d’un ligament croisé à la suite d’un tacle terrible en septembre 2018) et simplement d’être ici. Alors, de là à penser à l’Euro…»

«Il faut en profiter, parce que nous ne passons finalement pas beaucoup de temps ensemble, a ajouté de son côté Loris Benito. Il n’y a que quelques semaines, dans l’année, où nous avons la possibilité de montrer au coach qu’on est prêt. Après, il faut être honnête, 80% du travail est fait en club. Ça veut dire qu’il faut bien y travailler, y réussir de bonnes performances, pour avoir la chance de faire partie du cercle restreint de joueurs qui seront appelés pour disputer un grand tournoi.»

Sow sur la bonne voie

Le plus proche du rêve continental, c’est sans doute Djibril Sow, potentiellement «titularisable» ces prochains jours. Le milieu zurichois de 22 ans n’a certes joué jusqu’ici, en deux ans et demi, que 45 minutes en rouge et blanc, mais l’absence de Freuler conjuguée à ses prestations avec l’Eintracht Francfort – il y est incontournable depuis fin septembre – plaident pour sa cause. Le placer un cran plus haut que l’inamovible doublette Xhaka-Zakaria doit trotter dans la tête du sélectionneur. «Je suis sur la bonne voie, je pense, apprécie Djibril Sow. La question de mon placement derrière le ou les attaquants s’est déjà posée et je fais totalement confiance à Vladimir Petkovic pour trouver la meilleure solution. Moi, du moment que je joue…»

Loris Benito (27 ans), qui est presque un ancien parmi les nouveaux, estime que «le groupe actuel est capable d’absorber» ces représentants de la nouvelle vague. «Quand on est ensemble, on est du genre positifs et je crois que, grâce à ça, il n’est pas compliqué d’entrer dans notre collectif, note le latéral. C’est aux nouveaux de montrer qu’ils méritent leur place. On sait qu’ils ont de nombreuses qualités et c’est la raison pour laquelle ils sont là.»


La Géorgie n’est pas encore hors course

La Géorgie, que la Suisse affrontera vendredi à Saint-Gall (20 h 45), ne peut plus ambitionner de gagner son ticket pour l’Euro 2020 via ce groupe D. Mais les Géorgiens ne sont pas encore certains de pouvoir réserver des vacances l’été prochain. Ils avaient en effet terminé premiers de leur poule du quatrième niveau de la Ligue des nations et disputeront des play-off en mars pour tenter à nouveau leur chance. Les hommes du Slovaque Vladimir Weiss ont donc tout intérêt à rester sur leur spirale positive actuelle.

À leur succès poussif en octobre contre Gibraltar (2-3), il ne faut pas oublier d’ajouter le nul à domicile contre la Corée du Sud (2-2) et les deux partages de points contre l’Irlande (0-0) et le Danemark (0-0), qui ont tant fait de bien à l’équipe de Vladimir Petkovic. La seule fois que la formation caucasienne a effectué le déplacement en Suisse, en septembre 2002, elle s’était inclinée 4-1 à Bâle, sur des buts d’Alex Frei, Hakan Yakin, Patrick Müller et Stéphane Chapuisat.

Créé: 14.11.2019, 09h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...