Maeva Sarrasin ne fera aucun cadeau à Yverdon

Football fémininL’attaquante de Servette-Chênois retourne ce mercredi soir dans le Nord vaudois. Pour gagner, rien d’autre.

La Genevoise Maeva Sarrasin, qui a joué pendant près de dix ans à Yverdon, évolue désormais sous les couleurs de Servette-Chênois.

La Genevoise Maeva Sarrasin, qui a joué pendant près de dix ans à Yverdon, évolue désormais sous les couleurs de Servette-Chênois. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Linda Vialatte est une présidente qui a de la mémoire et, surtout, qui aime chacune des filles à être passée à Yverdon Féminin. Le nom de Maeva Sarrasin suscite ainsi immédiatement des commentaires positifs de la part de l’emblématique dirigeante. «Maeva, c’est la classe. Elle peut revenir quand elle veut, Yverdon, c’est chez elle! Je sais que ça va lui faire bizarre de venir s’échauffer à gauche du terrain ce mercredi soir. J’espère juste qu’elle ne sera pas trop en forme pendant ces 90 minutes», sourit Linda Vialatte. Il faut dire que ce mercredi sera un jour particulier pour l’attaquante de Servette-Chênois, qui reviendra pour la première fois au Stade Municipal depuis son départ.

Deux Coupes de Suisse

Arrivée à Yverdon à l’été 2006, au moment où YF a accédé à la LNA, Maeva Sarrasin avait quitté son club de Chênois à l’époque. Avec un objectif bien précis: jouer au plus haut niveau du football féminin suisse, sans aucune autre arrière-pensée.

Yverdon Féminin n’a en effet jamais rémunéré (ni même défrayé) aucune joueuse, ce qui est encore le cas aujourd’hui. Par contre, le club nord-vaudois a longtemps été le seul club romand de l’élite, ce qui explique que les meilleures joueuses genevoises, valaisannes, fribourgeoises et neuchâteloises venaient le renforcer. «On faisait les trajets avec Caroline Abbé», se souvient Maeva Sarrasin, qui a empilé les buts lors de sa petite décennie passée à Yverdon. «J’y ai vécu des émotions extraordinaires, avec deux victoires en Coupe de Suisse et un titre de vice-champion. Jamais personne ne pourra enlever ces moments de ma mémoire et j’aurai énormément de plaisir à revoir tout le monde ce mercredi soir. Bien sûr que pour une Genevoise c’était compliqué de venir à Yverdon au début, mais j’ai fini par m’adapter à ces Vaudois», sourit-elle.

Le match aller reste lui aussi un bon souvenir pour Maeva Sarrasin, puisqu’elle avait marqué trois buts lors du succès 5-0 des Servettiennes! «C’est vrai, mais je n’avais pas célébré, tout comme je ne le ferai pas si par bonheur je marque encore ce mercredi. Je ne vais faire aucun cadeau aux Yverdonnoises, mais c’est sûr que je montrerai à nouveau du respect pour ce club.»

Dynamiques opposées

La dynamique des deux formations a cependant changé par rapport au match aller, en faveur d’Yverdon. «C’est clair que ce ne sera pas le même match qu’en septembre. Pas du tout, même. Nous nous trouvons dans une spirale négative, au contraire d’Yverdon, qui va beaucoup mieux. On avait bien commencé le championnat, mais là, on va moins bien», admet l’attaquante.

Avec une défaite ce mercredi, Servette glisserait même à la dernière place, loin des objectifs fixés en début de saison. «On a même parlé des quatre premières places après nos bons matches du début, mais je crois que tout le monde s’est un peu trop enflammé. Sincèrement, pour avoir joué en LNA, je me doutais que cela allait être compliqué. Nous avons beaucoup de joueuses qui n’ont pas connu ce niveau et nous avons peu recruté. Après, tout est serré et remonter au classement n’est pas impossible, c’est sûr.»

Reste qu’une défaite à Yverdon serait un sacré coup sur la tête des Genevoises, néopromues en LNA. «Notre entraîneur essaie de ne pas nous mettre trop la pression, mais c’est clair que ce match sera important en vue du maintien», continue Maeva Sarrasin.

Si Yverdon était une place forte du football romand à la fin des années 2000, ce n’est plus le cas aujourd’hui. «Alors que tout le monde se professionnalisait autour, notamment en Suisse alémanique, Yverdon n’a pas su le faire», explique l’attaquante, qui est revenue dans le canton de Genève dans l’optique d’y finir sa carrière gentiment… ce qui n’a finalement pas été le cas. «C’est vrai, sourit-elle. Je suis revenue pour jouer avec la deuxième équipe, alors en 2e ligue. Nous sommes montées en 1re ligue en 2015 et là, l’idée de la fusion entre Servette et Chênois s’est concrétisée en 2017. L’entraîneur Eric Séverac m’a demandé de faire partie du projet. J’ai accepté.» Et cet été, Servette-Chênois est monté en LNA. Une vraie fierté et, Maeva Sarrasin l’espère, une première étape. «L’envie c’est de créer un club semi-professionnel, ou professionnel, en tout cas le plus possible. Ce serait beau.»

Une année «en tout cas»

En ce qui la concerne, elle a dit oui pour accompagner ce processus «en tout cas pendant une année». Sous-entendu, tout le monde fera le point en fin de saison. À 31 ans aujourd’hui, avec un «travail prenant», la capitaine servettienne prendra la décision qui lui semblera la meilleure.

Pour l’heure, elle a surtout envie de marquer le plus de buts possible pour que la première année du club genevois dans l’élite ne soit pas conclue par une relégation. «Ce serait dommage, vraiment. On a de belles infrastructures et même s’il y a toujours une distance sur certains sujets, on se sent globalement bien soutenues par le club. Notre promotion en LNA a fait parler de nous positivement. Tant mieux. Il faut continuer sur cette voie», espère-t-elle, tout en se montrant reconnaissante de pouvoir fouler la pelouse du Stade des Trois-Chêne chaque semaine. «J’aime les grands terrains avec de l’espace et une belle pelouse. C’était le cas à Yverdon et c’est aussi le cas ici, donc tout va bien», sourit Maeva Sarrasin.

(TDG)

Créé: 27.11.2018, 21h07

Un derby romand à ne pas perdre

Le choc de ce soir au Stade Municipal d’Yverdon-les-Bains vaudra très cher pour les deux équipes. Les Nord-vaudoises sont en effet dernières avec six points, deux unités derrières les Genevoises. Pour rappel, le dernier sera relégué directement en LNB. «On progresse de semaine en semaine après des débuts compliqués», explique Admir Bilibani, entraîneur d’YF. Ancien joueur de Super League, celui qui a fait l’essentiel de sa carrière comme latéral gauche a notamment joué à Étoile Carouge lorsque Gérard Castella en était l’entraîneur en 2001. Aujourd’hui, il vit sa première expérience en tant qu’entraîneur d’une équipe féminine. «La préparation a été difficile, mais nos derniers résultats, ainsi que la manière, sont encourageants», explique Bilibani, dont l’équipe vient notamment de battre Young Boys. Tout le contraire de Servette-Chênois, qui reste sur cinq défaites consécutives après avoir pourtant débuté par sept points en trois matches! «Ce sera un gros match, c’est sûr. C’est le genre de rencontres que tout le monde se réjouit de jouer», commente Maeva Sarrasin.

À noter que le contingent servettien a subi quelques modifications dernièrement avec le départ des deux Colombiennes Nicole Regnier et Carolina Arias, toutes deux arrivées en prêt cet été.
Après ce match à Yverdon, Servette-Chênois recevra YB (5e) avant d’aller à Lugano (2e) et d’accueillir Lucerne (3e). Un calendrier compliqué, donc. Ensuite, place aux vacances d’hiver.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...