Passer au contenu principal

FootballLes internationaux sont presque tous arrivés

Malgré la ribambelle d'absents, l'heure était aux sourires, lors du rassemblent de l'équipe de Suisse à Zurich.

Granit Xhaka a fait deux heureux.
Granit Xhaka a fait deux heureux.

Deux… Ils étaient simplement deux écoliers de la Schulhaus Döltschi à avoir «troublé» la quiétude des internationaux suisses, lundi vers midi, quand ces derniers sont allés prendre leurs quartiers dans leur 5 étoiles zurichois, avant de défier la Géorgie ,vendredi à St-Gall, puis de voler vers Gibraltar. Tous sont arrivés à temps ou presque, puisque Haris Seferovic était annoncé avec un temps de retard, lui qui devait faire le chemin retour depuis le Portugal.

Les Helvètes convoqués par Vladimir Petkovic avaient tous le sourire et étaient heureux de se retrouver pour une semaine décisive, mais c’est surtout le visage de Cédric Itten qui était le plus radieux. Le grand attaquant st-gallois a enfilé pour la première fois de sa carrière le survêtement de l’équipe de Suisse chez les grands et il n’a eu de cesse de rappeler son bonheur aux micros tendus.

Seuls les «bizuts» sont d’habitude livrés à la presse le jour de leur arrivée sous les drapeaux et l’attaquant formé à Bâle a répondu quasiment toujours la même chose aux journalistes présents sur place. Comme quoi cet appel du «Mister» pour les deux matches cruciaux en vue de la qualification était «incroyable» et «génial»...

L’encadrement de la sélection à la croix blanche était tout de même un peu soulagé en ce début de semaine. Les «cas» Granit Xhaka et Ricardo Rodriguez n’ont pas rameuté les presses anglaises ou italiennes autour de l’équipe nationale suisse. Les deux hommes semblent sur le départ d’Arsenal et du Milan AC et font les gros titres dans le pays où ils évoluent en club. Tout cela ne semble toutefois pas devoir déteindre cette semaine sur eux. Tant mieux pour la quiétude de la troupe.

Finalement, les deux bambins d’une dizaine d’année auront été bien inspirés de sacrifier leur pause de midi pour aller à la chasse aux autographes. Ils auront réussi un quasi grand chelem et pourront crâner à la récré. Seul un des deux semblait déçu, après cette pourtant magnifique moisson. Il attendait Breel Embolo, son préféré à lui, mais personne ne lui a dit qu’il était encore blessé…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.