Figé dans ses errements après la pause, Servette concède le nul contre Chiasso

FootballLes Grenat ratent leur premier match de la saison. Ils ont une semaine pour se reprendre avant d’affronter Vaduz, autrement plus vaillant que les faibles Tessinois qu’ils n’ont pas battu…

Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

D’abord la stupeur. Au moment même où l’orage commençait de gronder, il y a ce centre improbable et cette reprise de Ceesay au deuxième poteau, oublié, trop seul, si seul. Son plat du pied appuyé laissait à la fois Cadamuro, Le Pogam et Frick dans le désarroi quand le ballon filait sous le portier genevois et dans les filets grenat, donc. Moins de quatre minutes de jeu pour voir Chiasso mener au score au Stade de Genève. Kodro et les siens rêvaient évidemment d’une autre entrée en matière pour la reprise du championnat.

Ebranlés par les circonstances, les Grenat ont mis quelques minutes pour reprendre leurs esprits. Le temps de se calmer et de se dire que ce Chiasso-là, copieusement remanié durant la pause, ne valait pas ces frayeurs-là. Alors, sous l’impulsion de l’excellent et expérimenté Alphonse, Servette a repris des couleurs. Et retrouvé le jeu qu’il balbutiait. Ouf! Pour qui veut viser la promotion, un match de reprise à domicile contre l’une des équipes qui jouera le bas du tableau ne peut se solder que par une victoire.

Servi par Vitkieviez sur le côté gauche, c’est donc Alphonse qui a montré le chemin: contrôle de la poitrine, crochet, frappe du pied droit enroulée dans le petit filet opposé. Parfait! C’est encore Alphonse qui déviait de la tête pour Lang, dans un timing idéal, permettant à Lang de filer et de devancer Monighetti dans les seize mètres. Le Tessinois le touchant au passage, c’est bien sûr Alphonse qui se chargeait de transformer le penalty. Servette allait mieux. Et aurait même pu, ou dû, aggraver le score avant la fin de la mi-temps.

Le problème, c’est que les Grenat sont encore loin d’être sereins. Pour tout dire, ils ont surtout fait preuve d’une passivité coupable en phase défensive. Le but reçu dès le début aurait dû les alerter sur le risque de laisser champ libre au seul Tessinois réellement dangereux, Ceesay? Au lieu de cela, après la pause, c’est encore Ceesay, à nouveau oublié, qui frappait une volée déviée qui avait le poids de l’égalisation. Ces errements défensifs sont évidemment à proscrire, déjà dimanche prochain à Vaduz pour un test grandeur nature contre un adversaire direct qui aura tôt fait d’en profiter. On pense à ces passes dangereuses et mal ajustées, ou à ces corners concédés bêtement. On songe également, plus haut dans le terrain, à cette incapacité à trouver les bons décalages.

Alors quand tous ces soucis crasses se sont accumulés, un Chiasso qui n’en demandait pas tant s’est dit qu’il y avait peut-être un coup à jouer. Un point à prendre.

C’est donc ce qui s’est passé. La punition d’une seconde période indigne d’une équipe qui veut jouer les premiers rôles. Qui au contraire recule, s’enfonce et s’y entend pour laisser des Tessinois sans lumières éclairer les lacunes servettiennes. C’est donc sur un corner que pas un, mais deux joueurs de Chiasso campaient au deuxième poteau, libres, prêts à sauter sur un ballon dévié qui filait entre les jambes de Cadamuro avant de faire le bonheur de Franceze. Clap de fin. Les petites ruades désordonnées de Servette, dans les ultimes secondes, ne devaient rien changer au constat froid et lucide: début de saison raté, un nul contre Chiasso qui signifie déjà deux points de perdus.

Servette a une semaine pour sérieusement se reprendre avant le voyage à Vaduz.

(TDG)

Créé: 22.07.2017, 21h43

Servette - Chiasso 2-2 (2-1)

Stade de Genève, 2059 spectateurs.
Arbitre: M. Schärli.
Buts: 4e Ceesay 0-1; 25e Alphonse 1-1; 37e pen. Alphonse 2-1; 84e Franceze 2-2.
Servette: Frick; Sauthier, Sarr, Cadamuro, Le Pogam; Fabry, Cespedes; Vitkieviez (64e Willie), Wüthrich (83e Imeri), Lang (90e Lungoyi); Alphonse.
Chiasso: Mossi; Soumare (46e Krasniqi), Urbano, Monighetti (82e Charlier), Berlometti; Abedini; Ceesay, Fatkic, Said, Padula; Soumah (63e Franceze).
Avertissements: 18e Belometti (jeu dur), 57e Alphonse (jeu dur), 68e Abedini (jeu dur), 70e Urbano (jeu dur), 72e Krasniqi (jeu dur), 73e Cadamuro (jeu dur).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.