Dominique Blanc: «Le bénévolat fait vivre 99% des clubs»

Présidence de l’ASFLe patron de la Ligue amateur, 69 ans, a pour lui une vraie et longue expérience de direction dans le monde associatif.

Dominique Blanc, 69 ans, président de la Ligue amateur à l'ASF.

Dominique Blanc, 69 ans, président de la Ligue amateur à l'ASF. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 5 juin lors du Congrès de la FIFA, voteriez-vous pour la réélection de Gianni Infantino à la présidence?
Gianni Infantino sera certainement le seul candidat. Je suis pour sa réélection parce qu’il a déclaré que «le déménagement de la FIFA de Zurich à Paris [...] n’était pas un sujet à l’ordre du jour…» Les sièges des fédérations internationales dans notre pays revêtent une très grande importance, pour notre économie et pour l’image de la Suisse. Au final, ce sera une décision à la majorité des membres du comité central de l’ASF dont le président doit se faire le porte-parole lors du Congrès de la FIFA.

Êtes-vous favorable à un élargissement de la Coupe du monde de 32 à 48 équipes dès 2022?
C’est aussi une compétence du comité central de l’ASF. En ce qui me concerne, je suis favorable à cet élargissement. Le modus prévu de 16 x 3 doit encore être affiné pour éviter les matches «pour rien». De plus, dans la région du Golfe, les 16 matches supplémentaires ne sont pas encore placés. Le Qatar a prévu d’organiser une Coupe du monde à 32 et n’a pas la capacité à lui seul de passer à 48. Mais ce serait vraiment une fête du football où tout le monde sortirait gagnant. Ce serait également plus de recettes, autrement dit plus de redistribution pour les participants et des supporters ravis partout dans le monde. Sans oublier: encore plus de chances pour la Suisse d’y participer.

Êtes-vous favorable à une Coupe du monde des clubs et à sa gestion par un organisme privé?
Je suis d’avis que le football reste en premier lieu dans les «mains» des spécialistes avant de devenir un produit boursier. Ensuite, je pense que trop d’élitisme peut tuer la poule aux œufs d’or (pour la première fois depuis longtemps les contrats de la Ligue anglaise se sont négociés à la baisse, moins 15%). Par ailleurs, les clubs européens ont dit qu’ils n’en voulaient pas en l’état. Cela affaiblirait la Ligue des champions et l’UEFA. Donc, pour l’instant, non je n’y suis pas favorable.

Êtes-vous favorable à la réforme du format des Coupes d’Europe?
Même argument qu’à la question précédente: attention au superélitisme et aux ligues fermées. Le public risque de se lasser et les championnats nationaux de perdre de l’importance. De plus, pour l’instant, les choses ne sont pas encore claires du côté de l’UEFA, tant pour la CL dès 2024, que pour l’EL «3» dès 2021. Sur le fond, des compétitions entre clubs européens en trois «divisions» de 32 équipes, c’est plutôt une bonne chose. Mais il y a trop d’incertitudes et trop peu de garanties pour les «petits». Il faut réfléchir, évaluer les conséquences des alternatives et se battre dans ces réformes en formant des alliances pour l’intérêt des clubs suisses d’abord.

Êtes-vous favorable à une réforme du règlement sur les agents par la FIFA?
La suppression de la license FIFA pour les agents de joueurs, remplacée en 2015 par le statut d’«intermédiaire», n’a pas atteint les buts recherchés qui étaient: plus de transparence, moins de conflits d’intérêts, une meilleure protection des mineurs et une garantie de paiements. De nombreuses dérives sont constatées. Plus de régulation et de contrôles sont nécessaires. La FIFA projette de réformer son règlement avec notamment la création d’une «Chambre de compensation» dont ce serait précisément la fonction. En plus, on ajouterait un nouvel objectif: la solidarité avec les clubs formateurs, qui est extrêmement importante à tous les niveaux! Sur le fond, on ne peut être que favorable à une telle évolution. On attend les propositions finales, et on les étudiera. Finalement, ce sera là aussi une compétence du comité central de l’ASF.

Pour les clubs du football amateur, la Coupe de Suisse n’est qu’un mirage. Pensez-vous qu’il faudrait revoir la formule?
Le modus actuel de la Coupe suisse date de 2002. Elle n’enthousiasme plus vraiment personne, pas seulement dans le football amateur. À de rares exceptions, le bilan financier n’est pas bon. Oui, il faut revoir la chose. Il n’y a pas de formule magique dans le chapeau, mais beaucoup de bonnes idées. Il existe une commission permanente «Coupe Suisse» dans le cadre de l’ASF qui a conscience du problème et qui y réfléchit. Cela fait partie des priorités de travail. À noter aussi que les Coupes des Associations régionales connaissent, quant à elles, un bon succès et qu’il faut en tenir compte dans nos réflexions.

La situation actuelle avec 10 clubs de Super League, 10 de Challenge League et 16 de Promotion League est souvent discutée/décriée. Pensez-vous qu’une réforme soit nécessaire?
Cette formule doit être repensée. Des discussions intenses dans une commission ad hoc de l’ASF sont en cours sur cette question. Les critères principaux qui ont été retenus pour cette réflexion sont: plus de places et plus de matches pour nos talents, plus d’attractivité pour le football régional et pour la Challenge League.


Lire aussi: Patron du foot suisse: trois candidats pour un vrai défi


La FIFA indique dans son rapport annuel la rémunération de son président et de son secrétaire général. Savez-vous combien gagne le président de l’ASF? Seriez-vous prêt à introduire plus de transparence et favorable à sa publication?
La fonction de président de l’ASF est un poste à 50%. Je ne connais pas son salaire. Mais je suis sûr qu’il est très en deçà de ceux de MM. Infantino ou Ceferin! Si cela peut intéresser les lecteurs, lorsque j’étais président de l’Association cantonale vaudoise de football, de 2007 à 2015, mon «salaire» était de 5000 fr. par année! Cela me prenait 30 à 40% de mon temps, plus la plupart des soirées et des week-ends. Mais je précise que je ne suis qu’un parmi plus de 50 000. Le bénévolat fait vivre 99% des clubs et près de 300 000 footballeuses et footballeurs amateurs de 5 à plus de 60 ans. Neutralité, autonomie et transparence font partie des mots-clés de ma campagne, pour renforcer la confiance de l’ASF envers son public et ses partenaires. En cas d’élection, je mettrai cela en pratique. Pour ce qui me concerne, la publication de mon salaire de président ne me causerait aucun problème.

Par ses participations aux tournois européens et mondiaux, l’ASF a reçu des primes importantes. Savez-vous comment cet argent a été réparti entre les différentes entités de l’ASF?
Les comptes de l’ASF sont publics. Ils figurent dans le rapport annuel qui peut être consulté par tout un chacun sur le site www.football.ch. Dans les comptes 2018 aux pages 64 et suivantes, on voit que les recettes liées au Mondial et à la Ligue Europa sont de 17,6 millions et les coûts de 14,6 millions. Dans ces derniers, 2,8 millions ont été versés directement à la SFL selon un contrat existant et 125 000 à la 1re Ligue et la Ligue amateur à titre de contributions extraordinaires. Chacune des sections les attribue ensuite à des projets de soutien et de développement selon sa propre stratégie et ses priorités. Mais c’est principalement à la formation que ces ressources doivent être allouées. Comme on peut le voir, le profit net de ces participations au Mondial, à Euro et à Ligue Europa est utilisé en partie pour le «ménage courant», pour des projets spécifiques, que chaque section et département peut déposer, et en partie attribué aux réserves.

En deux phrases, quelle serait votre priorité absolue de président?
Ma priorité: le développement du football en Suisse! Que le football suisse, de par l’excellence de sa formation, demeure compétitif et attractif à tous les niveaux et partout. Qu’il ait suffisamment de ressources pour cela. Que l’image du football et de tout ce qu’il représente soit encore meilleure, plus respectée, plus soutenue.

Créé: 17.05.2019, 10h52

Articles en relation

Patron du foot suisse: trois candidats pour un vrai défi

Présidence de l’ASF Dominique Blanc et Jean-François Collet briguent samedi la présidence de l’ASF. Kurt Zuppinger, le troisième candidat, pourrait profiter de son origine alémanique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...