Servette enfonce Lausanne et décroche sa promotion

FootballDevant plus de 20'000 spectateurs et dans une ambiance de feu, le club genevois a battu le LS 3-1 et validé son retour en Super League. Pour les Vaudois, la fin de saison s’annonce des plus compliquées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans un stade en fusion complètement acquis à sa cause (hormis une centaine de fans vaudois), Servette a imposé sa loi, celle du plus fort. En dominant Lausanne, qu’il a enfoncé encore davantage, le club «grenat» a retrouvé vendredi une élite helvétique qu’il avait quittée en 2013. Une promotion méritée pour une équipe qui, au-delà des résultats, a imposé un style de jeu clairement défini, contrairement à son adversaire, dont les intentions sont bien trop souvent demeurées inabouties. Le retour en Super League du SFC récompense le travail d’un club qui s’est patiemment reconstruit, sans brûler les étapes. Il porte aussi la signature d’Alain Geiger, un coach qui, au printemps 2018, se trouvait encore en semi-retraite. Mais le Valaisan s’est magnifiquement repiqué en jeu en parvenant à transmettre à ses joueurs un certain bonheur de séduire qui se répercute jusque sur la pelouse.

Pour Lausanne, qui pourrait perdre sa place de barragiste dès samedi si Aarau s’imposait à Schaffhouse, c’est un nouveau camouflet. Au moment où Ineos, son richissime propriétaire, affichait clairement ses ambitions, l’équipe n’a pas su répondre présent ni traduire en actes concrets les promesses verbales de ses joueurs. Un échec qui est aussi celui de Giorgio Contini, dont l’avenir sur le banc vaudois s’est encore un peu plus assombri à Genève.

A la Praille, Servette a connu un départ de promu en prenant d’emblée son adversaire à la gorge. Sur le deuxième corner genevois, Wüthrich pouvait déposer le ballon sur la tête de Rouiller, dont la reprise était prolongée par Stevanovic. Dans la foulée, Kone inscrivait le 2-0 qui lui était toutefois refusé pour un hors-jeu peu évident (10e). Trouvant trop facilement des espaces sur les flancs, Cognat et Stevanovic déchiraient une défense vaudoise bien friable.

Alors que les visiteurs avaient été inexistants jusque-là, Frick allait se charger de relancer Lausanne bien malgré lui. Sur un corner frappé par Margiotta, le portier “grenat” se fabriquait un autogoal en boxant le ballon d’un poing peu inspiré dans ses filets. Ce coup du sort donnait le coup d’envoi d’un deuxième match, sensiblement plus équilibré jusqu’à l’heure de jeu. Après deux frappes sans danger de Margiotta, Frick se rattrapait en partie de sa bourde initiale en sauvant du bout des doigts devant Koura, fraîchement entré.

Commotion pour Oliveira L’attaquant franco-burkinabé avait relayé Oliveira, resté au sol après un violent choc tête contre tête avec le solide Rouiller et qui, victime d’une commotion, avait dû sortir sur une civière après avoir reçu quelques soins sur la pelouse (43e). Demeuré d’abord inconscient, l’infortuné blessé devait aussitôt être conduit à l’hôpital pour des examens complémentaires. A la pause, Servette, qui avait légèrement perdu de sa superbe au fil de la première période, maîtrisait certes toujours la rencontre mais sans être à l’abri d’un accident.

Dès la reprise, la crispation s’invita dans les débats, Servette hésitant parfois sur le choix à opérer: gérer un point qui suffisait déjà à son bonheur ou miser sur l’attaque à outrance au risque de se faire piéger, l’option finalement privilégiée. Castella détourna d’abord une reprise d’Alphonse (58e) puis Stevanovic négociait mal un ballon de contre à... 3 contre 1. Quelques secondes après avoir son apparition, Imeri, laissé absolument seul devant la cage vaudoise, manquait son affaire.

Deux buts en 120 secondes Mais le vétéran Alphonse (36 ans) allait embraser le stade en exploitant d’une tête rageuse un centre de Stevanovic. Deux minutes plus tard, il revenait à Imeri, du haut de ses 18 ans, d’assommer définitivement Lausanne et de propulser Servette en Super League d’une très subtile déviation au premier poteau sur un service de Follonier, l’autre remplaçant. A 22h03 très précisément, après un premier envahissement de la pelouse, M. San libérait la passion de tout un stade, fêtant le retour de Servette en Super League huit ans après la promotion obtenue à l’époque contre Bellinzone. La longue nuit des héros pouvait commencer. Pour Lausanne, l'avenir immédiat s'annonce en revanche teinté d'incertitudes. Servette - Lausanne 3-1 (1-1)

Stade de Genève, 20055 spectateurs. Arbitre: M. San.

Buts 4e Stevanovic 1-0, 15e Frick (autogoal) 1-1, 74e Alphonse 2-1, 76e Imeri 3-1.

Servette: Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Iapichino; Maccoppi; Stevanovic, Wüthrich (69e Imeri), Cognat (90e Sarr); Kone (83e Chagas), Alphonse (76e Follonier). Entraîneur: A. Geiger.

Lausanne: Castella; Nganga, Loosli, Brandao, Flo; Kukuruzovic; Puertas, Dominguez (65e Cabral), Pasche (70e Ndoye); Margiotta, Oliveira (43e Koura). Entraîneur: G. Contini.

Notes Servette sans Lang, Severin, Schalk (blessés), Lausanne sans Pos, Geissmann (blessés) ni Buess (pas convoqué). 10e: but de Kone annulé pour hors-jeu. 43e: sortie sur blessure d’Oliveira suite à un violent choc à la tête avec Rouiller.

Avertissements 28e Nganga, 36e Loosli, 56e Koura, 64e Wüthrich, 73e Cabral. ()

Créé: 10.05.2019, 22h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois disent oui à la RFFA
Plus...