«Les arbitres ont dû en quelque sorte réapprendre leur métier»

FootballLa VAR est introduite en Super League ce week-end. Interview de Christophe Girard, responsable de la commission des arbitres à l’ASF.

Salle d'opération vidéo à Volketswil (ZH)

Salle d'opération vidéo à Volketswil (ZH) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'introduction de la VAR a nécessité une formation intense de neuf mois pour que 18 arbitres (VAR) et 10 assistants (AVAR) soient prêts pour la reprise. Trois questions au Vaudois Christophe Girard, porte-parole des arbitres.

Quelle a été la principale difficulté lors de la formation des arbitres à la VAR?
La communication entre les arbitres a été compliquée. Il y a eu des problèmes entre ce qui est perçu derrière l’écran par l’arbitre (le VAR) et celui présent sur la pelouse.

Photo: Keystone

Le but étant d’éviter une erreur supplémentaire à celle de l’arbitre qui pourrait être provoquée par une incompréhension. Ensuite, nous avons remarqué au début de la formation que le team VAR avait tendance à trop parler dans l’oreillette de l’arbitre, ce qui le gênait. Le débat est possible, mais le but est que l’échange soit le plus clair et bref possible.

Quelle a été la charge de travail pour les arbitres suisses formés à l’assistance vidéo?
Ces derniers mois ont été intenses, notamment l’automne passé et lors du camp en janvier en Espagne. Les arbitres ont dû en quelque sorte réapprendre leur métier. Un nouveau jargon a par exemple été mis en place. C’est un mélange d’anglais («back», «wait»), d’allemand («abstoss») et de quelques mots de français. Au début, il a fallu que les arbitres trouvent leur rythme, car ils ont dû faire beaucoup de matches de préparation pour être homologués par la FIFA. Sur le terrain mais aussi en tant que VAR dans la salle d’opération vidéo à Volketswil (ZH).

Comment les arbitres suisses qui ne sont pas professionnels ont-ils réagi à ces efforts supplémentaires?
De manière générale, ils ont réagi positivement, car ils voient la VAR comme une aide. La machine ne doit pas prendre le pas sur l’homme et l’assistance vidéo ne doit intervenir qu’en cas d’erreurs claires et évidentes. Les arbitres suisses sont également conscients que l’introduction de la VAR leur permet de franchir un pas supplémentaire dans leur carrière. Grâce à cette technologie, nous aurons peut-être de nouveau un arbitre suisse en Coupe du monde.

Créé: 19.07.2019, 18h08

Articles en relation

Servette va retrouver un certain «JP» Nsame

Football Le buteur d’YB, révélé sous le maillot grenat il y a trois ans, est heureux de retrouver les Grenat en Super League, dimanche à 16 heures. Plus...

En Super League, Servette doit s’adapter et trouver l’équilibre

Football Plus d’intensité, plus de danger: dans l’élite, les Grenat sont attendus au tournant. Ils ont bossé les gammes. Plus...

Un arbitre genevois pour la finale de la Coupe de Suisse

Football À 31 ans, Stéphane De Almeida est arbitre assistant semi-professionnel. Il se confie avant le match événement de ce dimanche à Berne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.