Pierre-Alain Brodard va quitter Étoile Carouge: «C’est le moment»

FootballLa Fontenette, c’est chez lui depuis toujours. Alors pour le président sortant, c’est moins l’histoire d’un départ que d’une transmission.

Pierre-Alain Brodard sur la place du Marché, à côté de son café, pas loin de la Fontenette ou il continuera de soutenir

Pierre-Alain Brodard sur la place du Marché, à côté de son café, pas loin de la Fontenette ou il continuera de soutenir "son" Etoile Carouge. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une page qui se tourne, ce n’est pas forcément la fin d’une histoire. Pierre-Alain Brodard, Étoile Carouge chevillée au corps et au cœur, l’entend ainsi et il le dit d’emblée: «Ce n’est pas un départ, c’est une transmission.» Président depuis 14 ans du club de la Fontenette, l’homme va se retirer sans faire de vagues, tout comme son comité. Une assemblée générale extraordinaire aura lieu au mois d’avril, durant laquelle les membres devraient élire un nouveau président et une nouvelle équipe dirigeante pour conduire le club.

Si ce n’est qu’une page qui se tourne, elle marque tout de même la fin d’un chapitre qui a commencé bien avant l’accession à la présidence pour Pierre-Alain Brodard.

Une trajectoire stellienne

«Carouge, j’y suis né, cela situe déjà un peu le lien, sourit-il. J’ai effectué mes premiers pas sur la pelouse de la Fontenette avec l’école de foot en 1969, j’y ai passé toutes mes classes juniors, jusqu’à la deuxième équipe ensuite. Après, j’ai intégré le comité en 1985. J’étais vice-président en 87, et même entraîneur-adjoint de Claude Ryf avant de devenir secrétaire général, salarié, de 1993 à 2003. Puis, en 2004, j’ai succédé à Luc Perret à la présidence. Mais sans plus être aucunement salarié à partir de là, jusqu’à maintenant.»

Une vie de Carougeois. Avec des étoiles dans les yeux bien sûr, mais aussi des brouillards passagers, ces moments compliqués qui font aussi la vie d’un club. La raison de son pas de retrait?

La douleur de la relégation

«La relégation en 1ère Ligue, en 2016, a laissé des traces, c’est sûr, murmure-t-il. J’en assume en grande partie la responsabilité, parce qu’à un moment, je pense que je n’ai pas pris les bonnes décisions. À côté du club, je gère aussi mes affaires professionnelles, comme le Café du Marché, à Carouge. Cela prend de l’énergie et peut-être cette énergie a-t-elle fait défaut pour faire les bons choix pour le club à un moment. J’ai fait ce bilan-là, honnêtement, c’était mon ressenti et aussi celui du comité autour de moi. Alors c’est le moment pour passer la main. De nouvelles personnes, c’est aussi d’autres réseaux qui peuvent être activés pour le bien du club. Parce que c’est dur de dégager des solutions, financières notamment, dans le canton. C’est aussi une nouvelle dynamique.»

Quel héritage?

Quel héritage laissera-t-il? «Celui que j’ai découvert en arrivant dans ce club, lance-t-il. Étoile Carouge a une histoire qui n’appartient pas à ses différents dirigeants. C’est un club sans affaires graves, qui a toujours suscité un fort capital sympathie. Il y a eu des hauts et des bas, comme lors de toute aventure. Mais c’est dans l’idée du respect de cette belle histoire que je me prépare à passer le témoin.»

Après, tous ses souvenirs referont surface. Oh, il Pierre-Alain Brodard ira toujours traîner du côté de la Fontenette: quelque part, il y a grandi.

«Je ne sais comment je réagirai le jour d’après, quand je ne serai plus président, avoue-t-il. C’est dur de se projeter avant de le vivre. Mais bon, je n’allais pas mourir président non plus!»

Non, mais il est tout de même appelé à être élevé au rang de président d’honneur. Et il aura tout le temps pour jeter un regard sur son parcours stellien. L’histoire d’une vie.


Qui pour lui succéder?

La passation de témoin est importante pour Étoile Carouge et pour Pierre-Alain Brodard. Qui lui succédera à la présidence?

«Potentiellement, il y a trois candidats qui se sont signalés, explique Brodard. Il peut encore en arriver d’autres. Mais nous sommes en contacts avancés déjà avec l’un des trois existants. C’est l’assemblée générale extraordinaire d’avril qui décidera. Mais nous mettrons en avant le candidat qui respectera le plus la philosophie du club.»

Justement, quel est le cahier des charges? «Étoile Carouge a toujours été un club où la formation était importante, rappelle-t-il. Nous rappelons aussi aux candidats les partenariats qui existent, notamment dans le cadre de Genève Éducation Football et avec le Servette FC, puisque des conventions nous lient. Il faut quelqu’un qui connaisse le football, les particularités de la formation et la place à donner à nos jeunes. Une personne ambitieuse pour favoriser un retour en Promotion League.»

La commune de Carouge est au courant de la situation, elle qui subventionne le club à hauteur de quelque 400 000 francs par saison. Et Pierre-Alain Brodard ne claquera pas la porte. «Non, je transmettrai le club à la bonne personne, assure-t-il. Je suis prêt à l’accompagner s’il le faut, ou à rester en place en attendant le temps qu’il faudra pour que la passation se fasse dans les meilleures conditions.» D.V. (nxp)

Créé: 08.02.2018, 18h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.