Le Sporting disputera la finale de la Coupe

FootballAgressés mardi par des hommes encagoulés, les joueurs hésitaient à participer à la finale de la Coupe du Portugal prévue dimanche.

L'international néerlandais Bas Dost du Sporting clube de Portugal a été la cible des coups des hooligans.

L'international néerlandais Bas Dost du Sporting clube de Portugal a été la cible des coups des hooligans. Image: dr/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Violemment agressés mardi par une bande d'hommes cagoulés, les joueurs du Sporting Lisbonne ont finalement décidé de participer à la finale de la Coupe du Portugal, prévue dimanche.

«Sans préjudice des décisions que chacun prendra, ceux qui signent ce document honoreront leur statut professionnel en participant à la finale de la Coupe du Portugal», ont annoncé les joueurs dans un communiqué dévoilé par leur syndicat. Même s'ils n'ont pas la motivation et «les conditions psychologiques» pour reprendre immédiatement les entraînements, les athlètes du Sporting ont considéré que la finale de la Coupe du Portugal était «une fête du football portugais et du sport» impliquant «la bonne réputation du Portugal ainsi que la dignité de ses institutions».

Néanmoins, ils ont rappelé que les événements survenus à l'Académie du Sporting étaient «d'une grande gravité et appellent à une réflexion sérieuse, calme et rationnelle sur leurs conséquences et les éventuelles mesures à prendre». Selon leur syndicat, certains joueurs pourraient quitter le club après la finale, l'ultime match de leur saison.

Alors qu'elle effectuait son entraînement quotidien à l'Académie du club lisboète située à Alcochete dans la banlieue de Lisbonne, l'équipe du Sporting a été attaquée par un cinquantaine d'hommes portant des t-shirts du Sporting et des cagoules.

Après avoir forcé l'entrée des installations sportives, ils ont saccagé les vestiaires, brutalisé le personnel du club et agressé entraîneurs et joueurs, notamment les internationaux argentin Marcos Acuna, le croate Josip Misic et le néerlandais Bas Dost. Ce dernier, meilleur buteur du club cette saison, a eu besoin de points de suture au crâne et la photo de sa tête ensanglantée a circulé sur les réseaux sociaux et les Unes des journaux portugais.

«C'était une situation angoissante et nous sommes tous choqués», a confié l'attaquant au portail d'information néerlandais Algemeen Dagblad. Au total, 23 personnes ont été arrêtées après les incidents, selon le gouvernement.

Du Sporting à la Ligue portugaise en passant par le gouvernement et la Fédération portugaise, tous se sont indignés et ont fustigé ces actes criminels. «Cette hausse de la violence est intolérable et il désormais clair qu'il faut renforcer les mesures et mettre en place une autorité nationale contre la violence dans le sport», a déclaré pour sa part le Premier ministre portugais Antonio Costa en déplacement en Bulgarie.

Même Iker Casillas, pourtant chez les rivaux du FC Porto, s'est montré «solidaire avec les collègues du Sporting» et a invité à mettre «dehors les violents de ce sport!» dans un message publié sur son compte Twitter. (si/nxp)

Créé: 16.05.2018, 14h19

Articles en relation

Le Sporting ne gagne pas, des «supporters» cognent

Foot-Portugal Un groupe de supporters cagoulés a envahi mardi le centre d'entraînement du Sporting Portugal. Ils ont agressé des joueurs et le staff. Plus...

Mutinerie: le Sporting suspend tous ses joueurs

Portugal Le président du club portugais a pris cette décision après les critiques qui ont suivi la défaite contre l'Atletico Madrid en Europa League. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.