Passer au contenu principal

Football et artLe vélodrome de Frontenex se prépare à une nouvelle vie

Sous l’impulsion d’UGS, le club pensionnaire des lieux, la piste de cyclisme sera transformée en œuvre de Street Art. La plus grande de Suisse

L'oeuvre de Street Art sera colossale avec une surface totale de 2250 m2 déroulée au fil des 350 mètres de piste.
L'oeuvre de Street Art sera colossale avec une surface totale de 2250 m2 déroulée au fil des 350 mètres de piste.

Jouer sur le terrain principal du Stade de Frontenex, c’est une expérience. On le classifie volontiers parmi les plus grands du canton. Les joueurs les moins préparés l’apprennent à leurs dépens. Et puis, cette impression de grandeur se veut renforcée par le désuet vélodrome qui l’entoure. Un triste anneau en léger dévers dont on ne reconnaît plus depuis bien longtemps l’utilité.

«Cela fait au moins vingt ans que la piste n’est plus utilisée», note Stefano Vito Bellingeri, président d’UGS, club locataire de ces installations appartenant à la Ville de Genève. À vrai dire, les dernières compétitions s’y déroulant remontent à encore plus loin. De toute façon, son revêtement n’est plus conforme. Seul son caractère illustre lui confère encore un certain intérêt: cela fait 100 ans cette année que le Stade de Frontenex et son vélodrome ont été construits sur les hauts du quartier des Eaux-Vives.

Pour l’occasion, UGS a voulu donner une seconde jeunesse à l’anneau qu’il côtoie au quotidien. L’idée? En faire une œuvre d’art à part entière, en mobilisant une trentaine d’artistes de Genève, de Suisse et d’ailleurs. Du Street Art, ou Urban Art selon l’intitulé du projet, tout le long du vélodrome. «Ce sera la plus grande œuvre d’art collective de Suisse», souligne Cécile Kaiflyn, artiste indépendante et cheffe du projet. Avec une surface totale de 2250 m2 déroulée au fil des 350 mètres de piste, le support se veut colossal. Le vélodrome a ainsi été divisé en une soixantaine de parcelles.

Casser les barrières sociales

«Nous avons lancé un appel à projets via les réseaux sociaux, poursuit Cécile Kaiflyn. Puis, nous avons opéré une sélection sur la base de l’expérience, de la qualité de leur travail passé et de la pertinence de leurs maquettes.» Parmi les noms connus du milieu, quelques Genevois aux styles variés comme Jazi, Joule Champod ou Herji, en sus de ceux qui viendront d’ailleurs. Avec un thème commun: «Nous avons choisi la rencontre, détaille Stefano Vito Bellingeri. Car nous cherchons notamment à la favoriser dans des secteurs qui ne sont pas forcément supposés se croiser. En amenant une œuvre d’art dans un contexte sportif, on rend ce domaine plus accessible et on met en avant la mixité sociétale.» Ce n’est pas la première expérience du genre lancée par le comité d’UGS. Depuis l’automne dernier, ils alignent également une équipe composée de réfugiés, dans ce même esprit de «casser les barrières sociales».

La deuxième vie du vélodrome devrait donc être concrétisée entre fin juillet et début août, lorsque les artistes viendront se produire, avant une inauguration officielle prévue en septembre. Reste que cela a un coût, plus de 160 000 francs, dans le but aussi que les artistes puissent être défrayés. Des soutiens privés et publics sont encore en négociation. Et puis, une campagne de financement participatif sera lancée à la fin du mois.

Patrimoine revalorisé

UGS, lui, n’y mettra pas un sou. Dès lors, que reste-t-il de l’implication du club dans ce projet? «Nous sommes une association sportive, donc c’est le foot qui nous occupe principalement, rappelle le président. Mais le comité est à l’origine du projet et les membres seront par exemple sollicités pour la préparation du vélodrome.»

Et puis, UGS et Frontenex sont intimement liés. «Une telle action permet de revaloriser le patrimoine genevois, insiste Stefano Vito Bellingeri. C’est une surface qui a une histoire. Dans l’attente d’un projet de rénovation, cette œuvre permet de revaloriser l’objet de manière très innovante.» De quoi donner un peu de vie à cet édifice centenaire.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.