Ce Servette euphorique veut garder la tête froide

FootballLes Grenat déclassent un faible Schaffhouse. La fessée 6-1 dit un bonheur plein de promesses avec huit points d’avance.

Alphonse, Stevanovic, Wüthrich, Maccoppi: il ne manque que Chagas pour avoir tous les buteurs du jour. Et Routis aussi, avec son autobut malheureux mais sans conséquence...

Alphonse, Stevanovic, Wüthrich, Maccoppi: il ne manque que Chagas pour avoir tous les buteurs du jour. Et Routis aussi, avec son autobut malheureux mais sans conséquence... Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chronique d’un bonheur partagé: le Stade de Genève est en liesse, il fête ses héros grenat, bourreaux magnifiques d’un Schaffhouse moribond. Ce 6-1 sans appel s’est dessiné dans une parenthèse enchantée, les nuages noirs qui crachaient une pluie fine avant la rencontre avaient déserté le ciel, quelques rayons de soleils dardaient des lumières froides par-dessus la Praille, au moment du coup d’envoi, et dix minutes plus tard, les Servettiens menaient déjà 2-0. Plus de match, peu d’opposition, les trois points promis et cette seule question pour accompagner les buts qui allaient suivre: Servette est-il tellement au-dessus du lot qu’il est déjà en train de filer vers la Super League sans oser encore se l’avouer?

Avec huit points d’avance sur un Lausanne qui fait du surplace (0-0 à la Pontaise contre Aarau, troisième nul de suite) et alors qu’il ne reste «que» 12 journées, Servette réunit tous les potentiels pour ne pas transformer ce coussin de protection en oreiller de paresse.

Un tableau idyllique

La différence d’avec les autres équipes de la ligue est nette: meilleure attaque et de loin, meilleure défense, une différence de but de +35 quand Lausanne (2e) en est à +15 seulement et, surtout, un fond de jeu inégalable, des individualités supérieures à tous les postes ou presque. Un tableau idyllique qui fait des Grenat les favoris à la promotion directe en Super League.

Vraiment? À ne s’attarder que sur la démonstration dominicale, tout doit être simple. Sauf qu’à considérer le passé récent, on constate que ce même Servette peut être mené 2-0 par Aarau à la pause, ou sécher su sa copie face à un mièvre Wil lors de sa précédente ortie à Genève (0-0). C’est sans doute pour cela qu’Alain Geiger cultive le bon sens terrien. Pour l’entraîneur grenat, pas de fanfaronnade. Un large sourire, oui, Mais à la question «Servette est-il maintenant le grand favori à la promotion?» le Valaisan tempère toute forme d’euphorie.

«Ce ne sera pas toujours ce Schaffhouse-là en face, assure-t-il. Alors favori, non. Je n’aime pas cette étiquette, même si beaucoup veulent nous la coller dans le dos. C’est moins une question de prudence qu’une volonté de rester humble. Peut-être bien que nous donnons l’impression d’être les meilleurs. Mais il faut rester concentré, rien n’est encore fait, je veux surtout que l’équipe garde le même état d’esprit.» Le message est clair. Son corollaire aussi: si les Servettiens appliquent les schémas qu’ils maîtrisent avec ce mélange de discipline et de spontanéité, ils n’ont pas d’adversaires pour les contrarier et la Super League leur est promise. S’ils s’égarent ou se relâchent, ils ont la fâcheuse faculté de s’enfermer dans la stérilité ou la crispation.

Pour l’heure, ils peuvent surtout savourer ce cinglant 6-1. Deux buts d’Alphonse qui retrouve la grande forme (deux têtes au timing parfait sur deux corners de Stevanovic et de Wüthrich), un but de Stevanovic sur un centre de Iapichino (intéressant sur le flanc gauche quand il canalise ses ardeurs), un tir heureux d’un Maccoppi excellent dimanche qui file en lucarne et deux penalties (des «vrais» penalties, pas comme à Aarau…) transformés par Wüthrich et Chagas. Même Routis s’est invité à la fête, mais en trompant Frick, sauvant à peine ce qu’il restait d’honneur à Schaffhouse.

Jouer sur ses forces

Le 4-1-3-2 s’est installé comme un système de référence très performant, un 4-4-1-1 à géométrie variable offre une solution plus compacte. Dans tous les cas, Servette a des automatismes et un potentiel de nuisance largement supérieur aux autres équipes, avec sa force de frappe offensive. Cela ne veut pas dire que c’est suffisant, que tout est déjà dit. Mais que les Grenat, qui caracolent en tête, ont tout en mains pour retrouver l’élite. Histoire de s’en persuader, il faut maintenant enchaîner. Cela passe par un succès à Rapperswil samedi prochain.

Ce ne sera sans doute pas aussi simple que contre ce fantomatique Schaffhouse. Mais le leader, favori malgré lui ou pas, a tellement d’arguments qu’il doit assumer son rôle de premier de classe. Le reste suivra.

Créé: 10.03.2019, 21h23

Servette - Schaffhouse 6-1 (3-0)

Stade de Genève, 3712 spectateurs.

Arbitre: M. Piccolo.

Buts: 4e Alphonse 1-0; 11e Wüthrich pen. 2-0; 34e Stevanovic 3-0; 58e Alphonse 4-0; 64e Chagas pen. 5-0; 66e autobut Routis 5-1; 84e Maccoppi 6-1.

Servette: Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Iapichino (62e Follonier); Maccoppi; Stevanovic, Wüthrich, Cognat (78e Imeri); Schalk (62e Chagas), Alphonse (61e Kone).

Schaffhouse: Zbinden; Paulinho (78e Demhasaj), Gonzalves, Mendy, Mevlja, Qollaku; Pugliese (65e Helbling), Del Toro (71e Gül), Tranquilli; Cicek, Sessolo (65e Barry).

Avertissements: 36e Iapichino (jeu dur); 64e Paulinho (antijeu), 86e Demhasaj (jeu dur).

Notes: Servette sans Séverin, Lang et Busset, blessés.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...