Passer au contenu principal

FootballGrejohn Kyei: «Je n’ai pas douté. J’ai cette force-là en moi»

À 24 ans, il est à Servette pour briller. Il vient de marquer un but de rêve. Il attend la venue de Bâle, samedi à la Praille.

Grejohn Kyei a peiné à trouver ses marques. Mais il s’est illustré à Lucerne et entend bien confirmer contre Bâle.
Grejohn Kyei a peiné à trouver ses marques. Mais il s’est illustré à Lucerne et entend bien confirmer contre Bâle.
ERIC LAFARGUE

D’un attaquant, on attend toujours le meilleur. Le joueur lui-même entretient sa propre fatalité: un match où il ne marque pas est un match raté. Il aura beau assurer fièrement que le succès de l’équipe est plus important que sa réussite personnelle, au fond de lui l’attaquant ne vit que pour le but. Dans un raccourci saisissant, il sait qu’il est payé pour ça. Juger des qualités d’un centre-avant qui ne fait pas trembler les filets est toujours compliqué: il pourrait être exceptionnel que cela ferait tache. C’est beau et cruel à la fois et Grejohn Kyei en sait quelque chose. L’attaquant servettien est arrivé le 23 août à Genève. Il a peiné à trouver ses marques, il a été raillé, mais à Lucerne, il a inscrit un but de rêve, une inspiration géniale façon coup du scorpion, avant d’offrir la passe du deuxième but à Tasar. Timing parfait au moment de la blessure de Kone et de la suspension de Schalk.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.