Grejohn Kyei: «Je n’ai pas douté. J’ai cette force-là en moi»

FootballÀ 24 ans, il est à Servette pour briller. Il vient de marquer un but de rêve. Il attend la venue de Bâle, samedi à la Praille.

Grejohn Kyei a peiné à trouver ses marques. Mais il s’est illustré à Lucerne et entend bien confirmer contre Bâle.

Grejohn Kyei a peiné à trouver ses marques. Mais il s’est illustré à Lucerne et entend bien confirmer contre Bâle. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D’un attaquant, on attend toujours le meilleur. Le joueur lui-même entretient sa propre fatalité: un match où il ne marque pas est un match raté. Il aura beau assurer fièrement que le succès de l’équipe est plus important que sa réussite personnelle, au fond de lui l’attaquant ne vit que pour le but. Dans un raccourci saisissant, il sait qu’il est payé pour ça. Juger des qualités d’un centre-avant qui ne fait pas trembler les filets est toujours compliqué: il pourrait être exceptionnel que cela ferait tache. C’est beau et cruel à la fois et Grejohn Kyei en sait quelque chose. L’attaquant servettien est arrivé le 23 août à Genève. Il a peiné à trouver ses marques, il a été raillé, mais à Lucerne, il a inscrit un but de rêve, une inspiration géniale façon coup du scorpion, avant d’offrir la passe du deuxième but à Tasar. Timing parfait au moment de la blessure de Kone et de la suspension de Schalk.

Grejohn, tout a vraiment commencé au centre de formation du Stade de Reims: comment?

J’ai d’abord joué à Villiers-le-Bel, où je me suis fait remarquer. J’ai passé des tests pour intégrer les centres de formation de Toulouse, de Lens, du Havre ou du PSG. Personne ne me voulait. Et puis un jour, un «grand» me dit que le Stade de Reims recrute des jeunes. Mon entraîneur était d’accord, j’y suis allé. À l’époque, j’étais plus petit, fougueux et milieu de terrain. Je n’avais jamais joué devant. Mais j’ai dit aux recruteurs rémois que j’étais centre-avant depuis toujours. Cela est passé comme ça, j’ai été pris après un dernier test.

Vous êtes vite performant et pro dès l’année 2014. Pourtant au printemps, vous êtes suspendu sept mois des terrains pour avoir bousculé un arbitre: que s’est-il passé?

Une erreur de jeunesse. C’était un match derby, Reims-Sedan avec la relève, en CFA2 (5e division). Un match décisif pour le maintien. L’arbitre ignore une faute sur un de mes coéquipiers, puis ignore une main, toujours d’un coéquipier, et il y a but de Sedan alors qu’on menait 2-1. J’ai traversé le terrain pour crier sur l’arbitre. Je ne l’ai pas touché, ni insulté, mais c’est ce qu’il a mis dans son rapport, ce qui m’a valu six mois de suspension au début, aggravé en sept mois et quinze jours malgré deux recours de Reims, qui me soutenait. C’était horrible à vivre, mais j’en ai profité pour redoubler de travail à l’entraînement.

Tout se passait bien pour vous ensuite, avec la première de Reims, mais il y a eu la dernière saison, avec ce prêt en L2 à Lens: pourquoi?

Il y a deux ans, différents clubs de L1 s’intéressaient à moi. Christian Gourcuff m’a même appelé, il me voulait au Stade rennais. Reims a dit non. Pas simple à vivre. Ensuite, la saison passée, dès le début j’ai senti que cela serait compliqué, que le coach ne compterait pas sur moi. Et on m’a prêté à Lens, où j’ai peu joué sur la fin.

C’est là, l’été dernier, que l’offre de Servette s’est présentée. Mais rien n’a été simple pour vos débuts grenat, non?

Je suis arrivé blessé à une cheville et donc sans préparation estivale. Je sais que mes performances n’étaient pas bonnes, pas besoin d’écouter les critiques des supporters ou de lire les journaux. Alors j’ai essayé de prendre du recule et de bosser dur. Je n’ai pas douté, j’ai cette force-là en moi.

Et puis il y a eu ce match à Lucerne, un but fou avec ce «coup du scorpion»…

Routis peut bien me chambrer, en se marrant, et jurer que je me suis encoublé, que j’ai eu de la chance, la vérité c’est que j’ai senti le coup et que je l’ai tenté. Avec la réussite que l’on sait. Maintenant, c’est Bâle, un autre match. Où il va falloir confirmer, bien sûr.

Créé: 22.11.2019, 20h41

Servette - Bâle, samedi 19h, Stade de Genève

L'avant-match

Le contingent Servette attend Bâle au complet. Seul Lang est légèrement blessé (adducteurs). Kone est à disposition après son problème à l’épaule. Schalk n’est plus suspendu. Et JB Park, dernier arrivé, est qualifié.

Sièges neufs C’est Noël avant l’heure. Les vieux sièges grenat-rose, délavés, qui déteignent? C’est du passé. Les 30000 sièges vont être remplacés, les travaux ont déjà commencé, ils dureront jusqu’à fin février. Mieux: la Fondation du Stade annonce que les sièges seront grenat et traités pour le rester sans déteindre.

Super League

Samedi


19.00 Servette - Bâle

19.00 Zurich - Lucerne

Dimanche

16.00 Sion - Young Boys

16.00 Saint-Gall - Ne/Xamax

16.00 Thoune - Lugano

Classement

1. Young-Boys1494134-1831

2. Bâle1493233-1330

3. Saint-Gall1482429-1926

4. Zurich1463516-2621

5. Servette1446419-1618

6. Sion1452719-2517

7. Lucerne1443714-1815

8. Lugano1434713-1813

9. Ne/Xamax 1426617-2512

10. Thoune1423913-299

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...