Passer au contenu principal

Favori des 24 Heures du Mans, Buemi devra éviter tous les pièges

Cinq ans après sa première couronne mondiale en endurance, l’Aiglon peut faire coup double ce week-end.

Sébastien Buemi, associé à Fernando Alonso et Kazuki Nakajima à bord de la Toyota No 8, est en mesure de vivre un week-end de rêve en décrochant le titre mondial des pilotes tout en remportant la victoire aux 24 Heures du Mans. Mais il peut aussi tout perdre.
Sébastien Buemi, associé à Fernando Alonso et Kazuki Nakajima à bord de la Toyota No 8, est en mesure de vivre un week-end de rêve en décrochant le titre mondial des pilotes tout en remportant la victoire aux 24 Heures du Mans. Mais il peut aussi tout perdre.
AFP

Tous les signaux sont au vert parce que, logiquement, Toyota ne peut pas être battu. Et parce que, commercialement, on imagine aisément qu’une victoire et un titre de la «star» Fernando Alonso, qui terminera son aventure en endurance dimanche à 15 heures, arrangeraient bien les dirigeants nippons. Et comme Sébastien Buemi partage le cockpit de la No 8 avec Alonso et le très rapide pilote japonais Kazuki Nakajima, on ne voit pas comment l’équipage vainqueur l’an dernier pourrait connaître la désillusion. À un point tel que si le sport automobile était une science exacte, on n’aurait pas besoin de rouler dans la Sarthe ce week-end…

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.