Le CTT Châtelaine s’est attiré tous les éloges

Tennis de tableLa logique a été respectée aux championnats de Suisse, organisés de main de maître par le club genevois.

Rachel Moret (en bleu) a battu en finale du simple dames une autre Vaudoise, Alexandra Tchalakian.

Rachel Moret (en bleu) a battu en finale du simple dames une autre Vaudoise, Alexandra Tchalakian. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Organisés à Genève à un rythme octennal, les championnats de Suisse du Bois-des-Frères, 86es du nom, ont accouché d’une finale du simple dames vaudoise – avec le couronnement attendu de Rachel Moret – et d’un titre masculin disputé entre Bâlois, pour le bonheur de Lionel Weber, sacré pour la quatrième fois. Hiérarchie largement respectée donc, même si ces joutes ont été marquées par la chute en 8es de finale du tenant, Elia Schmid, et par la révélation de joueurs prometteurs.

À 29 ans, Rachel Moret domine le tennis de table helvétique de la tête et des épaules. La native de Morges a fêté ce week-end son 7e titre national en simple, ajoutant pour faire bonne mesure – comme l’an dernier – ceux du double dames, avec la Saint-Galloise Rahel Aschwanden, et du double mixte, aux côtés du… président du CTT Vernier, Nicolas Champod. En finale du simple, la Vaudoise a dominé (4-2) la Lausannoise Alexandra Tchalakian (No 3), sans évoluer au sommet de son art.

Elle s’entraîne à Nîmes

Pour une joueuse professionnelle qui bénéficie depuis deux ans et demi à Nîmes de conditions de préparation «idéales», elle a constellé sa prestation d’une série d’erreurs surprenantes. «Je n’ai pas très bien joué, admettait-elle, il y a eu trop de fautes, mais j’ai gagné, c’est l’essentiel.» En demi-finale, la Vaudoise avait écarté Amanda Fauvel en cinq manches. «Je joue pour le plaisir, je manque d’entraînement. La différence s’est faite sur le plan physique», confiait la joueuse du CTT Carouge.


Rachel Moret nous a présenté le ping-pong en trois services.

Côté masculin, on a découvert deux jeunes prometteurs: le Zurichois Elias Hardmeier, 17 ans en mai prochain, qui s’est payé le luxe de s’offrir le champion sortant, et le Bâlois Pedro Osino Shinohara (17 ans également), déjà professionnel en Suède, qui s’est hissé en finale pour y défier son camarade de club de Muttenz Lionel Weber. «Je le savais talentueux, mais je ne pensais pas vraiment le retrouver là», reconnaissait l’aîné des deux Rhénans (22 ans), qui a fait valoir sa routine pour s’imposer.

Privée de Dorian Girod (ZZ Lancy), blessé à la hanche et malheureux comme les pierres de ne pouvoir s’aligner, la délégation genevoise s’est imposée en double messieurs, grâce au duo formé de Nicolas Simonet (Veyrier/19 ans) et Sam Boccard (ZZ Lancy/30), couronnés pour la première fois en battant en finale (3-2) Brunner/Posch (Lucerne/Wädenswil). «Nous sommes complémentaires car nos jeux sont contraires: je construis les points, Sam les termine», expliquait le jeune Veyrite.

Mis sur pied – pour la première fois en soixante ans d’existence – par le CTT Châtelaine, ces championnats de Suisse se sont attiré tous les éloges: «L’organisation est fantastique! Il y a un travail superbe qui est fait ici et le soutien des institutions publiques est plus important à Genève qu’ailleurs», louangeait le président de Swiss Table Tennis, Nicolas Imhof. De quoi justifier la grosse charge en ressources humaines consentie par l’organisateur Stéphane Dupuis et son équipe.

Créé: 04.03.2019, 22h07

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.