En champion, Servette enneige les illusions de Lausanne

FootballLes Grenat s’imposent 2-0 sur une Pontaise blanche de dépit. Ils peuvent penser tout haut à la Super League.

Dans des conditions dantesques, Kastriot Imeri (au centre) vient d’inscrire le 0-2 en reprenant de volée un centre de Stevanovic (à g.).

Dans des conditions dantesques, Kastriot Imeri (au centre) vient d’inscrire le 0-2 en reprenant de volée un centre de Stevanovic (à g.). Image: ÉRIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au début, peu avant le coup d’envoi, les quelques flocons mêlés de pluie ont amusé tout le monde. C’est toujours rigolo de sentir la neige arriver, surtout quand on se dit qu’elle n’est là que par accident. Mais quand ces flocons ont grossi pour colorer de blanc la pelouse de la Pontaise, Lausannois et Servettiens ont vite compris que ce derby d’avril, ce choc au sommet si important malgré l’écart au classement, relèverait moins du match de foot que de la foire d’empoigne. Mais à ce petit jeu, pétri des assurances du leader, bien plus sûr de lui que Lausanne, c’est Servette qui s’est comporté en patron.

Les Grenat ont assommé le championnat – définitivement déjà? – en s’imposant 2-0. Ils ont maintenant treize points d’avance à neuf journées de la fin. La messe semble dite, même si les Servettiens demeurent prudents. Pourtant, il y a des signes, comme si le bonheur servettien avait 20 ans: 1979, la plus belle équipe de l’histoire, qui avait tout raflé (Coupe de la Ligue, Coupe des Alpes, Coupe de Suisse, championnat); 1999, vingt ans après, dernier titre de Servette, c’était justement à la Pontaise (succès 5-2), un 2 juin mémorable pour ses conditions de jeu déjà (la pluie à l’époque); 2019, vingt ans de plus et un bonheur qui se dessine à nouveau même si rien n’est encore fait.

Stevanovic: deux assists

Ce mercredi soir, tout a commencé par une inspiration de Stevanovic. Comme toujours. Igor Nganga a cru bien faire en tentant le contrôle dans ses seize mètres. Malin, Stevanovic avait flairé le bon coup. Une hésitation du Vaudois et le Servettien lui chipait le ballon pour servir sur un plateau Kone, qui n’avait plus qu’à pousser la balle dans la cage de Castella. Il paraît que la neige rend joyeux. Pour le coup, seuls les Grenat avaient le sourire. Dans ces conditions dantesques pour un mois d’avril, il fallait bien que Lausanne se découvre d’un fil. Mais comment dompter cette pelouse blanche, ces ballons ralentis ou forcément imprécis? Ni Lausanne ni Servette ne méritaient ces conditions-là pour se mesurer. Au moins étaient-elles les mêmes pour les deux équipes.

Ce match s’est joué comme il était possible de le jouer. Avec d’autres arguments que le foot, la technique ou la tactique. Est-ce vraiment une surprise si c’est Servette qui a passé l’épaule? Sûrement pas, en fait. Le leader de la saison est confiant, serein, peu importent les circonstances finalement. Alors quand «Micha» Stevanovic a osé le débouler sur la droite, à la rupture de l’équilibre, funambule improbable sur cette surface injouable, il y a eu un frisson dans les tribunes. Le centre du meilleur joueur de la ligue a trouvé Imeri, qui venait de remplacer Wüthrich et la volée a fini dans les filets. Servette menait 2-0.

Neige ou pas, Lausanne était un ton en dessous et il le restera jusqu’à la fin. Il n’y a eu qu’une grosse alerte, une vraie occasion vaudoise, pour Buess. Frick, dans une sortie admirable, a mis son véto. Servette était meilleur, chapeau à tous les joueurs et à Alain Geiger. Il peut maintenant se concentrer sur la fin de saison. En pensant à la Super League, même s’il ne l’avoue pas encore.

Budget au minimum doublé

Le président Didier Fischer a donc savouré ce succès comme il se doit. Servette rimera bientôt avec Super League? «Je ne vais pas chanter victoire avant que cela ne soit mathématiquement le cas, souriait-il. Pas d’arrogance. Mais à un moment, on ne pourra plus nous rejoindre et le plus tôt sera le mieux.» Il y avait un plan A et un plan B. C’est le premier qui devrait être bientôt à l’ordre du jour. «Nous nous préparons à tout depuis un moment déjà, explique Didier Fischer. Si nous avons le bonheur d’être en Super League, nous aurons un budget au minimum doublé. C’est déjà acquis. Donc on parle au moins de 12 millions. Mais il y a encore la campagne d’abonnement à lancer, des partenaires qui veulent nous rejoindre. Disons que cela pourrait osciller entre 12 et 15 millions. Nous savons déjà quels joueurs nous voulons, nous sommes en contact, tout est en place. Mais nous devons d’abord faire le nécessaire sur le terrain.»

Ce Servette-là mérite ce qui lui arrive. Il doit encore confirmer. Mais à juger des sourires grenat, tous ont bien sûr compris qu’ils avaient fait un grand pas vers la promotion.

(TDG)

Créé: 03.04.2019, 23h18

Lausanne - Servette 0-2 (0-1)

La Pontaise, 10 545 spectateurs.
Arbitre: M. Tschudi.
Buts: 26e Kone 0-1; 74e Imeri 0-2.
Lausanne: Castella; Boranijasevic (54e Pos), Loosli, Nganga, Flo; Kukurusovic; Puertas, Dominguez (62e Margiotta), Pasche (46e Ndoye); Buess, Oliveira (72e Zeqiri).
Servette: Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Iapichino; Maccoppi; Stevanovic, Wüthrich (69e Imeri), Cognat (90e Follonier); Kone (76e Chagas), Schalk (78e Mfuyi).
Avertissements: 23e Pasche (antijeu), 78e Iapichino (antijeu), 84e Chagas (jeu dur).

Articles en relation

Geiger: «Le terrain était le même pour les deux équipes»

Football L’entraîneur de Servette était heureux, sans fanfaronner. Fier de la prestation des siens face à Lausanne (victoire 0-2). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...